Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2020

La grande traversée

© éditions orage lagune express,estime-toi heureux,christian cottet-emard,poème,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes de preben mhorn,bateaux en papier,parcs municipaux,bassin,fontaine,poisson,parc rené nicod,oyonnax,ain,haut-bugey,rhône-alpe auvergne,france,europe,traversée,aventure,voyage,caravelle,rêve,empreinte électronique n°,office notarial m,archive n°,dépôt,antériorité

Les poèmes sont des bateaux en papier

 

Des enfants mais aussi des adultes sérieux les envoient naviguer dans les bassins des parcs municipaux

 

Comme les caravelles ils connaissent la vaste aventure de toute traversée

 

L’employé qui nettoie les bassins est mécontent de cette habitude salissante

 

mais il accroche de sa perche bien d’autres débris que ces éphémères papiers pliés

 

et cette idée que des adultes sérieux puissent armer ces frêles esquifs finit par lui sourire 

 

sans qu’il prenne le temps de s’expliquer pourquoi

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux © éditions Orage-Lagune-Express 2020. Photo Christian Cottet-Emard.

 

 

 

 

22 mars 2020

Carnet / Contemplation et prédation

carnet,note,journal,christian cottet-emard,nature,campagne,nourriture,blog littéraire de christian cottet-emard,confinement,contemplation,prédation,prédateur,virus,pandémie,ours,jim harrison,un sacré gueuleton,canard,vin,poisson,bourgogne blanc,barbaresco,barolo,ladoix,roussette du bugey,crozes-hermitage,narcisse,jonquille,érythrone,renoncule,bouton d'or,vallon,lac,pécharman,confit de canard,graisse de canard,pommes de terre,faisan,choux,faisan aux quatre choux

Avec le moins de spiritualité possible, la contemplation est mon deuxième état naturel, celui que favorise la nature autour de ma maison, ce qui ne m’empêche jamais de garder un œil aux aguets car mon premier état est la vigilance. Il faut équilibrer les deux. J’aime les arbres mais je ne vais pas me ridiculiser, comme certains illuminés, à les embrasser. Les pauvres, ils n’ont rien demandé !

En outre, la vénération béate de la nature est une spécialité de ceux qui ont perdu le contact avec elle au point d’oublier qu’ils en font partie. Dame nature n’est pas notre bonne ou notre mauvaise fée, elle n’est que la nature et nous la voyons à l’œuvre en ce moment plus qu’à un autre lorsqu’elle nous oblige à nous confiner parce qu’elle nous rappelle que parmi les prédateurs, il peut parfois nous arriver de perdre le premier rang. 

L’état contemplatif me dispense le plus souvent de cueillir des fleurs, de prélever quoi que ce soit. En cette période durant laquelle la loi oblige à rester chez soi, on peut penser aux promenades passées et futures.

Dans le vallon où miroite un des lacs que j’affectionne, le printemps réveille des prairies entières de jonquilles et de narcisses suivis de près par d’énormes boutons d’or qui laisseront à leur tour la place aux fastueuses floraisons de l’été. En avril, on peut même y admirer des érythrones qu’il faut bien prendre soin de ne pas piétiner et bien sûr de ne pas emporter car de toute façon, ils sont trop petits et trop fins. 

Si je suis tenté de ramener un petit échantillon floral à la maison, je me documente sur les espèces qu’il est totalement interdit de cueillir et sur celles pour lesquelles un petit bouquet est toléré. Pour ces dernières, la législation autorise ce que la main peut contenir.

De toute façon, les fleurs sauvages sont comme beaucoup de gens, elles dépérissent hors de leur milieu naturel et se fanent très vite lorsqu’elles sont emprisonnées. Le plus beau à ramener chez soi est l’image de leur profusion inscrite dans l’esprit ou dans la mémoire de l’appareil photo.

Nous autres humains avons le réflexe de prédation car nous sommes des prédateurs, telle est notre condition que nous n’avons pas choisie. C’est pourquoi la vision splendide d’un gros canard qui se pose près des roseaux dans une gerbe d’écume installe deux images en même temps dans mon esprit, celle de la beauté de l’oiseau et celle du confit accompagné de pommes de terre rissolées dans sa graisse sans oublier la bouteille de Pécharmant qui va avec.

Même scénario quand je vois sauter hors du lac un poisson qui gobe sa proie dans la lumière irisée d’un beau jour, indissociable de son fumet de cuisson pendant que je débouche une Roussette du Bugey ou un Bourgogne blanc.

Le souvenir d’un faisan aux quatre choux accompagné d’un Crozes-Hermitage rouge dégustés au restaurant au début des années 90 me revient chaque fois que j'en vois un qui vient se réfugier dans mon pré. Chez moi, il ne risque rien car je ne chasse pas mais cela ne m'empêchera pas de l'imaginer sur son lit de choux avec un Barbaresco ou un Barolo à portée de tire-bouchon.

Lors de ce repas professionnel de la fin du siècle dernier qui ne me disait rien parce que je devais le prendre en compagnie de quelques-uns de mes chefs du temps où je travaillais dans la presse, j’ai réussi sans difficulté à oublier tout simplement la présence de ces individus sans intérêt en me concentrant sur ce plat et ce vin qui les effaçaient littéralement de mon champ de vision et pourrais-je même dire de ma vie. Comme l’écrit Jim Harrison dans son livre Un sacré gueuleton, « le sombre pouvoir de la bouffe nous hante » .

 

14 mars 2020

Carnet

 

federico fellini,littérature autobiographique,blog littéraire de christian cottet-emard,poisson,alliés substantiels,sardine

« Je suis toujours autobiographique, même si je me mets à raconter la vie d'un poisson. »

- Federico Fellini -