Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2016

Quelques images sauvées du temps où ma famille vivait du peigne et de l'ornement de coiffure

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

En plus des émotions artistiques liées à ma visite de l'exposition Jean-Jacques Dalmais à l'ancienne usine de la Vapeur à Oyonnax (Ain), un pan du passé artisanal de ma famille a surgi de l'ombre.

Sur ce lien, un petit montage sur l'entreprise familiale de peignes et d'ornements de coiffure réalisé par Marie.

* Note concernant les papiers à en-tête reproduits ici : le nom de l'entreprise familiale était composé d'une partie du nom d'état civil tronqué (Cottet au lieu de Cottet Emard) et, selon sa volonté, du nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère Clotilde (Bondet).

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

 

21 mai 2016

Carnet / D’une antichambre du néant

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiquesPour me préserver du risque d’entendre à nouveau grincer le portail de la maison où j’ai passé mon enfance et mon adolescence ainsi que cela s’est produit voici quelques années, ce qui m’a littéralement coupé le souffle et les jambes, j’évite de passer dans le quartier. Mais récemment, alors que je marchais au centre de la bourgade où j’ai vécu jusqu’en 2009, j’ai vu se dégager l’horizon de l’avenue menant à la gare après la démolition des entrepôts qui longeaient la voie ferrée, ce qui m’a placé la maison et son jardin en une perspective frontale, comme si le souvenir de sa perte m’était désormais constamment rappelé en ces parages.

Impossible d’approcher de la gare sans prendre en pleine face non seulement l’image de la maison vendue mais encore la vision de toutes celles, voisines, où tout gamin je circulais le long du chemin de fer en traversant leurs parcs et leurs jardins. Les vieux entrepôts faisaient écran à cette perte irrémédiable, ils étaient une enceinte de confinement à cette colère tour à tour brûlante et froide qui me tourne dans la tête et les entrailles depuis que cette maison a échappé à ma famille et qui me tient parfois éveillé tard dans la nuit comme en ce moment quand elle ne vient pas déferler dans mes rêves comme un torrent de lave.

Cette maison n’avait pourtant rien d’extraordinaire, une bâtisse assez massive construite dans un style courant au début du vingtième siècle avec un œil de bœuf au grenier, une grande fenêtre ronde à la salle de bain du rez-de-chaussée, une ouverture plus petite à la salle de bain de l’étage et un petit perron surmonté d’une verrière. Une cour cimentée et bordée latéralement par deux corps de bâtiments parallèles qui servaient à l’origine d’ateliers, séparée du boulevard par le portail grinçant que j’évoquais précédemment. Dans un recoin de la cour, un imposant tilleul, coupé par les nouveaux propriétaires, embaumait l’intérieur dès qu’on ouvrait les fenêtres, notamment celles des deux cuisines et de la chambre de bonne. À l’opposé, côté voie ferrée, un grand jardin avec des pommiers, des poiriers et des pruniers.

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

À l’époque où l’artisanat de peigne et d’ornement de coiffure de l’entreprise familiale avait laissé la place à la production de petite maroquinerie et d’objets publicitaires en matières plastiques, la presse à injecter installée dans un des ateliers envoyait des effluves sucrés assez écœurants dans la cour, une odeur qu’on retrouvait dans toutes les propriétés de la ville où cette activité battait son plein lors des Trente Glorieuses.

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

Lorsque mes grands-parents prirent leur retraite et que mon père se décida enfin à renoncer à la chimère de relancer l’entreprise, la propriété traversa les dernières décennies du vingtième siècle comme un bateau en dérive mais à peu près soustrait aux tempêtes des temps nouveaux. Et puis, passé l’an 2000 qu’on m’avait dépeint dans mon tout jeune âge comme l’ère extraordinaire de la science-fiction débarquant dans le monde réel, ce fut le début de la fin ordinaire, non seulement celle des héros et des bonnes fées mais aussi de leur palais de vérité et d’illusion. La maison vidée et vendue.

Je me sens confronté à quelque chose de hideux, de profondément morbide et funeste lorsque mon regard bute sur cette maison désormais dévoilée par le trou béant laissé par la destruction des entrepôts. En la voyant depuis les rues du centre ville de manière totalement anormale, la maison m’apparaît dans sa définitive étrangeté, au sens où elle m’est devenue pour toujours étrangère. Dans cette perspective radicalement nouvelle, comme il était impossible et impensable de la voir sous cet angle dans le temps où elle appartenait à ma famille et où elle constituait l’univers de mes débuts dans la vie, cette maison m’apparaît maintenant à l’envers, telle une de ces anomalies qu’on rencontre dans les cauchemars où un détail absurde nous ouvre une porte sur cet envers qui est aussi l’enfer et qui nous fait franchir une des sinistres antichambres du néant.

Dans mes rêves, je rachète la maison à n’importe quel prix et je la fais aussitôt raser de manière à ce que ne subsistent même pas les fondations. Une fois le terrain remblayé, je fais semer une pelouse au centre de laquelle je fais planter un tilleul et je me débrouille avec l’aide de mon notaire pour que rien d’autre que ce tilleul ne puisse s’installer et croître en ce lieu pendant cent ans. Alors, quand j’entends remonter le grincement du portail depuis les profondeurs du temps et du sommeil, je me réveille en sursaut, le souffle court, en proie à cette rage glaciale que j’emporterai avec moi jusqu’au tombeau.

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

 * Note concernant les papiers à en-tête reproduits ici : le nom de l'entreprise familiale était composé d'une partie du nom d'état civil tronqué (Cottet au lieu de Cottet Emard) et du nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère (Bondet).

Sur ce lien, un petit montage sur l'entreprise familiale de peignes et d'ornements de coiffure réalisé par Marie.

 

02 avril 2016

Carnet / De la route qui s’éloigne dans le reflet d'une vitre

carnet,note,journal,autobiographie,prairie journal,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,pissenlit,brouillard,rivière,berge,jim harrison,en marge,éditions 1018,une heure de jour en moins,poèmes,flammarion,en route vers l'ouest,1018,la bête que dieu oublia d'inventer,nouvelle,mésange,moineau,adolescence,vieux chnoque,rétroviseur

Avant hier, premier pissenlit. Content de le voir. Hier, la maison qui semblait flotter au milieu des frênes dans le silence du brouillard. Mésanges et moineaux perplexes.

Je lis beaucoup de réactions au grand départ de Jim Harrison. J’aime ses poèmes (Une heure de jour en moins, éd. Flammarion) très narratifs, généreux, sinueux, tour à tour fragiles et puissants, capricieux comme le cours des rivières où il traînait ses bottes dans le clapotis des berges froides. Moins concerné par ses romans. Le livre en prose que je préfère est son autobiographie En marge (éd. 10/18). J’avais aussi relevé cette remarque dans sa nouvelle La bête que dieu oublia d’inventer extraite du recueil En route vers l’ouest (éd. 10/18) : « Rien ne tourmente davantage un vieux chnoque que la pensée de la vie non vécue. »

Il est normal que ce constat m’assaille parfois à cinquante-sept ans mais curieusement, j’éprouvais cette angoisse dès mon adolescence. Peut-être étais-je déjà un vieux chnoque à cette époque ? Je suis souvent tenaillé par ce sentiment de vie non vécue.

J’ai certes fait le choix de la sécurité en bien des domaines mais au fond, que signifie une vie vécue ? Un engagement intense dans la société, dans la politique, dans le travail, dans l’humanitaire, au Sou des écoles ? Ce n’est pas dans mon tempérament et de plus, je n’ai aucune des compétences techniques et relationnelles requises pour être efficace dans les tâches que cela implique. Quant à la seule vague compétence dont je peux me hasarder à témoigner en prenant le risque de me faire moquer (écrire), elle court les rues et la société n’en a nul besoin.

Aussi puis-je m’estimer heureux, bien installé, de voir tranquillement s’éloigner, comme dans le reflet d'une vitre de train ou dans le rétroviseur d’une auto silencieuse et confortable, la route et le paysage où je n’ai marqué d’autre empreinte que celle, inutile et fugace, de mon regard distrait.

Photo : Porto, métro (photo CC-E)