Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mars 2022

Carnet / Ni oubli, ni pardon.

carnet, note, journal, chronique, humeur, actualité, politique, christian cottet-emard, france, europe, blog littéraire de christian cottet-emard, moraline, morale, pensée unique, réseau social, pandémie, guerre,campagne électorale,présidentielle 2022,vote castor,front républicain,vote barrage

C’était prévisible. La gestion de la deuxième phase de la crise sanitaire (l’instauration des obligations vaccinales déguisées) a aggravé la défiance et la colère envers le personnel politique. 

Le piège du front républicain appelé aussi vote castor, cette nasse électorale savamment tressée par Mitterrand dans laquelle beaucoup se sont sentis enfermés, s’est encore resserré sous le mandat de Macron. Ce président sait bien qu’il ne suffit plus d’appeler à faire barrage à une extrême-droite diabolisée donc fantasmée qu’il est difficile d’accuser d’être liberticide alors que c’est son gouvernement soi-disant modéré et centriste qui a porté atteinte comme jamais aux libertés individuelles les plus élémentaires. Macron doit donc essayer de créer un nouveau front républicain pour acculer les électeurs mécontents tentés de lui infliger des représailles à voter quand même pour lui. Il s’agit cette fois pour Macron d’ajouter un deuxième barrage à celui construit par Mitterrand, non plus en se contentant d’agiter l’épouvantail commode de l’extrême-droite habillé de son uniforme habituel mais en lui substituant les oripeaux du populisme, du complotisme, de l’obscurantisme, de l’ignorance, de la réaction, du conservatisme stérile et du refus de la modernité qu’il prête à cette frange de la France profonde qu’il méconnaît et méprise au point de renoncer à s’adresser directement à elle pendant que les autres candidats se fatiguent à mener campagne. 

Les électeurs qui ont compris cette stratégie sont évidemment nombreux et une grande part d’entre eux sont si dégoûtés qu’ils se dirigent vers l’abstention. À mon petit niveau, je le constate tous les jours dans mon entourage, sur les réseaux sociaux, auprès de mes amis et connaissances. Moi-même abstentionniste pendant longtemps, je me garderais bien de leur faire la morale. Je comprends et je respecte leur lassitude. 

En certaines périodes moins troublées et moins dangereuses, lors de contextes plus apaisés, l’abstention était une forme de contestation qui pouvait troubler le personnel politique de l’ancienne école mais désormais, ainsi que la crise sanitaire l’a puissamment révélé, nous avons changé de monde. Profitant des rouages certes brinquebalants et grippés du vieux moteur démocratique qui tourne encore cahin-caha avec de plus en plus de ratés, aucun président n’aura désormais de complexes à se faire élire au minimum de suffrages pourvu que cela suffise, ainsi qu’il en fut lors de l’élection de Macron. Nous touchons là aux limites de l’abstention comme forme d’expression d’opposition. Cela signifie que tous les électeurs emmerdés (victimes du chantage vaccinal, professionnels suspendus, citoyens de seconde zone, soignants malmenés encore sous passe et muselière, personnes âgées et jeunes frappés de plein fouet par l’isolement et les interdictions) qui n’iront pas voter parce qu’ils ne veulent pas se compromettre avec des candidats de l’opposition qui leur déplaisent ouvriront un boulevard à Macron 2. Ce n’est ni un reproche ni une leçon à leur adresse, juste un fait.

Dès que Macron reviendra (en même temps que le virus qui a eu la bonne idée de poser ses congés annuels à la veille des élections), il rétablira le passe vaccinal et la muselière (peut-être même en été ou en automne) et bien sûr au moindre prétexte, sans oublier de travailler à la vaccination obligatoire. Pour nous les emmerdés (à qui ce billet est spécialement adressé) vu ce qu’il nous a fait, la priorité n’est pas de savoir si un ou une autre que Macron sera meilleur mais de se débarrasser de lui par le vote. Après, chacun pourra retourner à ses querelles et à ses familles politiques respectives. 

Oui, je sais, cela ressemble à des représailles mais quand on prend des coups, il faut les rendre si on en a la possibilité et l’occasion, sinon on n’est rien, on ne compte pas. Se dire que finalement, tout se termine bien ou mieux que prévu et qu’il n’y a plus lieu d’opposer un vote sanction serait une lourde erreur. Pour se garder de cette tentation, chers amis emmerdés de tous bords, pensons à l’état dans lequel nous étions, aux sentiments d’humiliation, d’impuissance, de colère et de révolte qui nous submergeaient à chaque nouvelle mesure scélérate annoncée sans que les pseudo-contrepouvoirs bougent un cil. Ni oubli, ni pardon.

 

Commentaires

En prenant connaissance de vos dernières proses, j'ai été intrigué par la splendide photo de cet éléphant d'Afrique, qui a été prise lors d'un mouvement de l'animal me semble-t-il....
A moins que vous ayez trouver un spécimen particulier, je doute fort que ce géant soit doté de plus de 4 pattes, disons que cela correspond peut-être à un état émotionnel déclenché par un simple phénomène physiologique...??
Vous avez certainement plus d'informations sur ce cliché provenant de sources personnelles, une connaissance en reportage animalier peut-être ?
En tous les cas, si cela vous a échappé ou est intentionnel, je trouve que cela dynamise encore plus vos propos, une sorte de virilité suggérée ??

Écrit par : un lecteur intéressé | 14 mars 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire