Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 avril 2017

.

fontaine parc nicod oyonnax,oyonnax,ain,rhône alpes auvergne,france,poisson,fontaine,oyonnax,poisson d'avril,blog littéraire de christian cottet-emard,mobilier urbain,décoration urbaine,cadre de vie,ancienne fontaine,parc nicod,parc public,square,jardin public,christian cottet-emard,eau,bassin,écume

Photo © Christian Cottet-Emard

 

22 août 2016

Fugace

Fin d'été ombres douces tout le monde se reconnaît sous les arbres

On parle encore éblouis des bonheurs têtus dans les squares

Où l'on croit en l'instant un peu bancal mais unique et irremplaçable

estime-toi heureux©,orage-lagune-express,poésie,carnet poétique,instant,instantané,croquis,christian cottet-emard,moment présent,littérature,contemplation,rêverie,vacances,congés,square,jardin public,été,bonheur,fin d'été,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,carnet photo,lisbonne,portugal,principe real

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Lisbonne, Principe Real (photo © Christian Cottet-Emard)

Texte extrait de mon recueil Estime-toi heureux

 

03 octobre 2014

Carnet / Du sentiment d'habiter

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Je trouve amusant de m’entendre dire « toi sur Facebook ? » Pourquoi pas ? Il y a des gens très bien sur Facebook, et très intéressants, avec qui il est agréable d’échanger des textes, des idées, des blagues, des photos, des vidéos, des bonjours. Je n’ai absolument pas le sentiment d’y exposer ma vie privée ou de m’y livrer à quelque exhibitionnisme narcissique. Les « amis  » inconnus avec qui je peux parler art, poésie, littérature me sont souvent plus proches que des gens que je connais, que je peux croiser tous les jours dans la rue et qui ouvrent des yeux ronds comme si je venais de prononcer un gros mot lorsque je me hasarde à leur parler d’un livre, d’un auteur, d’un poème, d’un tableau. Ceci est particulièrement vrai à Oyonnax où je ne vis plus mais où je suis obligé de descendre pour des courses et des démarches. Je n’ai vraiment presque plus rien à voir avec cette bourgade où je me sens plus que jamais un étranger alors que ma famille y a vécu depuis des générations. Ce constat me tourne dans la tête chaque fois que je reviens de voyage. Avec les liens tissés grâce à Facebook et aux blogs, je me sens moins prisonnier, moins isolé et incompris d'un point de vue culturel. 

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Lors de mon récent séjour à Lisbonne, nous avons dîné dans un petit restaurant mon épouse et moi avec une amie qui a traduit un de mes recueils de poèmes en langue portugaise. Nous parlions de Facebook qui nous avait permis de nous donner rendez-vous dans le quartier du Miradouro de Sào Pedro de Alcantara et notre amie a prononcé une phrase qui m'a frappé : « Ici, avec mes amis, nous n'avons pas besoin de nous donner rendez-vous pour nous voir. Nous savons que nous sommes dehors à tel endroit, à tel moment de la journée. »  

Voilà bien ce qui me manque ici, dans ma région où la convivialité urbaine et la qualité de vie à l'extérieur n'existent pas.
    

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Sans vouloir comparer ce qui ne peut pas l’être, le contraste est rude au retour de Lisbonne. Ah, le climat tempéré océanique (on dit aussi méditerranéen influencé par le Gulf stream), les squares, les immenses jardins publics avec leurs kiosques où grignoter un sandwich et siroter un café, une bière ou un verre de vin, fumer un cigare sans être embêté par un ou une militante hygiéniste, « les nouvelles chaisières » ainsi que les appelle Jean Pérol ! À Lisbonne, je ne râle presque plus et je ne ressens plus cette fatigue qui m’écrase depuis ma petite enfance. Et puis ce suprême plaisir : n’entendre que la musique de la langue portugaise sans comprendre ce qui se dit et se trouver de ce fait préservé de toute actualité.

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Insouciance de ne comprendre aucune autre langue, pas même l’anglais,  sensation délicieuse d’être à l’écart de tout, sauf des sensations immédiates de la flânerie, luxe d’être un touriste anonyme avec qui l’on se montre affable et courtois si l’on reste simple et sans arrogance, si l’on comprend que comme tout lisboète, vous êtes vous aussi capable de trouver du bonheur à vous asseoir sur un banc pour « prendre un bain de temps » ainsi que l’écrivait le poète Jean Tardieu.

Après deux séjours successifs à Lisbonne, j'ai beau avoir peur en avion et dans les aéroports, je referai le voyage, y compris pour de simples week-ends.

 

Photos : bancs publics dans le quartier Principe Real.

Cyprès géant en tonnelle, quartier Principe Real.

Pause café sous le kiosque du parc das Amoreiras sous l'Aqueduc des Aguas livres.

Un petit verre dans un autre jardin public ! (Photos © Christian Cottet-Emard)