Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2017

Obsèques de Jeannine Cottet-Emard : intentions de messe et remerciements

1735482744.jpgLes funérailles de ma mère Jeannine Cottet-Emard née Joly décédée le 28 janvier 2017 à l'âge de 86 ans ont eu lieu le mercredi 1er février 2017 en l'église Saint-Léger d'Oyonnax (Ain). Elle a été inhumée au nouveau cimetière d'Oyonnax.
Suite aux funérailles, deux intentions de messe seront célébrées : le 5 février 2017 et le 12 mars 2017 en l'église Saint-Léger à 10h.
Remerciements au Père Laurent Revel, curé du groupement paroissial d'Oyonnax et à Mme. Michaud, ainsi qu'à toutes les personnes qui par leur présence, messages et envois de fleurs ont pris part à la peine de la famille.

 

31 janvier 2017

Jeannine Cottet-Emard (1930-2017)

 maman, jeunesse, instant, vie, hommage, adieu, blog littéraire de christian cottet-emard, jeannine joly, épouse cottet-emard

 

17 décembre 2016

Carnet / Revenant

Être disponible à l’instant et le revivre en pensée plus tard, tel est pour moi le plaisir du voyage. Le retour sur l’instant passé n’est pas seulement un souvenir mais une sorte de double vie dont j’avais déjà conscience tout enfant sans être capable de nommer cet état d’oscillation entre la plénitude et une légère mélancolie.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,revenant,fantôme,poème,promenade,voyage,moment à poème,instant,christian cottet-emard,plénitude,mélancolie,voyage,lisbonne,parc des nations,dimanche,océan atlantique,portugal,retour,fantôme,instant présent,vie contemplative

Lorsque ces parenthèses dans l’écoulement du temps sont intenses, je les appelle des moments à poèmes. Quelques jours ou des années voire des décennies peuvent séparer un moment à poème qui n’aura duré que quelques minutes ou quelques secondes de l’écriture.

Parfois, l’instant unique réel et revécu autant que je le souhaite en rêve éveillé et même en rêve nocturne ne donne lieu à aucun poème, il devient alors une sorte de maison du retour dont je peux franchir le seuil à volonté, l’esprit léger comme un fantôme débonnaire.

 

Photo : Il y a déjà un peu plus de deux semaines, promenade matinale au bord de la mer à Lisbonne dans une lumière qu'on trouve plus à Ostende ! (Photo Christian Cottet-Emard)