Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2022

Carnet / La poésie et la littérature n’ont rien à voir avec une sortie entre copains.

carnet,note,journal,prairie journal,automobile,voiture,véhicule,poésie,littérature,conseil,écriture,blog littéraire de christian cottet-emard,conduite automobile,moto-neige,campagne,neige,route,feuilles mortes,poème,nouvelle,roman,prairie journal tome 2,autobiographie,christian cottet-emard,éditions orage lagune express,droits réservés,protection juridique,dépôt,office notarial,société des gens de lettres,sgdl,protection des textes,copyright

J’ai toujours aimé les voitures. Tout jeune, j’étais très pressé de passer mon permis de conduire. Cela peut étonner ceux qui me voient conduire ma modeste Toyota et choquer tous les écolos qui, Dieu sait pourquoi, ne me virent pas de leur liste de contact sur Facebook. Une précision pour ceux-là : j’aime aussi les armes à feu, seulement les armes de poing (pistolets et revolvers) que je n’ai hélas pas le droit de détenir, à l’inverse des autos.
 
Je ne possède qu’une voiture parce que je n’ai pas envie de gaspiller toutes mes économies et la retraite qui m’est désormais versée depuis le premier décembre de cette année mais sinon, j’aurais plusieurs garages remplis de véhicules pour chaque usage parce que j’habite une campagne volontiers neigeuse. D’ailleurs, une moto-neige ne me déplairait pas non plus, même si je n’aime pas la neige ou plutôt parce que je n’aime pas la neige.
 
Mon goût des voitures ne vient pas d’un intérêt pour la mécanique et ses performances. Ce sont les carrosseries qui me plaisent, surtout celles des voitures anciennes, notamment des années trente aux années soixante. Tout ce qu’il y a sous la carrosserie m’indiffère, exactement comme m’indiffère ma propre mécanique, ce que j’ai dans le corps. Comprendre comment fonctionne la mécanique automobile ou corporelle ne m’intéresse pas, tout ce que je demande, c’est que ça marche le plus longtemps possible.
 
La poésie et la littérature ont plus à voir avec les voitures qu’on ne le croirait. Dans le temps, lorsque j’allais parler de mes livres dans des librairies, des classes et des bibliothèques, il m’arrivait parfois de discuter avec des petits jeunes qui voulaient écrire. Quelques-uns sont même venus me voir chez moi, ce qui me mettait un peu mal à l’aise tant je me sentais ridicule dans le rôle du conseilleur surpris dans son quotidien le moins littéraire et qui, en plus, n’avait guère à conseiller : passe ton permis de conduire d’abord et si tu veux écrire, prends un carnet, un crayon et un ordinateur. Si tu t’aperçois alors que tu aimes encore plus écrire que conduire ta bagnole, alors vas-y franchement mais comme dans la conduite, ne t’occupe que d’une chose, la route, rien que la route (et le rétro, très important le rétro pour l’écrivain et le poète).
 
La poésie et la littérature sont des véhicules, chaque auteur a le sien que lui-seul peut conduire. Ne mets pas la radio en conduisant ; la route, rien que la route. Rien que ce que tu vois devant le pare-brise et dans le rétro. À la rigueur un coup d’œil dans la lunette arrière quand tu vois s’envoler des feuilles mortes à ton passage, ça peut faire un bout de poème ou de nouvelle ; ou le début d’un roman. Ne laisse pas perdre, ne gaspille pas trop, la vie peut se montrer avare à certains moments. Pourquoi n’écrirais-tu pas un poème, une nouvelle ou un roman qui s’appellerait La vie avare ? Trop tard, je vais l’écrire dès que tu auras tourné les talons et je déposerai le manuscrit chez mon notaire, à la Société des gens de lettres et partout où l’on pourra attester que c’est bien moi qui l’ai écrit, jusque devant un tribunal s’il le faut. Ça te fait rire ? Ne ris pas. Si tu n’es pas raisonnablement parano, laisse tomber l’écriture et la publication (et peut-être la conduite automobile où la conscience du danger est indispensable).
 
Je te vois venir. Tu vas monter dans d’autres véhicules parfois conduits par des potes, personne ne peut t’en empêcher. Je te le dis quand même, évite les potes (en plus, ta copine t’en sera reconnaissante), conduis en solo. La littérature et la poésie n’ont rien à voir avec une sortie entre copains. Si tu m’avais lu avant de venir me voir, tu te serais rappelé que j’ai écrit quelque chose comme ça dans mon livre que j’ai intitulé Aux grands jours (page 72). Tiens, cadeau. Je t’écris la dédicace au crayon de papier pour que tu puisses la gommer au cas où tu voudrais le revendre mais je te préviens, tu auras du mal à le fourguer parce que ce sont des poèmes et qu’il y a très peu de poèmes d’amour.
 
L’amour aussi est une voiture, avec beaucoup de chevaux sous le capot. Ça bondit et ça fonce tout droit comme une petite sportive ou une grosse berline mais ça n’a pas de volant et pas de conducteur, que des passagers, et ça finit dans le décor. Voilà, c’est l’heure. Content de t’avoir déçu, ça t’évitera de me copier, c’est pour ton bien parce qu’au fond, je trouve que tu as une bonne tête, un peu comme la mienne quand j’avais ton âge.
 
© Éditions Orage-Lagune-Express (extrait de mon livre Prairie Journal, tome 2)
 

27 octobre 2020

Le virage du pays natal

éditions orage-lagune-express,récits des lisières,droits réservés,copyright,feu,virage,pays natal,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hautetfort,draisine,guerre 14,route,éditions germes de barbarie,paysageévasion,paysage,évasion,poème

Photo © Christian Cottet-Emard

 

Tu conduis sur les jolies routes ainsi les désignait ton père avant que ne vienne ton tour de tenir le volant et de voir défiler le paysage de toujours

 

Le paysage de toujours pourtant différent du seul fait que tu sois passé de la banquette arrière au siège avant

 

L’herbe des talus les vieilles bornes la maison vide du garde-barrière le château d’eau

 

le goudron qui coupe la forêt en deux

 

les grandes fougères qui s’inclinent au passage de l’auto les feuilles de charme de foyard de noisetier qui s’envolent dans la lunette arrière

 

le bras d’une rivière ombreuse à l’onde rapide les ponts sur la brume

 

le restaurant au menu très ordinaire l’autorail bicolore trente secondes dans la même direction puis qui prend la tangente

le tracteur piloté par une jeune femme rousse toute menue

 

le hérisson qui a de la chance la buse variable sur un poteau de ligne électrique les géraniums d’un hameau désolé

 

le cimetière à la grille rouillée où s’alignent quatre tombes de petits jeunes de vingt ans morts pour une querelle de vieux vampires consanguins à particules et à la progéniture reconvertie en barons et capitaines d’industrie

 

les wagons abandonnés la draisine en panne des années cinquante sur une voie de garage

 

l’horaire des messes l’enseigne décolorée Vin fou la drôle d’odeur les gouttes sur le pare-brise l’éclaircie

 

le soleil du soir dans les yeux le grand-père à sa fournache

 

le nuage en forme d’ours le coup de vent qui emporte un journal

 

la ligne droite entre les platanes la grande côte en lacets la falaise

 

encore l’autorail très loin accroché à flanc de montagne l’épingle à cheveux la descente

 

le mauve bonbon d’une ampoule d’éclairage public pour deux maisons

 

la déviation par la petite route au bord de la rivière profonde le héron

 

le clocher les bâches de la fête foraine le lac le petit barrage les nids-de-poule sous l’allée de saules

 

la pipistrelle la lune dans les frênes le dos d’âne le panneau Fin de déviation

 

Et bientôt ce virage après toutes choses banales dit-on qui ne cesseront de t’étonner

 

le virage du pays natal où tout semble à peine moins étrange

 

éditions orage-lagune-express,récits des lisières,droits réservés,copyright,feu,virage,pays natal,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hautetfort,draisine,guerre 14,route,éditions germes de barbarie,paysageévasion,paysage,évasion,poème(Extrait de mon recueil Poèmes du bois de chauffage, troisième partie (Paysage / Évasion), © Éditions Germes de barbarie et Christian Cottet-Emard, 2018.)

 

06 octobre 2017

Carnet photo / L'automne bleu

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Matin au jardin

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Garer la voiture dans la forêt

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

S'approcher du bord

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Trouver l'automne bleu

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Un qui a tout compris

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Reprendre la route

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

On dirait une route américaine...

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

... D'ailleurs, il y a un vieux camion

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Arrêt place de l'église perchée

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Où l'ombre joue...

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

... sur tous les tableaux

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Et puis la lune s'est levée derrière chez moi

carnet-photo,photographie,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,note,automne,saison,automne bleu,christian cottet-emard,forêt,campagne,jardin,matin,lune,église,paysage,route,vieux camion,comme une route américaine,épicéa,mon bureau,rétroviseur,une journée,contempler,rêvasser,promenade

Et je repense à l'automne bleu la nuit dans mon bureau

(Photos Ch. Cottet-Emard)