Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juillet 2020

Le cycle du papillon de nuit

estime-toi heureux,©éditions orage lagune-express,christian cottet-emard,poésie,littérature,image,photo,papillon,nuit,mystère,énigme,question,avant,blog littéraire de christian cottet-emard,dépôt n°,droits réservés,cycle,papillon de nuit

Image C.C-E

Tout alla très vite et avec grand mystère

 

On eut peur on éclata de rire

 

On donna et reçut de rapides baisers

 

On rata le début et la fin

 

On dormit quand il fallait veiller et l’on veilla quand il fallait dormir

 

On ne comprit pas grand-chose et tout se prépara à redevenir comme avant mais avant quoi ?

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux © éditions Orage-Lagune-Express 2020. 

01 mai 2020

Quand le sommelier écoute mes blagues parce qu'il sait qu'il aura un pourboire

court,blagues,humour,pensées,aphorismes,blog littéraire de christian cottet-emard,feuilleton tu écris toujours ?,extraits,sommelier,pourboire,mystère,montée des eaux,montée des prix,effectivement,prémonition,bourses d'écriture,procrastination,moyens,temps,argent,le temps c'est de l'argent,ressources humaines,emploi,crémation,regrets

 

Regrets

À cause de ma pointure moyenne (42) je ne suis pas sûr d’être enterré en grandes pompes.

 

Crémation

Moi qui n’ai jamais fait de politique, je me vois mal finir dans une urne.

 

Emploi

Quoi de plus triste que de perdre son travail quand on est payé à ne rien faire ?

 

Ressources humaines

Si on vous demande d’écrire une lettre de motivation, c’est qu’on vous soupçonne de ne pas être motivé.

 

Le temps c'est de l'argent

Ce n'est pas parce que le temps manque que l'argent doit se croire obligé de l'imiter.

 

Moyens

Faire la noce toutes les nuits n’est pas à la portée de toutes les bourses.

 

Bourses d’écriture et procrastination

Chère petite madame, mieux vaut un écrivain sans œuvre avec des bourses qu’un écrivain sans bourses avec des œuvres.

 

Prémonition

Je fais souvent des rêves prémonitoires désagréables. Par exemple, je rêve que je me lève tôt le matin et le mauvais rêve se réalise peu après.

 

Effectivement

Avez-vous remarqué que de nombreux chiens s’appellent Sacha mais que très peu de chats se nomment Sachien ?

 

Montée des eaux, montée des prix

Lorsque la visite de la basilique Saint-Marc se fera en nautile ou en bathyscaphe pour cause de réchauffement climatique, Venise sera une ville encore plus chère qu’aujourd’hui.

 

Mystère

L’après-midi passa très vite, je me demande bien pourquoi.

 

(Brèves pour la plupart extraites de mon livre Tu écris toujours ?, © éditions Le pont du Change.)

01 mai 2019

Carnet / La parenthèse des jardins

carnet,note,journal,autobiographie,blog littéraire de christian cottet-emard,nature,campagne,bois,champs,promenade,jardin,éléments,environnement,romantisme,dix-neuvième siècle,moteur,machine,fuite en avant,mystère,plaisir,conscience,animal,danger,être humain,créature,apaisement,parenthèse,christian cottet-emard,parenthèse des jardins,menace,reprendre haleine,lilas

Être parfois qualifié d’auteur des bois et des champs m’a d’abord flatté et amusé. Cependant, à y réfléchir un peu plus, je ne me reconnais pas tant que cela dans cette image qu’on me renvoie.

Je me sens bien sûr souvent assez proche des éléments, de mon environnement campagnard auquel j’ai un rapport un peu romantique car sur bien des aspects, je suis un homme du dix-neuvième siècle.

Mais je sais surtout que la nature passe son temps à défaire ce qu’elle fait, à donner la vie et à la reprendre. Je ne peux m’empêcher de penser que la nature n’a d’autre but que de nous menacer et de nous nuire à seule fin de faire tourner le moteur de sa grande machine lancée dans sa course folle, dans sa mystérieuse fuite en avant, même si elle nous gratifie tout autant de plaisirs qui n’existent que par notre conscience.

Pendant la plus bucolique de mes promenades, j’ai toujours un œil aux aguets, je regarde sans cesse derrière moi, je veille en permanence à ce qui pourrait surgir à l’improviste, à ce que je pourrais rencontrer, qu’il s’agisse d’un animal à peu près inoffensif ou de la plus dangereuse des créatures : un être humain.

Heureusement, la nature sait aussi permettre aux pauvres animaux effrayés et ignorants que nous sommes de reprendre haleine, nous donner un peu d’apaisement lorsqu’elle consent à nous laisser ouvrir la parenthèse des jardins.

 

Photo : L'an dernier dans mes lilas qui avaient donné une floraison plus abondante que cette année.