Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 septembre 2016

Carnet photo / Du petit matin silencieux

carnet,matin,carnet/photo,potron minet,rayon de soleil,cafetière italienne,petit déjeuner,journal intime,quotidien,petit jour,nouvelle journée,rêverie,brioche de marie,brioche maison,instant,heure matinale,blog littéraire de christian cottet-emard,clé,christian cottet-emard,armoire jurassienne,lumière,autoportrait,photographie,autoportrait à la cafetière,objet du quotidien

Petit déjeuner, 6h55, mardi 20 septembre 2016. Autoportrait à la cafetière italienne

carnet,matin,carnetphoto,potron minet,rayon de soleil,cafetière italienne,petit déjeuner,journal intime,quotidien,petit jour,nouvelle journée,rêverie,brioche de marie,brioche maison,instant,heure matinale,blog littéraire de christian cottet-emard,clé,christian cottet-emard,armoire jurassienne,lumière,autoportrait,photographie,autoportrait à la cafetière,objet du quotidien

Brioche maison

carnet,matin,carnetphoto,potron minet,rayon de soleil,cafetière italienne,petit déjeuner,journal intime,quotidien,petit jour,nouvelle journée,rêverie,brioche de marie,brioche maison,instant,heure matinale,blog littéraire de christian cottet-emard,clé,christian cottet-emard,armoire jurassienne,lumière,autoportrait,photographie,autoportrait à la cafetière,objet du quotidien

Et le premier rayon du soleil levant de septembre

(Photos Christian Cottet-Emard)

 

 

09 novembre 2014

En finir avec la fabrication des garçons

société,libération,journal,quotidien,éducation,blog littéraire de christian cottet-emard,en finir avec la fabrique des garçons,sylvie ayral,yves raybaudÀ lire ici

30 août 2014

Fournitures de rentrée littéraire (ou l'overdose Carrère)

À part une nouvelle, une petite chose gluante qui se voulait érotique inexplicablement publiée par le quotidien Le Monde il y a longtemps et qui eut pour effet de semer un bazar noir dans la vie sentimentale de l’auteur, je n’ai lu aucun livre d’Emmanuel Carrère.

J’en ai aujourd’hui d’autant moins l’intention qu’il est impossible d’échapper à sa figure étalée sur toutes les couvertures de la presse industrielle, le Monde emportant la surenchère en nous placardant son sourire mou à deux reprises dans la même édition, en première page et en Une du supplément que nous continuerons par commodité, ces temps-ci, de qualifier de littéraire.

Je n’affirmerai pas que les livres d’Emmanuel Carrère sont bons ou mauvais, intéressants ou non, puisque je ne les connais pas. Je me demande juste si un aussi grotesque matraquage médiatique rend vraiment service à un auteur. Moi, lecteur, cela me fait fuir, et je ne pense pas être tout seul dans cette indisposition.

emmanuel carrère,le monde,télérama,presse,matraquage,média,livre,rentrée littéraire,quotidien,hebdomadaire,overdose,blog littéraire de christian cottet-emard,et à part ça,humeur,billet,chronique,mauvaise humeur,mauvaise foi,fournitures de rentrée

 Il faut dire que quelques jours avant Carrère nombril du Monde, il y eut Carrère en look fripé-moite du dernier chic Télérama. Pour échapper à cette couverture glauque, j’ai pris soin de stocker à l’envers ce qui n’est tout de même qu’un programme télé dont j’ai trouvé tout aussi déprimante la fausse lycéenne en jupette assise sur un lave-linge Whirlpool de la pub Darty où il était aussi question de fournitures de rentrée en quatrième de couv.

D’un côté le kitsch des petits mocassins et du chemisier tout propre et repassé du mannequin, de l’autre la guenille auréolée et les nu-pieds pathétiques de l’homme qui, paraît-il, « domine la rentrée littéraire » (le Monde) et « nous livre les clés du “Royaume” » (Télérama).

Décidément, la rentrée, il est temps d’en sortir !