Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2021

Les plus mal chaussés

chaussures,ateliers d'écriture,coach,édition,roman,auteur,conseil,blog littéraire de christian cottet-emard,billet,humeur,christian cottet-emard

Je comprends que des auteurs puissent tenter de gagner un peu d’argent en animant des ateliers d’écriture ou en communiquant leur expérience littéraire ou éditoriale ainsi que la mode en a été lancée dans les années 80 du siècle dernier. En revanche, les motivations de leur étrange public m’échappent un peu, surtout ce besoin de se trouver des maîtres, des professeurs. La meilleure et à mon avis la seule formation valable pour apprendre à écrire est la lecture.

En lisant la presse et en écumant les réseaux sociaux, je suis impressionné par la quantité d’offres de services émanant d’auteurs qui se prétendent « coachs en écriture ou en édition » (le mot qu’ils emploient augure mal de la suite). Examiner leurs différents profils laisse à penser que l’enseignement qu’ils dispensent ne fonctionne pas pour eux-mêmes, surtout ceux qui vous expliquent « comment écrire un roman » et, pendant qu’on y est « comment le publier » !

Cela me fait penser à tous ces « thérapeutes » eux-mêmes perclus de problèmes (allusion à quelques personnes que j’ai connues) et qui exercent dans des spécialités qui laissent rêveur.

Je sais bien que les cordonniers sont les plus mal chaussés, mais tout de même...

 

25 juillet 2019

Carnet / Objectif point final

livre,tram,ligne droite,jeune,sinueux,carnet,note,journal,conseil,littérature,écriture,point final,objectif point final,blog littéraire de christian cottet-emard,publication,édition,but,direct

Vous êtes jeune et vous portez un livre. Vous vous demandez ce qui vous arrive.

Essayez de ne pas trop penser à vos lecteurs car eux ne pensent pas à vous. Quand ils vous lisent, ils pensent à eux et non à vous. C’est normal.

Ne pensez qu’à votre livre en cours, c’est pour cela que vous êtes sur Terre. Le reste vous enquiquine, l’engagement, la politique, le bénévolat, l’économie, le sport, toutes ces salades. Ne pensez qu’à votre livre.

S’il n’a pas de lecteurs ou très peu, ce n’est pas grave. S’il n’a pas d’éditeur, c’est peut-être bon signe. De toute façon, il existe des machines qui peuvent le fabriquer en petites quantités, à la demande. Même s’il n’y a que dix demandes, c’est fabuleux.

Ne pensez pas au succès et à la reconnaissance sociale, ces sucreries qui sont des poisons lents pour vous et votre livre. Méfiez-vous des sorties entre potes, votre livre en souffre. Ne cherchez pas à être aimé ou compris pour votre livre, c’est déjà bien assez compliqué en amour et en amitié, laissez votre livre en dehors de tout cela.

Votre livre est sinueux, pas vous. Votre livre c’est comme le tram, ne le laissez pas partir sans vous. Rêvassez, flemmardez et glandez tant que vous voulez mais dès qu’il s’agit de votre livre, ne soyez pas sociable c’est-à-dire distrait, partez direct en ligne droite jusqu’à la fin.

Votre but est un signe de ponctuation : le point final.

 

 

22 avril 2013

Bien se débrouiller dans la vie

note,joiurnal,poésie,narration,littérature,conseil,blog littéraire de christian cottet-emard,récit des lisières,estime-toi heureux,challenge,destin,fusil,amour,jonquille,jacinthe,soupe,marc de café,boule de cristal,ligne de la main,confiance,déceptionGarde-toi de trop y croire

Garde-toi d’adhérer

Garde-toi des bilans

Garde-toi d’aller au bout de toi-même

Garde-toi des gros malins qui te proposent un challenge

Garde-toi des mises en danger

Garde-toi des nouveaux départs

Garde-toi de la fleur au fusil

Garde-toi d’être le premier à l’assaut le dernier à la soupe

Garde-toi de qui te prédit un grand destin

Garde-toi de qui pourrait te dire un jour tu m’as beaucoup déçu

Garde-toi du marc de café des lignes de la main et des boules de cristal

Garde-toi de qui s’estime fondé à placer de grands espoirs en toi

Garde-toi des affectueux diminutifs

Garde-toi de vouloir donner ce que tu n’as pas à quelqu’un qui n’en veut pas

Garde-toi de tomber amoureux sous prétexte que l’air sent la jacinthe et la jonquille

Garde-toi de ne jamais t’être senti aussi jeune

Tu vois tu ne t’en sors pas si mal quand tu ne veux pas

 

© Éditions Orage-Lagune-Express, 2013. Droits réservés pour texte et photo.