Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2015

Carnet / Pour quelques grands arbres

L’enfance du piéton

patiente

dans le grand âge de l’arbre

ai-je écrit juste après quelques pas sous l’un des plus anciens et des plus hauts feuillages du parc. J’arpente ce jardin public depuis que je sais marcher. 

À l’évidence, ces grands arbres me parlent ou quelque chose ou quelqu’un me parle à travers eux. L’enfant resté au bord de la route de Jean Tardieu? Ma propre voix que je comprends si mal ? Pourquoi ne suis-je pas parti ? (puisque toujours résonne en moi le sec constat de René Char, « Écrire : s’exclure » .

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Je les soupçonne, ces arbres, d’être pour quelque chose dans mon enracinement. Ce sont eux les arbres et c’est moi qui ai les racines. Pour moi, ils sont éternels puisqu’ils étaient là avant moi et que leur longévité est bien supérieure à la mienne, même si je vis jusqu’à cent ans, même si certains d’entre eux ne sont pas à l’abri d’un accident (sécheresse, tempête, foudre...), d’une attaque (bûcheron, « paysagiste »...), ou d’une maladie (champignon, insecte xylophage...) autant de péripéties qui pourraient venir contrarier leur destin. Lorsqu'ils disparaissent d’une rue ou d’une place où j’aime faire un détour, j’ai l’impression que la rue et la place s’évanouissent ou qu’elles existent moins, que le paysage a été gommé par la main brouillonne de quelqu’un qui n’arrivera pas à le redessiner.

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Bien sûr, on est parfois obligé, surtout en ville, de remplacer certains arbres trop vieux et malades par d’autres qui joueront à leur tour leur rôle de témoin d’éternité pour celles et ceux qui attachent de l’importance à ces choses-là mais on ne m’ôtera pas de l’idée qu’une vie réussie est celle qui s’est épanouie du début à la fin sous les mêmes arbres. Je crois avoir eu cette chance jusqu’à maintenant et je touche du bois (!) pour que cela continue. 

Il n’est guère de jours où je ne passe sous les vieux platanes noueux qui me voyaient marcher tout gosse le nez en l’air entre l’église Saint-Léger et l’école Jeanne d’Arc, peu de semaines sans une visite aux quatre sapins pectinés de quarante mètres de haut que les siècles ont légué à mes promenades en forêt (même si, du plus colossal du groupe, âgé de 225 ans, avec près de 4 mètres de tour, ne reste que la souche après ce funeste soir de la tempête du 27 décembre 1999), peu de temps, en somme, sans les marronniers des parcs et jardins qui, l’automne, me fournissaient en munitions lorsque dégénéraient les cavalcades et bagarres de sorties de classe. 

Je trouve tout le reste futile. Je mesure le luxe extraordinaire qui m’est donné de pouvoir dire cela et j’en remercie je ne sais qui car je n’ai malheureusement pas la Foi mais je remercie quand même car je n’aime pas l’ingratitude.

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Voilà peut-être pourquoi je ne suis pas parti, pourtant très tôt conscient que mes projets littéraires, conçus dans l’enfance, ne trouveraient pas d’humus plus pauvre, de sol plus aride et de cieux plus indifférents que ceux de ma terne bourgade recroquevillée dans sa nostalgie mortifère de gloires artisanales puis industrielles fugaces au beau milieu d’une immensité de splendeur végétale.

« Écrire : s’exclure » ou plutôt écrire : partir, ce à quoi, m’étant pourtant exclu sans regret, je n’ai pu me résoudre, sans doute pour quelques grands arbres...

Texte paru dans la revue Le Croquant. Droits réservés.

08 juillet 2014

Carnet / De l’évasion, de la nécrologie et des gentils donateurs

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursNouvelle saison culturelle d’Oyonnax : vite, la voiture !

Au courrier récemment, la plaquette de ce qui fait office de saison de spectacles 2014-2015 à Oyonnax. Parfaite continuité avec la programmation de l’an dernier, voire à peine en-dessous, mais ne chipotons pas. À ce niveau, tout cela reste très homogène et cohérent, conforme aux productions (c’est vraiment le mot juste) que des municipalités bien obligées de traîner le boulet de la culture se débrouillent pour financer à la diable malgré des dépenses beaucoup plus urgentes telles que les pelouses chauffées pour les stades, les commémorations en costumes d’époque et les étapes de vélo national.
Aucun autre commentaire concernant cette programmation oyonnaxienne sinon celui-ci : pas de panique, Lyon et Genève à une heure de trajet. Je pratiquais depuis longtemps l’évasion commerciale, me voici en plus dans l’évasion culturelle.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursQu’est-ce qu’une personne sympathique ?

Réponse : un mort. Telle est, la plupart du temps, l’impression ressentie après la lecture d’une nécrologie. Le plus souvent, l’individu concerné était « exigeant avec les autres mais aussi avec lui-même » . Il pouvait certes « avoir des colères » pour qui  « ne se montrait pas à la (sa) hauteur » , mais « témoignait d’un esprit d’équipe à toute épreuve » , et «partageait volontiers quelques moments de détente avec ses collègues» . Assurément un défunt sympathique selon les standards nécrologiques et sociaux mais le genre de vivant qu’en ce qui me concerne, j’évite comme la peste.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursLes gentils donateurs apprécieront

D’habitude, je ne m’intéresse pas aux turpitudes financières des partis politiques car ces informations débitées par des journalistes aux accents de vierges effarouchées sont trop répétitives. De plus, ce genre de sujet abordé lors d’un repas de famille ou entre amis peut gâcher le dessert. La tarte aux pommes de grand-mère mérite-t-elle d’être avalée de travers ou de finir sur la tête d’un convive à cause de la politique? Non ! Une tarte maison, contrairement à la politique, ça se respecte.
Mais puisque nous ne sommes pas à table en ce moment, je suppose tout de même qu’après l’appel aux dons de l’UMP, les gentils donateurs qui ont retiré vingt ou trente euros de leur petit porte-monnaie (oui, j'en suis pantois mais ils existent !) apprécient en ce moment les récents développements de l’actualité concernant les coûts présumés de certains frais de représentation et de déplacement dans les hautes sphères.

27 janvier 2014

PAYSAGE / ÉVASION (extrait)

PAYSAGE / ÉVASION est un long poème en composition permanente qui compte actuellement cinq sections. Commencé au début de la décennie 2000 ou peut-être un peu plus tôt, avec des périodes d'interruptions plus ou moins longues, il se terminera le jour de ma fin ou lorsque je ne serai plus capable d'écrire. Tel en est du moins, jusqu'à nouvel ordre, le projet littéraire de départ. Des extraits d'autres sections ont été publiés en revues ou mis en ligne à l'occasion d'opportunités et de circonstances diverses. L'extrait suivant est tiré de la cinquième section.

Tu as été capturé par le paysage de ton enfance

Cela s’est produit le jour où croyant le connaître par cœur tu t’es aperçu qu’il était inépuisable

Tu avais beau l’arpenter dans tous les sens il était infini

Familier et infini le long de ces petites routes de campagne de ton jeune âge et que tu reconnais aujourd’hui même si quelques coupes forestières ont dégagé des horizons

Ces horizons n’ont rien de nouveau ils ne sont que révélés et s’intègrent donc en quelques promenades dans ton paysage d’enfance

paysage / évasion,paysage,évasion,poème,poésie,christian cottet-emard,section,littérature,écriture,blog littéraire de christian cottet-emard,projet littéraire,

Tout cela forme un cadre dans lequel tu as sauté à pieds joints où désormais demeure ton aventure

Car c’est bien d’aventure qu’il s’agit un pas devant l’autre en est une et il n’est pas obligatoire d’aller la chercher aux antipodes

« Qu’ils voyagent donc, ceux qui n’existent pas ! » a écrit Fernando Pessoa

Tu as quant à toi beaucoup de mal a exister dans d’autres paysages que « les tiens » ce qui ne signifie pas que tu refuses les autres paysages

Simplement tu ne peux pas te fondre en eux alors que tu en as tout le loisir dans ceux de ton environnement habituel

Cette fusion n’est que partielle elle est à son minimum dans ta ville face à laquelle tu tiens tes distances elle atteint son apogée dans la campagne et dans la forêt alentour notamment sous l’effet des arbres

Mais tu trouves aussi en eux la protection contre ce terrible danger qu’est la fusion totale en quelque chose ou en quelqu’un

Un frôlement d’aile une brindille qui craque sous le pas une branche qui fléchit une ramure qui frémit et te voici de nouveau à distance appliquant ainsi la leçon des créatures dont l’inquiétude et la brève fuite à ton passage participent de la vie du paysage

Photo : depuis une fenêtre du séjour, chez moi, dimanche 26 janvier 2014 en fin d'après-midi.

© Orage-Lagune-Express 2014