Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2020

Le virage du pays natal

éditions orage-lagune-express,récits des lisières,droits réservés,copyright,feu,virage,pays natal,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hautetfort,draisine,guerre 14,route,éditions germes de barbarie,paysageévasion,paysage,évasion,poème

Photo © Christian Cottet-Emard

 

Tu conduis sur les jolies routes ainsi les désignait ton père avant que ne vienne ton tour de tenir le volant et de voir défiler le paysage de toujours

 

Le paysage de toujours pourtant différent du seul fait que tu sois passé de la banquette arrière au siège avant

 

L’herbe des talus les vieilles bornes la maison vide du garde-barrière le château d’eau

 

le goudron qui coupe la forêt en deux

 

les grandes fougères qui s’inclinent au passage de l’auto les feuilles de charme de foyard de noisetier qui s’envolent dans la lunette arrière

 

le bras d’une rivière ombreuse à l’onde rapide les ponts sur la brume

 

le restaurant au menu très ordinaire l’autorail bicolore trente secondes dans la même direction puis qui prend la tangente

le tracteur piloté par une jeune femme rousse toute menue

 

le hérisson qui a de la chance la buse variable sur un poteau de ligne électrique les géraniums d’un hameau désolé

 

le cimetière à la grille rouillée où s’alignent quatre tombes de petits jeunes de vingt ans morts pour une querelle de vieux vampires consanguins à particules et à la progéniture reconvertie en barons et capitaines d’industrie

 

les wagons abandonnés la draisine en panne des années cinquante sur une voie de garage

 

l’horaire des messes l’enseigne décolorée Vin fou la drôle d’odeur les gouttes sur le pare-brise l’éclaircie

 

le soleil du soir dans les yeux le grand-père à sa fournache

 

le nuage en forme d’ours le coup de vent qui emporte un journal

 

la ligne droite entre les platanes la grande côte en lacets la falaise

 

encore l’autorail très loin accroché à flanc de montagne l’épingle à cheveux la descente

 

le mauve bonbon d’une ampoule d’éclairage public pour deux maisons

 

la déviation par la petite route au bord de la rivière profonde le héron

 

le clocher les bâches de la fête foraine le lac le petit barrage les nids-de-poule sous l’allée de saules

 

la pipistrelle la lune dans les frênes le dos d’âne le panneau Fin de déviation

 

Et bientôt ce virage après toutes choses banales dit-on qui ne cesseront de t’étonner

 

le virage du pays natal où tout semble à peine moins étrange

 

éditions orage-lagune-express,récits des lisières,droits réservés,copyright,feu,virage,pays natal,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hautetfort,draisine,guerre 14,route,éditions germes de barbarie,paysageévasion,paysage,évasion,poème(Extrait de mon recueil Poèmes du bois de chauffage, troisième partie (Paysage / Évasion), © Éditions Germes de barbarie et Christian Cottet-Emard, 2018.)

 

06 février 2015

Carnet / Pour quelques grands arbres

L’enfance du piéton

patiente

dans le grand âge de l’arbre

ai-je écrit juste après quelques pas sous l’un des plus anciens et des plus hauts feuillages du parc. J’arpente ce jardin public depuis que je sais marcher. 

À l’évidence, ces grands arbres me parlent ou quelque chose ou quelqu’un me parle à travers eux. L’enfant resté au bord de la route de Jean Tardieu? Ma propre voix que je comprends si mal ? Pourquoi ne suis-je pas parti ? (puisque toujours résonne en moi le sec constat de René Char, « Écrire : s’exclure » .

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Je les soupçonne, ces arbres, d’être pour quelque chose dans mon enracinement. Ce sont eux les arbres et c’est moi qui ai les racines. Pour moi, ils sont éternels puisqu’ils étaient là avant moi et que leur longévité est bien supérieure à la mienne, même si je vis jusqu’à cent ans, même si certains d’entre eux ne sont pas à l’abri d’un accident (sécheresse, tempête, foudre...), d’une attaque (bûcheron, « paysagiste »...), ou d’une maladie (champignon, insecte xylophage...) autant de péripéties qui pourraient venir contrarier leur destin. Lorsqu'ils disparaissent d’une rue ou d’une place où j’aime faire un détour, j’ai l’impression que la rue et la place s’évanouissent ou qu’elles existent moins, que le paysage a été gommé par la main brouillonne de quelqu’un qui n’arrivera pas à le redessiner.

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Bien sûr, on est parfois obligé, surtout en ville, de remplacer certains arbres trop vieux et malades par d’autres qui joueront à leur tour leur rôle de témoin d’éternité pour celles et ceux qui attachent de l’importance à ces choses-là mais on ne m’ôtera pas de l’idée qu’une vie réussie est celle qui s’est épanouie du début à la fin sous les mêmes arbres. Je crois avoir eu cette chance jusqu’à maintenant et je touche du bois (!) pour que cela continue. 

Il n’est guère de jours où je ne passe sous les vieux platanes noueux qui me voyaient marcher tout gosse le nez en l’air entre l’église Saint-Léger et l’école Jeanne d’Arc, peu de semaines sans une visite aux quatre sapins pectinés de quarante mètres de haut que les siècles ont légué à mes promenades en forêt (même si, du plus colossal du groupe, âgé de 225 ans, avec près de 4 mètres de tour, ne reste que la souche après ce funeste soir de la tempête du 27 décembre 1999), peu de temps, en somme, sans les marronniers des parcs et jardins qui, l’automne, me fournissaient en munitions lorsque dégénéraient les cavalcades et bagarres de sorties de classe. 

Je trouve tout le reste futile. Je mesure le luxe extraordinaire qui m’est donné de pouvoir dire cela et j’en remercie je ne sais qui car je n’ai malheureusement pas la Foi mais je remercie quand même car je n’aime pas l’ingratitude.

arbre,grands arbres,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,question,parc,nature,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,christian cottet-emard,épicéa,sapin,orme,hêtre,sapin pectiné,frêne,église saint léger,école jeanne d'arc,platane,marronnier,érable plane,tempête 1999,écolier,rené char,jean tardieu,poésie,littérature,souvenir,nostalgie,mélancolie,paysage,évasion,racines,enracinement

Voilà peut-être pourquoi je ne suis pas parti, pourtant très tôt conscient que mes projets littéraires, conçus dans l’enfance, ne trouveraient pas d’humus plus pauvre, de sol plus aride et de cieux plus indifférents que ceux de ma terne bourgade recroquevillée dans sa nostalgie mortifère de gloires artisanales puis industrielles fugaces au beau milieu d’une immensité de splendeur végétale.

« Écrire : s’exclure » ou plutôt écrire : partir, ce à quoi, m’étant pourtant exclu sans regret, je n’ai pu me résoudre, sans doute pour quelques grands arbres...

Texte paru dans la revue Le Croquant. Droits réservés.

08 juillet 2014

Carnet / De l’évasion, de la nécrologie et des gentils donateurs

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursNouvelle saison culturelle d’Oyonnax : vite, la voiture !

Au courrier récemment, la plaquette de ce qui fait office de saison de spectacles 2014-2015 à Oyonnax. Parfaite continuité avec la programmation de l’an dernier, voire à peine en-dessous, mais ne chipotons pas. À ce niveau, tout cela reste très homogène et cohérent, conforme aux productions (c’est vraiment le mot juste) que des municipalités bien obligées de traîner le boulet de la culture se débrouillent pour financer à la diable malgré des dépenses beaucoup plus urgentes telles que les pelouses chauffées pour les stades, les commémorations en costumes d’époque et les étapes de vélo national.
Aucun autre commentaire concernant cette programmation oyonnaxienne sinon celui-ci : pas de panique, Lyon et Genève à une heure de trajet. Je pratiquais depuis longtemps l’évasion commerciale, me voici en plus dans l’évasion culturelle.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursQu’est-ce qu’une personne sympathique ?

Réponse : un mort. Telle est, la plupart du temps, l’impression ressentie après la lecture d’une nécrologie. Le plus souvent, l’individu concerné était « exigeant avec les autres mais aussi avec lui-même » . Il pouvait certes « avoir des colères » pour qui  « ne se montrait pas à la (sa) hauteur » , mais « témoignait d’un esprit d’équipe à toute épreuve » , et «partageait volontiers quelques moments de détente avec ses collègues» . Assurément un défunt sympathique selon les standards nécrologiques et sociaux mais le genre de vivant qu’en ce qui me concerne, j’évite comme la peste.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursLes gentils donateurs apprécieront

D’habitude, je ne m’intéresse pas aux turpitudes financières des partis politiques car ces informations débitées par des journalistes aux accents de vierges effarouchées sont trop répétitives. De plus, ce genre de sujet abordé lors d’un repas de famille ou entre amis peut gâcher le dessert. La tarte aux pommes de grand-mère mérite-t-elle d’être avalée de travers ou de finir sur la tête d’un convive à cause de la politique? Non ! Une tarte maison, contrairement à la politique, ça se respecte.
Mais puisque nous ne sommes pas à table en ce moment, je suppose tout de même qu’après l’appel aux dons de l’UMP, les gentils donateurs qui ont retiré vingt ou trente euros de leur petit porte-monnaie (oui, j'en suis pantois mais ils existent !) apprécient en ce moment les récents développements de l’actualité concernant les coûts présumés de certains frais de représentation et de déplacement dans les hautes sphères.