Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juillet 2020

Au parc

estime-toi heureux,aux grands jours,quatre songeries du ciel ouvert,épilogue,©club,©orage lagune express,©blog littéraire de christian cottet-emard,été,parc,bancs publics,kiosque à musique,fontaine,arbres,feuillages,christian cottet-emard,dépôt n°,archive n°,office notarial m,empreinte électronique n°,n°ISSN 2266-3959,parc rené nicod,oyonnax,ain,rhône-alpes auvergne,haut bugey,france,europe

Il fait trop chaud, se plaint quelqu’un que je ne vois pas, non loin du kiosque à musique vide où les feuillages envoient des ombres dansantes.

 

Le ciel est si vaste que les bancs publics semblent y flotter comme dans la mer.

 

Eau non potable est-il écrit sur la fontaine qu’il suffit d’écouter pour se rafraîchir.

 

L’été est la saison où l’on habite l'immense et claire demeure de l’instant.

estime-toi heureux,aux grands jours,quatre songeries du ciel ouvert,épilogue,©club,©orage lagune express,©blog littéraire de christian cottet-emard,été,parc,bancs publics,kiosque à musique,fontaine,arbres,feuillages,christian cottet-emard,dépôt n°,archive n°,office notarial m,empreinte électronique n°,n°ISSN 2266-3959,parc rené nicod,oyonnax,ain,rhône-alpes auvergne,haut bugey,france,europe

Extrait de Quatre songeries du ciel ouvert, ensemble intégré à mon recueil Aux grands jours © Club, Orage-Lagune-Express et Blog littéraire de Christian Cottet-Emard, ISSN 2266-3959.

Photos C. C-E

 

31 janvier 2019

Hier mercredi, il a fallu chausser les raquettes pour la promenade.

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Ce qui s'appelle garder la tête froide

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Où est passé le chemin ?

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Quelque part...

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Après la tempête de la nuit, le chemin a changé

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Linette, perplexe, n'ira pas plus loin que son territoire

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Ils en racontent des histoires, les troncs d'arbre...

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Lichen = bon air

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

En sortant du bois

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Murmure des herbes dans le vent et la neige gelée

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Bois sec, bois vert... (Une pensée pour Charles-Albert Cingria

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Pas question de tomber !

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Une éclaircie

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

Avant de redescendre vers la maison

blog littéraire de christian cottet-emard,photo,image,promenade,paysage,hiver,nature,forêt,bois,arbres,chemin,neige,chat,campagne,saison,raquettes,lichen,herbes folles,sous-bois,troncs d'arbre

À la tombée du jour, presque arrivé

 

 

04 mai 2017

Lac Genin / En mémoire de monsieur Jean Godet

 

medium_562.jpg

Je venais déjeuner dans cette auberge en forêt dès le milieu des années soixante du vingtième siècle et voilà que l’an deux mille est déjà dépassé.
 
Le menu spécialités au feu de bois n’a presque pas changé et rien n’a changé non plus dehors.

Ce lieu est une perle de mon collier de paysages.

Jusqu’à aujourd’hui je n'ai manqué aucun épisode du feuilleton du papier peint et des tentures murales.

Une année mythologique, ma grand-mère était revenue du centre-ville avec son permis de conduire tout neuf et m’avait payé le petit déjeuner à l’auberge du lac Genin (pain grillé maison et beurre des fermes voisines).

En ces autres temps la tenture murale était écossaise et un orage grondait comme un farceur caché dans les bois.

Je trouvais prodigieux ce matin si sombre que la serveuse avait dû éclairer en apportant le café et le lait.
 
Quel farceur cet orage qui courait les bois !
 
Et la tourbière qui faisait des ronds dans le lac et qui versait des gouttes de nuit dans le bol du jour !

Ce soir comme tant d’autres soirs le patron fait cuire la viande et le saucisson au vin dans la cheminée.
 
Enfant, je trouvais cet homme immense au milieu des années soixante à cause de la danse indienne de son ombre autour de l’odorant feu de bois.

Et ce même homme de taille tout à fait normale vient aujourd’hui à ma table me dire bonsoir monsieur, saluer d’autres habitués puis repart surveiller la cuisson au feu de bois pendant que son ombre continue sa danse indienne du milieu des années soixante.

C’est encore un beau soir pour dîner dans cette auberge.
 
Un de ces soirs à voir rappliquer le lac et la forêt dans la salle pour saluer quelques habitués si heureux que le menu n’ait pas changé.

Et rien ni personne, hormis l’archange à l’heure d’enrouler le décor, ne peut y changer quelque chose, pas même au menu spécialités au feu de bois.