Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mai 2022

Une nouvelle édition reliée et grand format de mes Poèmes du bois de chauffage

christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,éditions germes de barbarie,bernard deson,poésie,littérature,blog littéraire christian cottet-emard,édition,réédition,deuxième édition,parution,publication,poèmes,le fleix,périgord,aquitaine,sud ouest

Présentation de l'éditeur :

Un nouvel habit pour un livre hors du temps...

Poèmes du bois de chauffage et autres récits de l'homme invisible par Christian Cottet-Emard, version Club (reliée & grand format).

Aux éditions Germes de barbarie chaque livre reste éternellement une nouveauté et sera donc toujours disponible au catalogue (même 30 ans après sa publication). Cela vaut pour les auteurs de la collection Poésie-poche avec, en ce qui les concerne, un petit plus : la sortie d'un faux-jumeau en grand format dans une édition soignée (je n'oserais pas dire "luxe") avec couverture cartonnée, reliure et papier ivoire 100g. Et cela change tout! Pour ceux qui voudront glisser le livre dans un sac à dos pour lire dans les transports ou perdu dans les bois, la version "grand poche", pour ceux qui préfèreront le ranger dans leur bibliothèque pour qu'il fasse bonne figure au milieu de leurs éditions originales, la version grand format.

Pour se le procurer :  https://germesdebarbarie.weebly.com/poeacutesie-poche.html

Paiement par chèque (rajouter 4€ pour le port) à l'ordre de Bernard Deson, 619 rue Henri de Navarre, 24130 Le Fleix ou via PayPal à : bdeson@yahoo.fr

Une lecture de Bernard Deson :

Dans la même veine que Jim Harrison ou plus près de nous de James Sacré, Christian Cottet-Emard a écrit au jour le jour une sorte de journal poétique au ras des mots. Pas d'effets de manche, pas de fioritures, juste l'essentiel saisi dans l'urgence. "Ces brefs poèmes bricolés à l’air libre sous les frênes autour de ma maison et rafistolés sur un coin de table n’ont pas d’autre ambition que celle de s’assembler en un petit livre au milieu de millions d’autres. Les appeler poèmes est ironique de ma part. Si quelqu'un s’avise de les trouver zen, qu’il sache que je ne suis pas vraiment le genre de type zen. J’ai juste voulu faire peu avec pas grand-chose et je crois que j’ai réussi même si pas mal de gens penseront le contraire. Sans vouloir commander à qui aura la drôle d’idée de lire ces poèmes qui n’en sont pas tout à fait, je voudrais juste suggérer de ne pas trop s’échiner à trouver un message au lieu d’un lézard sous chaque pierre." Si le poète mène une vie quotidienne percluse de routines et de mauvaises habitudes il l'assume pleinement et la sublime : "Le matin tu n'arrives pas à te lever tôt tu aimerais / rejoindre l'aube pour vivre plus / L'aube avec ses beaux sentiments / mais tu n'adhères pas tu n'y crois pas (pas encore) / pas avant dix heures pas avant l'heure du facteur". Tout lyrisme semble exclu de ces pages et c'est tant mieux. La poésie est là, dans chaque geste, dans chaque regard posé sur les objets du quotidien, dans une bouteille de whisky, dans une montagne de bûches que le camion du livreur vient de benner. Christian Cottet-Emard est entré en poésie à reculons un jour de neige sur les hauteurs du Jura qui l'hébergent depuis son départ volontaire de la ville industrielle de l'Ain qu'il n'avait jamais quittée jusque là. Les cinq sens aux aguets, il vit, tout simplement, sans demander son reste : "Tu as longtemps cru que la poésie était un diamant à extraire de la boue / Qu'il fallait s'acharner à le trouver puis à le tailler jusqu'à la perfection qui n'est pourtant pas du monde des humains / mais non le diamant naît des catastrophes et les provoque". 

 

Christian Cottet-Emard est né le 24 novembre 1959 à Montréal dans l’Ain. Auteur de poèmes (Le Monde lisible, éd. Orage-Lagune-Express), d'essais (Jean Tardieu, un passant, un passeur, éd. La Bartavelle), de romans (Le Grand Variable, éd. Éditinter, Le Club des pantouflards, éd. Nykta) et de nouvelles (Dragon, ange et pou, éd. Le pont du Change). Membre du comité de lecture de la revue de littérature Le Croquant de 1987 à 2010. Collaboration au Magazine des Livres dans lequel ont paru de nombreux épisodes de son feuilleton Tu écris toujours ? publié en volume en 2010 aux éditions Le Pont du Change. Bourse d’écriture du Centre National du Livre en 2006. Depuis 2005, il consacre l'essentiel de son temps à la littérature. Actuellement, membre du comité de rédaction de la revue littéraire Instinct nomade.

Derniers ouvrages parus : Prairie Journal (carnets), 2016, Charmes (roman), 2020, Le Grand Variable (roman), nouvelle édition revue et corrigée en 2021 aux éditions Orage-Lagune-Express, Aux grands jours (Poèmes), 2020, et aux éditions Club en deuxième édition reliée, 2022, et Mariages d'automne (nouvelles), 2017, aux éditions germes de barbarie.

Présentation du livre à la radio, à l'initiative du regretté Christian Lux :

http://cottetemard.hautetfort.com/archive/2018/12/04/mes-poemes-du-bois-de-chauffage-sur-radio-b-6110250.html

Ici, podcast de l'émission.

 

 

#christiancottetemard #bernarddeson #litterature #poesie #publication #edition #editionsgermesdebarbarie #poemesduboisdechauffage #aquitaine #dordogne #perigord

12 avril 2022

Vient de paraître / Ma contribution au numéro Jean Giono de la revue Instinct nomade

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

Le dixième numéro de la revue littéraire Instinct nomade créée et dirigée par mon ami et éditeur Bernard Deson, à laquelle je collabore, vient de paraître. J'y participe avec un article, Lire Giono aujourd'hui (p. 225 à 229).

 
Présentation de l'éditeur
 
Il est disponible depuis aujourd'hui chez l'éditeur et il le sera dans une trentaine de librairies sous peu. Le dixième numéro de la revue Instinct nomade est entièrement consacré à Jean Giono. Un grand merci à Jacques Ibanès qui a initié ce projet, à Jacques Mény pour avoir mis à notre disposition le fonds photographique de l'association des Amis de Jean Giono, à Sylvie Durbet-Giono pour s'être jointe à nous et aux 47 auteurs et illustrateurs qui ont chacun apporté une touche personnelle afin de réaliser ce portrait grandeur nature du voyageur sans divertissement qui n'a jamais quitté Manosque.
 
Longtemps, Giono est passé pour un auteur méridional, thuriféraire des paysans et des bergers. Estampillé jadis dans le petit Larousse comme chantre de la Haute Provence, une étiquette qui lui a collé longtemps à la peau. Ses protestations systématiques ne servirent à rien et c’est derrière cet écran de fumée, qu’il a édifié son œuvre de poète (la poésie est contenue dans chacune de ses phrases), de romancier, d’auteur dramatique, d’historien, de chroniqueur et de réalisateur dont on sait aujourd’hui, cinquante ans après sa disparition, qu’elle est une de celles qui demeure, laissant loin derrière elle nombre d’écrits de ses contemporains, censés être incontestables à leur époque, et aujourd’hui tombés dans l’oubli.
 
L’œuvre de Giono s’est imposée peu à peu dans le champ littéraire comme une œuvre majeure, puissante, multiforme, cohérente, pensée en grande partie dès ses débuts et menée à son terme de façon implacable, « à la hussarde » pourrait-on dire.

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

christian cottet-emard, mes collaborations presse, article, essais, blog littéraire de christian cottet-emard, revue instinct nomade, bernard deson, jean giono, revue littéraire, littérature, lire giono aujourd'hui, provence côte d'azur, aquitaine, le fleix, dordogne, bourgogne franche comté, france, europe, jura, rhône alpes auvergne, presse littéraire, josé correa, jacques ibanès

Broché ‏ : ‎ 400 pages

ISBN-10 ‏ : ‎ 2491271206

ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2491271206

Prix : 22€

Commande chez l'éditeur : 22€ + 5€ de participation au port (chèque à l'ordre de Bernard Deson 619 rue Henri de Navarre 24130 Le Fleix ou paiement PayPal : bdeson@yahoo.fr)

 
 
 
 
 

03 avril 2022

La turbulente poésie de Claude Nougaro

 
La chanson et moi, ce n’est pas le grand amour. Cela ne me nourrit pas. J’entends toujours quelque chose qui cloche. Quand ce n’est pas la musique, ce sont les paroles. Le prix Nobel de littérature pour Bob Dylan, j’ai cru à une farce. À ce compte-là, créez un prix Nobel de la chanson et donnez-le à Claude Nougaro, même à titre posthume !
 
La musique et la poésie, je ne les trouve que chez deux chanteurs, Claude Nougaro et Paolo Conte. J’aimerais en ajouter d’autres mais pour l’instant... Un jour peut-être.
 
Nougaro sur scène, j’ai assisté deux fois au spectacle, à Oyonnax dans l’Ain et à Saint-Claude dans le Jura il y a longtemps. Lorsqu’il a chanté à Oyonnax, j’étais journaliste et mon chef d’agence m’avait demandé d’écrire un « avant-papier » . J’en fus réduit à exhumer de vieux magazines pour trouver de quoi dire. Heureusement pour moi, ce fut mon chef à qui il arrivait de pousser la chansonnette qui couvrit la conférence de presse de Nougaro. Il en revint surexcité et j’entendis pendant des jours filtrer de son bureau des bribes de chansons fredonnées avec un accent parfaitement imité.
 
Cet étrange phénomène de contagion m’incita à essayer de comprendre l’effet Nougaro sur le public du grand théâtre du centre culturel Aragon, une salle comble de six cents places alors que les difficultés professionnelles commençaient pourtant pour le musicien. Ce soir-là, un ami prit de superbes photos de l’animal de scène, hélas au moment où il s’affubla d’une impressionnante tête de taureau qui masquait l’intégralité de son visage !
 
Un peu plus tard, c’est par Nougayork, cet album de la renaissance boudé par les snobs et les vieilles barbes de Télérama (entre autres), que je revins à Nougaro et que je compris enfin qu’il était non seulement un chanteur mais encore et surtout un poète et un musicien. J’embarquai alors pour la série des autres albums de sa nouvelle période, Pacifique, Chansongs, L’Enfant phare et Embarquement immédiat. Et puis Nougaro a lui aussi embarqué mais pour le voyage sans retour et les CD ont un peu pris la poussière. Il n’est pourtant pas rare que sa voix me parvienne encore : le gardien de phare est rond / y s’prend pour un pharaon... Je suis prisonnier des nuages / vous me direz : « comment ça s’fait ? »...  La poésie c’est mon dada / et l’utopie mon topo...
 
On dit souvent d’un défunt que la première chose à disparaître de notre souvenir est sa voix, ce qui n’est absolument pas le cas pour Nougaro. Comment oublier cet accent, ce grain, ce ton, cette élocution de gourmet savourant cette langue française qui était sa maison et sa nourriture ? Moi ma langue c’est ma vraie patrie et ma langue c’est la Française / Quand on dit qu’elle manque de batterie / c’est des mensonges, des foutaises / Ceux qui veulent lui casser les reins / je leur braque mes alexandrins / Vive l’Alexandrin / la bête aux douze pieds qui marche sur la tête...
 
Quelle audace pour un jazzman de chanter en français mais surtout, quelle déclaration d’amour à la turbulente poésie !
 
Claude Nougaro, Prisonnier des nuages.
 

#christiancottetemard #bernarddeson #presse #revueinstinctnomade #nougaro #giono #litterature #chanson #poesie