Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 février 2019

Carnet / Magique !

carnet,note,journal,roman,nouvelle,blog littéraire de christian cottet-emard,écriture,littérature,tu écris toujours ?,christian cottet-emard,hiver,été,saison,sanglier,boue,ornière,saint-frusquin,effort,peine,boulot,turbin,tâche,défi,challenge,restaurant,dîner,menu,salade,cafetière volante,magie,cafetière italienne,bol,café au lait,petit déjeuner,matin,poète,boulimie,liberté,amour,désir,bonheur

L’hiver est décidément une bonne saison pour travailler à mes deux chantiers de roman. Pour oublier la neige, rien de mieux que de rédiger les scènes d’été. La pratique du roman a ses avantages quand on fait partie de la morne confrérie des météo-dépendants, poètes et boulimiques à leurs heures. C'est aussi une forme de narration qui peut souvent marcher toute seule comme si tous les matins, la cafetière venait d'elle-même remplir le bol par la seule grâce d'une rêverie routinière.

 

Le roman, c’est vraiment la double vie, une de ces petites libertés qui font oublier que ce mot tant galvaudé n’a de sens réel qu’au pluriel. Dans ce cas-là comme dans d’autres, (amour, bonheur, désir) il est amusant de constater que le pluriel n’est pas augmentatif mais diminutif. Les libertés ne sont pas la liberté, les amours ne sont pas l’amour, les bonheurs ne sont pas le bonheur, les désirs ne sont pas le désir.

 

Il arrive que les amis qui ne lisent pas et qui, de ce fait, ont une excellente raison de ne pas me lire, s’aventurent quand même parfois à me questionner sur ma perversion (l’écriture). La question qui revient le plus souvent est d’ordre technique : as-tu un plan ? Je recommande à l’auteur qui a encore l’âge, le statut social ou l’obligation professionnelle de se prendre au sérieux (ou de faire semblant) de répondre oui, ce qui rassurera la majorité du public dont les valeurs seront toujours l’effort, la peine, le boulot, le turbin, la tâche, le défi, le challenge, enfin bref, tout le saint-frusquin.

 

N’ayant plus aucune de ces obligations, j’ai le plaisir d’affirmer que lorsque j’écris un roman, je ne veux surtout pas établir un plan. Cela m'arrive pour la nouvelle dont le format requiert éventuellement plus de rigueur alors que dans le roman, on peut à mon avis se permettre de se vautrer avec autant d’aisance qu’un sanglier dans une belle ornière pleine de boue bien épaisse.

 

Par exemple, intégrer à la scène romantique le menu du restaurant où dînent les amoureux m’enchante, ce qui présentera d’ailleurs peut-être plus d’intérêt que ce qu’ils ont à se dire dans un tel moment avec le risque élevé d'un fragment de salade coincé entre les incisives.

 

Ah ! La magie de la littérature !

 

Image : ma cafetière volante photographiée par Marie

 

19 avril 2016

Magic Printemps Circus

magic printemps,christian cottet-emard,printemps triste,littérature,brefs,proses brèves,instantanés,carnets,croquis,droits réservés,amoureux,merle,printemps,saison,sandwich,cœur,marronnier rose,violette,fauve,bourgeon,chagrin d'amour,recueil,poésie,humour,traits,circus,magie,prestidigitation,prestidigitateur,magicien,mélancolieLa nature parle aux amoureux. Pour les autres, elle a quand même sa petite musique.

Les bourgeons déjà là comme si tout ce qui s’était passé avant n’avait jamais existé.

Le vieil amoureux reprend le teint frais mais il est toujours aussi moche à l’intérieur.

C’est un grand romantique, excepté aux heures de repas.

Elle est très tendre quand elle a bien mangé.

Pourquoi les marronniers roses peuvent-ils fendre le cœur?

Le bonheur va vite, le malheur prend son temps.

Au printemps, il entend pousser les fleurs et ça l’empêche d’agir.

Il y a des jours où l’on donnerait n’importe quoi pour avoir un cœur de pierre.

Pour éviter d’être amer, mieux vaut se sucrer le bec.

Rien ne vaut un bon sandwich pour soigner un chagrin d’amour (pendant cinq minutes).

Un coup d’œil à sa montre lui indiqua qu’elle avait dû être amoureuse de lui à peu près trois quarts d’heure.

Quand le printemps sent trop le fauve, il se parfume à la violette.

Où est passé le vieux merle ? Hop, remplacé par un œuf !

 

© Éditions Orage-Lagune-Express 2016

 

06 septembre 2013

Fire notice, de Frédérick Houdaer


Parution le 9 septembre 2013 :

frédérick houdaer,fire notice,le pont du change


ma dernière cuite remonte au mois dernier

c’était avec une amie enceinte

bien meilleure buveuse que moi

nous sommes rentrés à vélo

jusqu’à ce que nos montures

nous fassent comprendre de mettre pied à terre

nous les avons laissées

contre un panneau publicitaire

le lendemain matin nous sommes revenus

dégrisés

les vélos n’étaient plus là

le panneau publicitaire non plus

dans le ventre de mon amie

le bébé tenait bon

 

Les lecteurs fidèles de Frédérick Houdaer retrouveront dans ce nouveau recueil les thèmes et le style simple et direct de ce poète de la fulgurance, dans la lignée de Bukowski. Ils découvriront aussi un homme passionné par la magie, qui évoque dans ses poèmes Aleister Crowley et Castaneda.

 

Frédérick Houdaer, né en 1969 à Paris, vit à Lyon. Neuf  livres publiés (cinq romans, quatre recueils de poèmes). A exercé de nombreux petits métiers. Directeur de la collection de poésie des éditions Le Pédalo ivre. Créateur & animateur du CABARET POÉTIQUE (au Périscope, à Lyon) depuis 2010.

 

Un recueil de 72 pages, format 11 x 18 cm. 12 €.  ISBN 979-10-92038-00-2


DESCRIPTIF ET BON DE COMMANDE