Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 avril 2016

Magic Printemps Circus

magic printemps,christian cottet-emard,printemps triste,littérature,brefs,proses brèves,instantanés,carnets,croquis,droits réservés,amoureux,merle,printemps,saison,sandwich,cœur,marronnier rose,violette,fauve,bourgeon,chagrin d'amour,recueil,poésie,humour,traits,circus,magie,prestidigitation,prestidigitateur,magicien,mélancolieLa nature parle aux amoureux. Pour les autres, elle a quand même sa petite musique.

Les bourgeons déjà là comme si tout ce qui s’était passé avant n’avait jamais existé.

Le vieil amoureux reprend le teint frais mais il est toujours aussi moche à l’intérieur.

C’est un grand romantique, excepté aux heures de repas.

Elle est très tendre quand elle a bien mangé.

Pourquoi les marronniers roses peuvent-ils fendre le cœur?

Le bonheur va vite, le malheur prend son temps.

Au printemps, il entend pousser les fleurs et ça l’empêche d’agir.

Il y a des jours où l’on donnerait n’importe quoi pour avoir un cœur de pierre.

Pour éviter d’être amer, mieux vaut se sucrer le bec.

Rien ne vaut un bon sandwich pour soigner un chagrin d’amour (pendant cinq minutes).

Un coup d’œil à sa montre lui indiqua qu’elle avait dû être amoureuse de lui à peu près trois quarts d’heure.

Quand le printemps sent trop le fauve, il se parfume à la violette.

Où est passé le vieux merle ? Hop, remplacé par un œuf !

 

© Éditions Orage-Lagune-Express 2016

 

12 avril 2015

Carnet / Des cris des étoiles, du cosmos piteux, des fleurs de frêne et de l’émulsion romanesque

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emardUn peu à l’écart du village, ma maison est moins exposée à la pollution lumineuse, et certaines nuits de printemps, la voûte céleste semble plus basse et les étoiles plus proches et plus nettes. Cette vision réveille à chaque fois dans mon esprit une phrase de Vladimir Nabokov : « Toute la nuit, les étoiles ont crié de leurs voix enfantines » .

Je n’ai jamais pu analyser avec précision la nature ambiguë des sentiments et l’étrange vertige que m’inspire cette phrase, je sais juste qu’elle m’accompagne depuis une trentaine d’années et qu’elle remonte à la surface de ma conscience dès que je lève la tête en direction du cosmos pétillant.

Hier j’ai été frappé par une autre phrase de Nabokov dans son autobiographie Autres rivages (Folio) : « Comme le cosmos est petit (une poche de kangourou le contiendrait), comme il est dérisoire et piteux comparé à la conscience humaine, à un seul souvenir d’un individu et à son expression par des mots ! »

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emard

Citation de Nabokov aussitôt notée sur mon carnet bleu.

Étrange vertige encore une fois, qu’il m’est aussi arrivé d’éprouver au milieu des anémones pulsatilles si nombreuses derrière chez moi sur les versants du petit mont au-dessus de la maison. Pour moi, la correspondance entre les étoiles et les fleurs est évidente.        

Cette année, la floraison des frênes a commencé plus tôt que l’an dernier et les fleurs sont plus grosses. Vues de loin, on ne dirait pas des fleurs mais des sphères noires irrégulières. Si on les observe de près, on se rend compte que ces fleurs sont violettes. C’est le bourgeon qui est noir et qu’on peut voir tout l’hiver totalement verrouillé. Sur un même rameau, les bourgeons n’éclosent pas tous en même temps. Ce début de floraison me laisse espérer que le feuillage des frênes sera plus en avance que l’année dernière où il avait fallu attendre jusqu’à presque début juin, ce qui n’aidait guère le moral à se maintenir.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emard

Bourgeon et fleurs de frêne photographiés hier chez moi.

Petite rectification concernant la mention de mes lectures de John Irving dans mon carnet du 9 avril : Le monde selon Garp m’est tombé des mains, un recueil de nouvelles ne m’a laissé aucun souvenir, mais j’ai quand même lu, certes laborieusement, les 589 pages du roman À moi seul bien des personnages (éd. Points). Ce pavé m’avait si peu intéressé que j’avais oublié de le mentionner. Je parlais de la profusion qui me gêne le plus souvent dans le roman. Je pense qu’il ne s’agit pas vraiment de profusion dans À moi seul bien des personnages mais d’émulsion. Ça mousse et ça gonfle, ça ne nourrit pas, ça écœure.

 

Dessin : Frédéric Guénot. Ce dessin fait partie d'une série qui a illustré la parution de mon livre Le Grand variable, en feuilleton dans la revue littéraire Salmigondis dirigée par Emmanuelle et Roland Fuentès.