Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mai 2015

Carnet / Visite nocturne de l’enseigne de vaisseau Mhorn

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emardLe grand vent chaud et sec qui favorise les échanges vitaux entre les arbres est tombé ce soir après toute une journée à ébouriffer les feuillages. La nuit désormais sans contrainte d’éclairage public dans ma campagne déploie un immense ciel étoilé.

Je fume un havane au milieu des effluves de lilas et je repense à cette coupure accidentelle de courant qui avait plongé la moitié de mon quartier dans le noir lorsque j’habitais encore en ville.

C’est cet incident qui avait déclenché l’écriture des premières pages de mon livre Le Grand Variable * à la fin des années 90. Je suis encore étonné aujourd’hui d’avoir pu aussi facilement publier ce texte à l’époque alors qu’il est maintenant si difficile d’imposer une écriture non calibrée.

Au lieu de me dissuader de continuer dans cette voie, ces triomphes du nouveau conformisme et de la pensée unique m’inciteraient plutôt à me remettre dans la peau de mon double inversé, de mon contraire, l’improbable et opportuniste enseigne de vaisseau Mhorn carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emardqui ne prend pas le temps d’avoir peur du monde parce qu’il a appris à ne rien espérer ni désirer et à se foutre d’à peu près tout, du moment qu’il sent près de sa main son vieux Luger au fond d'une poche de son caban, en cas de mauvaise rencontre.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emard

 

 

C’est ainsi que pendant la dégustation nocturne d’un Por Larrañaga au milieu de mes massifs de lilas par une belle nuit de mai, certains de mes personnages romanesques viennent me visiter comme s’ils ne m’avaient pas encore tout dit.

 

* Éditions Editinter, épuisé mais disponible dans certaines bibliothèques, à Oyonnax par exemple.

12 avril 2015

Carnet / Des cris des étoiles, du cosmos piteux, des fleurs de frêne et de l’émulsion romanesque

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emardUn peu à l’écart du village, ma maison est moins exposée à la pollution lumineuse, et certaines nuits de printemps, la voûte céleste semble plus basse et les étoiles plus proches et plus nettes. Cette vision réveille à chaque fois dans mon esprit une phrase de Vladimir Nabokov : « Toute la nuit, les étoiles ont crié de leurs voix enfantines » .

Je n’ai jamais pu analyser avec précision la nature ambiguë des sentiments et l’étrange vertige que m’inspire cette phrase, je sais juste qu’elle m’accompagne depuis une trentaine d’années et qu’elle remonte à la surface de ma conscience dès que je lève la tête en direction du cosmos pétillant.

Hier j’ai été frappé par une autre phrase de Nabokov dans son autobiographie Autres rivages (Folio) : « Comme le cosmos est petit (une poche de kangourou le contiendrait), comme il est dérisoire et piteux comparé à la conscience humaine, à un seul souvenir d’un individu et à son expression par des mots ! »

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emard

Citation de Nabokov aussitôt notée sur mon carnet bleu.

Étrange vertige encore une fois, qu’il m’est aussi arrivé d’éprouver au milieu des anémones pulsatilles si nombreuses derrière chez moi sur les versants du petit mont au-dessus de la maison. Pour moi, la correspondance entre les étoiles et les fleurs est évidente.        

Cette année, la floraison des frênes a commencé plus tôt que l’an dernier et les fleurs sont plus grosses. Vues de loin, on ne dirait pas des fleurs mais des sphères noires irrégulières. Si on les observe de près, on se rend compte que ces fleurs sont violettes. C’est le bourgeon qui est noir et qu’on peut voir tout l’hiver totalement verrouillé. Sur un même rameau, les bourgeons n’éclosent pas tous en même temps. Ce début de floraison me laisse espérer que le feuillage des frênes sera plus en avance que l’année dernière où il avait fallu attendre jusqu’à presque début juin, ce qui n’aidait guère le moral à se maintenir.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,étoile,pollution lumineuse,voûte céleste,cosmos,vladimir nabokov,autres rivages,éditions folio,kangourou,frêne,fleur,bourgeon,feuillage,floraison,flore,arbre,john irving,le monde selon garp,à moi seul bien des personnages,émulsion,éditions points,christian cottet-emard

Bourgeon et fleurs de frêne photographiés hier chez moi.

Petite rectification concernant la mention de mes lectures de John Irving dans mon carnet du 9 avril : Le monde selon Garp m’est tombé des mains, un recueil de nouvelles ne m’a laissé aucun souvenir, mais j’ai quand même lu, certes laborieusement, les 589 pages du roman À moi seul bien des personnages (éd. Points). Ce pavé m’avait si peu intéressé que j’avais oublié de le mentionner. Je parlais de la profusion qui me gêne le plus souvent dans le roman. Je pense qu’il ne s’agit pas vraiment de profusion dans À moi seul bien des personnages mais d’émulsion. Ça mousse et ça gonfle, ça ne nourrit pas, ça écœure.

 

Dessin : Frédéric Guénot. Ce dessin fait partie d'une série qui a illustré la parution de mon livre Le Grand variable, en feuilleton dans la revue littéraire Salmigondis dirigée par Emmanuelle et Roland Fuentès.

 

09 décembre 2014

Carnet / Matins sous la lampe

journal,note,billet,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,écriture,littérature,matin,christian cottet-emard,nuit,neige,lampe,cantate saint nicolas,benjamin britten,un pedigree,patrick modiano,folio,gallimard,prix nobel de littérature,poche,jean-michel maulpoix,l'instinct de ciel,poésie/gallimard,chat,flocons,hiver,décembre,viornes,sorbier,épinette,viorne,cigare,partagas,petit bouquet,figurado,cuaba divinos,cigares cubains,toscane,stendhal,feuillage,terre mouillée,parfum,petit déjeuner,confiture de prune,marmelade d'orange,café,cafetière,pain grillé,joggeur,cycliste,route,virage,sourisDebout ce lundi matin à 5h30. La maison dans le noir. Le courant une fois rétabli au disjoncteur, je remonte allumer le feu dans la cheminée. En attendant la montée en température, j’actionne le thermostat du chauffage central au gaz pour éviter que la maison ne se refroidisse. Une fois que la cheminée a fait de belles flammes et de belles braises, j’arrête le chauffage central.

La lune roule dans les épaisseurs de nuages et nimbe d’un bleu laiteux les nappes de brouillard égoutté contre les vitres. À l’opposé, par la fenêtre du salon, je vois la fumée de la cheminée emmailloter l’ampoule orange de l’éclairage public dont le dernier réverbère du village éclaire les alentours de la maison. 

Au-delà, derrière les hautes haies de ronces, d’épinettes, de sorbiers et de viornes, règne la longue nuit de décembre. La cafetière tousse, le grille-pain claque. Petit déjeuner sous la lampe. Confiture de prune maison et marmelade d’orange et de citron. Je fume rarement avant midi, plutôt après le repas, mais je fais une exception lorsque je me lève très tôt comme ce matin. 

En grillant un petit cigare sec dehors sur le pas de la porte dans les remugles de terre mouillée et de vieux feuillages, je pense à Stendhal qui ne trouvait rien de meilleur, pour commencer la journée, qu’un Toscane bien noir et bien tassé (autrement dit le cigare le plus brutal que je connaisse) dans l’air vif du matin. À ce brûle-gueule, je préfère quand même mes petits Partagas en prélude aux coronas et doubles coronas de la journée et du soir. J’ai une fois de plus la nostalgie du Petit Bouquet, un court Figurado (c’est-à-dire en forme d’obus) qui n’est plus fabriqué, je me demande bien pourquoi. C’était un cigare gras, corsé, un peu rustique mais très goûteux que le Cuaba Divinos de même forme n’a pas remplacé.   

Je suis rassuré de constater que la lancinante mélancolie de la cinquantaine puisse être tenue en respect par les petits plaisirs du quotidien. Je n’ai vraiment pas à me plaindre du mien, à l’écart, protégé, confortable, silencieux. Un provençal dirait « on entendrait péter une souris » mais la chatte Linette ne leur en laisse pas le temps si par extraordinaire elle s’aventurent dans les parages.

En revanche, quand le renard vient renifler autour de la deuxième voiture qui couche dehors, ainsi que je l’ai surpris l’autre soir, Linette se carapate dans son passage secret et vient se réfugier dans mes jambes en grondant de colère et de frayeur. Elle produit le même son dès qu’elle aperçoit un joggeur ou un cycliste dans le virage en perspective directe de son poste de guet, le fauteuil en rotin devant la baie vitrée, ce que je comprends parfaitement. Linette est la plus grognonne et la plus peureuse des chattes que je connaisse, ce qui l’aidera peut-être à vivre plus longtemps que Tigrette, la précédente, qui aimait trop la vie, jusqu’à la témérité, et qui n’a vécu que dix mois, probablement percutée par une voiture.

Écoute matinale de la Cantate Saint Nicolas de Benjamin Britten. Les passages avec la voix d'enfant soliste me rappellent mes quelques prestations de chant en soliste lorsque j'étais à l'école primaire mais je n'avais pas la chance de chanter du Britten.

Bois à rentrer, relecture, corrections de pages récentes, lecture de Un pedigree de Patrick Modiano et de proses poétiques de Jean-Michel Maulpoix (L’instinct de ciel, Poésie/Gallimard). Un sandwich et un verre de vin à midi. Une journée feutrée de plus ou de moins, comme on voudra et puis, cette nuit (déjà le matin, 1h45), la première neige qui n’a pas le même parfum que les suivantes. 

Il existe sûrement une explication à cela mais je me rends bien compte que je suis arrivé à une période de ma vie où il me paraît vain et futile de chercher des explications.

Photo : Chez moi lundi matin