Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2017

Dans la joie de Pâques

pâques,dans la joie de pâques,christian cottet-emard,grande pâques russe,blog littéraire de christian cottet-emard,Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov,cloches de pâques,cloches de porto

À écouter : La Grande Pâque russe de Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov

pâques,dans la joie de pâques,christian cottet-emard,grande pâques russe,blog littéraire de christian cottet-emard,Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov,cloches de pâques,musique russecloches de porto

 

21 janvier 2015

Carnet / Cigare, vin chaud et Tchaïkovski !

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,blog littéraire de christian cottet-emard,cigare,vin chaud,lac genin,lag gelé,hiver,braise,flamme,tchaïkovski,musique russe,concerto pour piano n°1,lang lang,pianiste,piano,fine cognac,hiver,neige,flocons,spleen,pathos,sentiment,cape,feu,cheminée,bûche,bois,ambiance,rêverie,nature,paysageLe cigare et le feu dans la cheminée, c’est avant tout une question d’allumage. Quand c’est mal parti, c’est difficilement récupérable, ça charbonne, et il vaut mieux tout recommencer. J’ai souvent du mal à lancer le feu car cette activité m’est une corvée comme la plupart des actions techniques du quotidien. 

En ce qui concerne le cigare, je m’en sors beaucoup mieux. Et si le feu dans la cheminée part bien, avec de belle flammes suivies de bonnes braises bien rouges, je suis moins énervé et donc dans les meilleures dispositions pour ne pas rater l’allumage d’un cigare.

Il faut d’abord veiller à ne pas noircir la cape délicate du cigare sur la longueur avec une flamme trop puissante puis tirer plusieurs petites bouffées jusqu’à obtenir une incandescence bien dosée, sinon la combustion risque d’être irrégulière, ce qui sera préjudiciable au tirage et donc au goût. 

Le cigare ne doit absolument pas charbonner. Si l’incandescence n’est pas tout de suite régulière, on peut souffler un peu sur la cendre en formation pour corriger puis attendre quelques secondes avant de tirer les premières bouffées. Avoir bien mangé est un plus. Quand j’accompagne d’une fine de cognac, je bois d’abord et je fume après. Une fois que les saveurs se sont bien installées au début de la dégustation, je peux alterner mais gare au déséquilibre en cas de précipitation. De la lenteur avant tout. Si toutes ces conditions sont réunies, les deux saveurs entrent en harmonie et je peux alors voir voler les flocons de neige derrière la fenêtre sans trop m’en désoler.

L’hiver, le cigare se marie bien avec le vin chaud. J’en ai bu un dimanche à l’auberge du lac Genin (où ils le réussissent à merveille parce qu’ils appliquent une recette simple). 

En sortant pour regarder le lac en train de geler, un Partagas Corona Senior s’alliait agréablement avec la légère astringence laissée en bouche par le vin chaud rehaussé de son quart de citron. Voilà comment j’arrive à tenir les moments de spleen à distance.

Rentré chez moi juste à temps pour écouter le pianiste Lang Lang interpréter le premier concerto de Tchaïkovski sur Arte. J’apprécie beaucoup Lang Lang mais, dans cette œuvre si importante pour moi car elle me fut comme une seconde naissance lorsque j’étais collégien, je l’ai trouvé trop léger, maniéré, comme s’il voulait dire « regardez comme je suis capable de le manier ce bon vieux premier concerto ! » . 

Pour Tchaïkovski et pour ce concerto en particulier, il me faut du solennel, du pathos à volonté, en un mot du russe ! (GilelsRichter, par exemple).

PS : où alors, très bien aussi : Yuja Wang 

 

09 octobre 2012

« L’âme russe » en musique sous les voûtes de l’abbatiale de Nantua

Une semaine après le très grand succès du Requiem de Fauré en l’abbatiale, les Amis de l’orgue de Nantua avec le soutien de la paroisse Saint Michel ont de nouveau réussi à mobiliser une foule de mélomanes lors du concert du dimanche 7 octobre.

concert,nantua,ain,rhône-alpes,abbatiale saint michel,paroisse nantua,slava chevliakov,valera drougovskoÏ,orgue,chant,basse,tchaikowsky,glinka,rimsky-korsakov,borodine,orgue lété,blog christian cottet-emard,russie,musique russe,conservatoire moscou,conservatoire kiev,michel chapuis,église saint léon,paris,opéra national de minsk

 Les deux interprètes, l’organiste Slava Chevliakov et la basse Valéra Drougovskoî, musiciens aux carrières internationales, ont emporté l’adhésion du public curieux d’écouter dialoguer la « voix » si particulière de l’orgue Lété, instrument « connu de tous les organistes d’Europe » a précisé Slava Chevliakov, et la basse somptueusement répercutée sous les voûtes de l’abbatiale. L’atmosphère du lieu en ce jour d’automne offrait un écrin idéal aux superbes interprétations des deux musiciens. Slava Chevliakov et Valéra Drougovskoî avaient choisi un répertoire varié de la musique russe allant des chants orthodoxes aux extraits d’opéras de Glinka, Rimsky-Korsakov et Borodine en passant par des œuvres pour orgue de compositeurs à découvrir tels que Victor Poltoratsky et Gueorguy Mouchel jusqu’à une conclusion plébiscitée par les auditeurs qui ont bien sûr tous reconnu le célébrissime Chant des bateliers de la Volga.

Prochains concerts des Amis de l’orgue en l’abbatiale de Nantua :
- samedi 1er décembre à 15h, concert d’orgue sur les thèmes de l’Avent et de Noël par Véronique Rougier et les élèves de la classe d’orgue du CRD d’Oyonnax (entrée libre).
- samedi 15 décembre à 20h, Noëls orthodoxes et traditionnels. chœurs de l’armée russe. (Réservation Office du tourisme de Nantua-Haut-Bugey, tél : 04 74 75 00 05. nantua.tourisme@wanadoo.fr).

Photo : l’organiste Slava Chevliakov et la basse Valéra Drougovskoî à la tribune de l'orgue Lété de Nantua.