Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 novembre 2016

Carnet / Inventaire du soir dans les haies

Hier en fin d’après-midi, une bande de brouillard a pris naissance derrière les collines et s’est étendue dans le vallon en contrebas de la maison comme une longue écharpe qui se dénouait lentement du nord au sud et en sens inverse de la progression rapide des nuages élevés.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,paysage,campagne,ville,prairie journal,christian cottet-emard,haie,vallon,nuage,brouillard,nuée,fusain,bonnet d'évèque,nature,mélancolie,jean tardieu,l'enfant resté au bord de la route,la première personne du singulier,poésie,contemplation,retrait

Pourquoi ai-je éprouvé l’envie de photographier ce spectacle certes un peu inhabituel mais pas extraordinaire pour autant ?

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,paysage,campagne,ville,prairie journal,christian cottet-emard,haie,vallon,nuage,brouillard,nuée,fusain,bonnet d'évèque,nature,mélancolie,jean tardieu,l'enfant resté au bord de la route,la première personne du singulier,poésie,contemplation,retrait

Quelques jours avant cette fantaisie des nuées laiteuses dans la grisaille du jour, j’ai aussi photographié dans mes haies les derniers éclats rouges et oranges des baies de fusain appelées aussi bonnets d'évèque sous la lumière rasante des éclaircies. C’est à ces réflexes d’inventaire que je mesure l’avance du temps dans ma vie. Peut-être suis-je enclin à de tels songes parce que je vis à la campagne.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,paysage,campagne,ville,prairie journal,christian cottet-emard,haie,vallon,nuage,brouillard,nuée,fusain,bonnet d'évèque,nature,mélancolie,jean tardieu,l'enfant resté au bord de la route,la première personne du singulier,poésie,contemplation,retrait

Je sais pourtant que la nature, grande gaspilleuse d’énergie, de beauté et d’ingéniosité, ne semble rien avoir de particulier à nous dire, que ce soit à son contact direct comme c’est le cas pour moi ou bien loin d’elle, en ville, dans le désordre, la promiscuité et la vanité des engouements collectifs.

Lorsque je vois tous ces gens s’extasier en meutes lors d’une réunion politique, se tortiller debout les bras en l’air serrés comme des sardines en boîte en prenant des décibels dans ce qu’on persiste à appeler des concerts, vociférer par dizaines de milliers dans des stades, je me dis que c’est peut-être parce qu’ils vivent dans des grandes villes. En réalité, à part cette explication plutôt vague, j’ai beau réfléchir, quelque chose m’échappe mais après tout, qu’est-ce que ça peut faire ?

La littérature et la musique peuvent certes distraire l’âme de tels constats mais je dois avouer, à cinquante-sept ans demain, qu’observer les habitudes de vie de ma chatte Linette m’apprend plus que tous les livres de philosophie, de spiritualité, voire pire de développement personnel, que j’ai pu ouvrir par le passé.

Mon enfance ne me fit étrangement pas grâce de ces vagues d’ombre, de cet obscur pressentiment de la nature absurde de la vie et du fait qu'elle nous dépossède de nous-même comme j’en eus plus tard la confirmation dans le texte de Jean Tardieu (extrait de La première personne du singulier) L’enfant resté au bord de la route : « Il savait tout d’avance... » cet enfant.

Photos : chez moi, derrière la maison. (Photos Christian Cottet-Emard)

 

 

Commentaires

Belle sagesse...

Écrit par : jacki marechal | 24 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire