Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 avril 2017

Saudade

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

saudade,carnet,photo,atlantique,océan,portugal,lisbonne,parc des nations,blog littéraire de christian cottet-emard,image,lignes,horizon

Photos © Christian Cottet-Emard

 

23 janvier 2016

Carnet / Des notes en désordre et d’un tueur lent

Lueurs incertaines des jours et des nuits. Les samares, fruits secs des frênes avec une seule aile dont les amas bruns évoquent des trousseaux de clefs, continuent de pendre aux branches en hiver. Par temps de givre, ils grésillent au moindre souffle d’air. Au redoux, le vent les agite et les frênes ont l’air de chuchoter entre eux mais je suis arrivé à un âge où je sais désormais que, comme les humains, ils n’ont pas grand-chose à se dire. carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,états d'âme,sentiments,christian cottet-emard,destin,campagne,maison,frêne,samare,fruit,hiver,givre,redoux,arbre,nature,contemplation,retrait,vie intérieure,saudade,lisbonne

Difficultés avec la technique, l’habileté manuelle, les calculs élémentaires, l’esprit pratique. Ce sont ces manques qui m’ont poussé à choisir l’écriture au lieu de la musique ou de la peinture. Mais je travaille tous les jours à accepter cette incapacité, cette limite, et même à aimer cette incompétence puisqu’elle est malgré tout ma vie. Je connais d’ailleurs tant d’individus doués de talents variés et multiples qui ont une existence mille fois moins douillette et facile que la mienne.

Tous ces gens qui aiment souffrir au nom de grands principes et de belles idées, ils me fatiguent. Je suis las d’assister au cortège de leurs mortifications, à l’accélération de leur course au néant.

Mon destin ne consiste peut-être en rien d’autre qu’à vivre dans cette maison au milieu de la campagne et à ne pas participer, même au plus humble niveau, à ce à quoi participent les gens dits normaux. « Certains plantent, d’autres récoltent » ai-je souvent entendu dire quand j’étais enfant. Alors sans doute mon destin est-il d’habiter cette maison, cette campagne, ce lieu tant désiré et si difficilement obtenu par mon défunt père, et de me contenter d’y vivre facilement, à ma mesure, oublié de celles et ceux qui ont tenté de me comprendre sans y parvenir puis qui se sont éloignés faute de mieux parce qu’aucun autre choix n’était possible, ni pour eux ni pour moi.

Parfois dans la rue, des visages d’anges et, derrière, des paquets de névroses, une batterie de vieilles gamelles psychologiques qui s’entrechoquent dans le chaos.

Un jour, je vais finir par devenir le personnage secondaire d’une fiction impubliable.

Ce qu’on nomme aujourd’hui « musique » et « poésie » , si c’était autre chose ?

La plupart du temps, nous ne nous apercevons pas que nous vivons un moment fort de notre existence. Quand nous en prenons conscience, il est déjà trop tard pour le vivre encore mieux. Ce n’est déjà plus qu’un souvenir, un fantôme hyperactif qui ne nous laissera plus de répit.

Le chagrin est un tueur lent.

Photo CC-E

 

28 mai 2015

Carnet / De l'insomnie et de la saudade

insomnie,saudade,message,pessoa,porto,portugal,barcelone,espagne,voyage,juin,septembre,congés,travail,job,boulot,vacances,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,revue patchwork,revue littéraire,édition,publication,revue littéraire patchwork,anthony dufraisse,christian cottet-emard,pierre autin-grenier,friterie-bar brunetti,gallimard l'arpenteur,lyon,promenade,emplettes,cigare,cigares don tomas,honduras,cigares du honduras,fumer tue,détecteur de mouvement,lumière,éclairage public,lune,étoiles,vers luisant,lumière froide,clair de lune,nuit,sommeil,courbatures,vaisselle,aspirateur,tonte,pelouse,tondeuse à gazon,linge,vaisselleAprès une partie de la matinée et de l’après-midi de ce mercredi à tondre mes prés autour de la maison, je reste un moment dehors dans la nuit. J’ai du mal à m’habituer à l’absence d’éclairage public dès 11h, même si cela fait pétiller les petits points de lumière froide des vers luisants et permet de profiter de beaux clairs de lune, encore que celui de ce soir soit plutôt blafard, sinistre. En plus, un des détecteurs de mouvement de la maison est en panne. Encore de l’entretien en perspective. La tonte m’a donné des courbatures mais cette besogne ne me pèse pas trop car je peux l’accomplir machinalement en pensant à autre chose, exactement comme passer l’aspirateur, étendre le linge et faire la vaisselle.

C’était la même chose dans le travail salarié que je ne supportais que lorsque j’avais des tâches simples, des horaires fixes et une routine, ce qui n’était hélas pas le cas dans certains métiers que j’ai été obligé d’exercer pour des raisons évidemment alimentaires. Que de temps irrémédiablement perdu dans ces galères professionnelles, ces activités ineptes, surtout lorsque j’étais journaliste. Et j’en dirais autant de mon passage dans l’éducation spécialisée et de ma formation au commerce de librairie, sans parler d’autres boulots pour lesquels on se lève le matin avec deux objectifs : le chèque et les congés.

insomnie,saudade,message,pessoa,porto,portugal,barcelone,espagne,voyage,juin,septembre,congés,travail,job,boulot,vacances,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,revue patchwork,revue littéraire,édition,publication,revue littéraire patchwork,anthony dufraisse,christian cottet-emard,pierre autin-grenier,friterie-bar brunetti,gallimard l'arpenteur,lyon,promenade,emplettes,cigare,cigares don tomas,honduras,cigares du honduras,fumer tue,détecteur de mouvement,lumière,éclairage public,lune,étoiles,vers luisant,lumière froide,clair de lune,nuit,sommeil,courbatures,vaisselle,aspirateur,tonte,pelouse,tondeuse à gazon,linge,vaisselleinsomnie,saudade,message,pessoa,porto,portugal,barcelone,espagne,voyage,juin,septembre,congés,travail,job,boulot,vacances,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,revue patchwork,revue littéraire,édition,publication,revue littéraire patchwork,anthony dufraisse,christian cottet-emard,pierre autin-grenier,friterie-bar brunetti,gallimard l'arpenteur,lyon,promenade,emplettes,cigare,cigares don tomas,honduras,cigares du honduras,fumer tue,détecteur de mouvement,lumière,éclairage public,lune,étoiles,vers luisant,lumière froide,clair de lune,nuit,sommeil,courbatures,vaisselle,aspirateur,tonte,pelouse,tondeuse à gazon,linge,vaisselleJe fume un Don Tomas dans l’air froid que la bise du jour a laissé derrière elle alors que ces nuits de mai devraient être tièdes et parfumées. Les Don Tomas sont des cigares du Honduras. Certains modules peuvent soutenir la comparaison avec des havanes rustiques et constituent d’honnêtes cigares de tous les jours. Celui que je fume ce soir, un corona présenté en tube, est assez corsé mais manque de bouquet. Une saveur linéaire du début à la fin, aucune complexité mais un bon tirage. Il faudra un doigt de cognac pour rehausser tout ça.

insomnie,saudade,message,pessoa,porto,portugal,barcelone,espagne,voyage,juin,septembre,congés,travail,job,boulot,vacances,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,revue patchwork,revue littéraire,édition,publication,revue littéraire patchwork,anthony dufraisse,christian cottet-emard,pierre autin-grenier,friterie-bar brunetti,gallimard l'arpenteur,lyon,promenade,emplettes,cigare,cigares don tomas,honduras,cigares du honduras,fumer tue,détecteur de mouvement,lumière,éclairage public,lune,étoiles,vers luisant,lumière froide,clair de lune,nuit,sommeil,courbatures,vaisselle,aspirateur,tonte,pelouse,tondeuse à gazon,linge,vaisselleJ’ai reçu mon exemplaire d’auteur de la revue Patchwork dirigée par Anthony Dufraisse qui a publié mes notes sur Pierre Autin-Grenier dans lesquelles je mêle le récit de ma rencontre avec lui, des anecdotes et des évocations de ses livres, dont une critique de Friterie-bar Brunetti, un de mes préférés. Le tout forme un ensemble d’un peu plus de cinq pages que je trouvais un peu léger en l’envoyant à Anthony Dufraisse mais que je juge finalement cohérent en le relisant pas loin d’un an après.

Le séjour à Porto approche. Malgré ma peur de l’avion, je me réjouis de retrouver le Portugal. Je n’idéalise pas ce pays, ni aucun autre d’ailleurs, mais je me sens des affinités avec lui, y compris à cause de la saudade. À propos, il faut que je pense à me procurer Message de Pessoa lors de mes prochaines emplettes à Lyon.

Après Porto ce début juin, ce sera probablement Barcelone en septembre. L'insomnie m'est plus douce en pensant à ces futures promenades.

Photo 1 : clair de lune chez moi (Photo © Christian Cottet-Emard)