Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 mai 2022

À propos de mon livre AUX GRANDS JOURS

estime-toi heureux,aux grands jours,quatre songeries du ciel ouvert,épilogue,©club,©orage lagune express,©blog littéraire de christian cottet-emard,été,christian cottet-emard,dépôt n°,archive n°,office notarial m,empreinte électronique n°,n°issn 2266-3959,paul delvaux,petite gare,boulevard,lune,autorail,platane,hanneton,pivoine,iris,jardin,parc,cèdre,quai,talon aiguille,parfum,passante,pendule,voie ferrée,nuit,soir,année 1959

À gauche, l'édition de 2020. À droite, la nouvelle édition de 2022 (reliée et grand format).

 

La composition de ce recueil en neuf sections forme un récit. Je peux donc lui adjoindre un épilogue (la neuvième partie). J’en ai choisi un qui est lié à une petite mésaventure mais qui, d’une certaine manière, entre en cohérence avec le projet initial de réécriture d’anciens textes.

En 1979, l’éditeur de ma première brassée de poèmes me demanda quatre textes supplémentaires. Je les écrivis et les envoyai aussitôt mais ils furent perdus. L’ensemble s’intitulait Quatre songeries du ciel ouvert. N’ayant conservé aucun double, j’ai fouillé dans ma mémoire pour les réécrire. Quarante ans après, l’initiative était d’autant plus hasardeuse qu’elle m’obligeait à me remettre dans l’esprit de qui j’étais à l’époque, un jeune homme de vingt ans qui vivait encore dans sa chambre d’adolescent et qui passait de longues heures à écouter l’œuvre pour piano d’Érik Satie enregistrée par Aldo Ciccolini. Je n’eus qu’à me replonger dans Avant-dernières pensées, Heures séculaires et instantanées, Gnossiennes, Trois morceaux en forme de poire et Nocturnes pour remonter ces quatre songeries à la surface de mon esprit, non pas au mot près mais au plus proche possible du texte d’origine. Voilà aussi une manière de conclure ce volume par ce qui le précéda de longue date. Comme disait Knut Hamsun, Le cercle s’est refermé. Mais, pourrais-je ajouter, l’été revient en boucle (une des principales thématiques de cet ouvrage est l'été).

Note : le titre d’origine était Quatre songeries à ciel ouvert. En tapant le texte à la machine, je commis une faute de frappe qui donna Quatre songeries du ciel ouvert, ce qui correspondait mieux à ce que je voulais dire. L’erreur est parfois salutaire.

 

Le dernier texte de cette série :

Ciel étoilé sur le boulevard endormi

estime-toi heureux,aux grands jours,quatre songeries du ciel ouvert,épilogue,©club,©orage lagune express,©blog littéraire de christian cottet-emard,été,christian cottet-emard,dépôt n°,archive n°,office notarial m,empreinte électronique n°,n°issn 2266-3959,paul delvaux,petite gare,boulevard,lune,autorail,platane,hanneton,pivoine,iris,jardin,parc,cèdre,quai,talon aiguille,parfum,passante,pendule,voie ferrée,nuit,soir,année 1959

Le long du boulevard, les vieux platanes crépitent de hannetons.

 

Sur le trottoir soulevé par les racines, dans l’ombre des haies de buis, les effluves de pivoine et d’iris débordent des jardins et des grands parcs silencieux sous les cèdres.

 

Les talons aiguilles d’inaccessibles et jeunes passantes embaumant les parfums anciens ont marqué le goudron frais dont on a recouvert les nids de poules. 

 

Un train peut en cacher un autre est-il écrit et dessiné au passage à niveau, au-dessus des rails luisants dans le clair-obscur.

 

La pendule de la petite gare déserte brille comme une deuxième lune et l’autorail est au repos pour le bonheur de ceux qui n’aiment pas les départs.

 

Extrait de Quatre songeries du ciel ouvert, ensemble intégré à mon recueil Aux grands jours © Club, Orage-Lagune-Express et Blog littéraire de Christian Cottet-Emard, ISSN 2266-3959.

 

Tableau : Paul Delvaux. Petite gare la nuit (1959)

Commandes et renseignements ici et .

Critique du livre ici.

09 avril 2022

Extrait de mon roman CHARMES (une scène à Lisbonne)

lisbonne,portugal,voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,promenade,europe,occident,rossio,restauradores,quai des colonnes,chiado,sagres,super bock,christian cottet-emard,ginja,principe real,parc,cèdre,partagas club,librairie ambulante,estafette renault,tage,fleuve,aaron jenkins,campo de ourique,rua da escola politecnica,miraduro são pedro de alcântara,elevador da glória,praça dos restauradores,sao mamede,roman,éditions orage lagune express,littérature,fiction,parution,publication,édition,musique,piano,pianiste,orgue,oyonnax,nantua,lyon,barcelone,venise,france

Désormais, ma vie s’écoule entre Oyonnax et Lisbonne. Lorsque j’en ai assez d’entendre crépiter la pluie sur la toile de mon grand parapluie noir, j’abandonne quelques temps ma bourgade sans me décider à la quitter car je sais que lorsqu’on y est né, on finit toujours par y revenir, parfois piteusement. Mes séjours de promenades à Lisbonne sont certes de plus en plus longs mais d’un point de vue administratif, il serait trop compliqué pour moi d’y acheter un bien. J’ai essayé bon nombre d’hôtels mais je descends régulièrement à la Casa de Sao Mamede, Rua da Escola Politecnica. C’est tout près du Principe Real où je lève les yeux vers les fenêtres de l’appartement de Jenkins acheté, dit-on, par un footballeur.

Une même journée de septembre, après avoir flâné toute la matinée loin de l’hôtel, du côté du Campo de Ourique, je vécus deux moments étranges.

Ce fut d’abord en fin d’après-midi. J’étais retourné au Miraduro São Pedro  de  Alcântara en montant dans l’elevador da Glória puis j’avais repris le même engin pour descendre à la Praça  dos  Restauradores. Je me laissais bercer par les vibrations des roues sur les rails lorsque la lente descente fit passer devant mes yeux une fresque murale d’art des rues aux couleurs criardes qui représentait un visage de femme.

lisbonne,portugal,voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,promenade,europe,occident,rossio,restauradores,quai des colonnes,chiado,sagres,super bock,christian cottet-emard,ginja,principe real,parc,cèdre,partagas club,librairie ambulante,estafette renault,tage,fleuve,aaron jenkins,campo de ourique,rua da escola politecnica,miraduro são pedro de alcântara,elevador da glória,praça dos restauradores,sao mamede,roman,éditions orage lagune express,littérature,fiction,parution,publication,édition,musique,piano,pianiste,orgue,oyonnax,nantua,lyon,barcelone,venise,france

Les contours étaient assez maladroitement esquissés mais le regard d’une intensité d’autant plus saisissante que la vitre du véhicule le cadrait comme par un effet de zoom. Si je ne craignais pas qu’on mît ma raison en doute, je pourrais jurer que ce regard était celui de Marina, sombre et lourd de reproches. Il me semblait entendre sa voix chargée d’une colère froide, éternelle : comment t’est-il donné de vieillir tranquillement, toi qui n’as pas été capable de cultiver ton talent alors que d’autres, tels de féconds épis, ont été fauchés en plein printemps ?

lisbonne,portugal,voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,promenade,europe,occident,rossio,restauradores,quai des colonnes,chiado,sagres,super bock,christian cottet-emard,ginja,principe real,parc,cèdre,partagas club,librairie ambulante,estafette renault,tage,fleuve,aaron jenkins,campo de ourique,rua da escola politecnica,miraduro são pedro de alcântara,elevador da glória,praça dos restauradores,sao mamede,roman,éditions orage lagune express,littérature,fiction,parution,publication,édition,musique,piano,pianiste,orgue,oyonnax,nantua,lyon,barcelone,venise,france

Le deuxième épisode bizarre me laissa dans un plus grand malaise. La rue déserte de mon hôtel baignait dans le crépuscule d’un ciel bleu foncé, profond, barré à l’horizon d’une bande turquoise qui alourdissait les contrastes entre l’éclairage jaune et la grande façade vert amande de l’immeuble d’en face. Je croisai une femme entre deux âges, corpulente, vêtue d’une blouse et portant un cabas rempli de produits de nettoyage, comme si elle sortait de son travail. En me voyant elle s’exclama : monsieur Jenkins ! Elle s’approcha et répéta : monsieur Jenkins ! Passé l’effet de surprise, je lui répondis qu’elle faisait une erreur mais elle insistait. Écoutez, je ne suis pas monsieur Jenkins, vous vous trompez, je vous prie de me laisser tranquille. Je lisais de l’incompréhension dans ses yeux. Elle se tut, me jeta un regard incrédule et chagriné comme si j’avais fait preuve de mépris à son égard puis s’éloigna enfin.

charmes,roman,christian cottet-emard,éditions orage lagune express,littérature,fiction,blog littéraire de christian cottet-emard,parution,publication,édition,musique,piano,pianiste,orgue,oyonnax,nantua,lyon,barcelone,venise,lisbonne,france,espagne,italie,portugal,jura,rhône-alpes,rhône

Les personnages que l'on rencontre dans ce roman  :

Charles Dautray, pianiste.
Aaron Jenkins, agent artistique, producteur.
Antoine Magnard, rédacteur. (Antoine-Marie Magnard Mongins de la Force).
Marina, jeune femme en colère.
Docteur Émilien Bouvardel.
Le Butler, agent immobilier.
Le curé.
Nelson Gahern, pianiste.
La prostituée-voyante extra-lucide.
L'agent de sécurité.
Le barman au nœud papillon de travers.
Nuno.
Reynald Osborne, pianiste décédé.
Constantin Machialys, pianiste décédé.
Oleg Vorodine, pianiste décédé.
Le notaire aux ongles peints.
Une passante de Lisbonne.
Le pianiste du café Florian à Venise.

 

Informations :

Résumé et critique du roman à lire sur le blog de Jean-Jacques Nuel :

« Le roman se constitue des récits croisés des différents protagonistes, qui forment comme les pièces d'un puzzle. On se déplace à Lyon, Paris, Barcelone, Venise et Lisbonne, on prend quelques détours par Oyonnax et Nantua. L'action progresse vers une fin surprenante. »

Éditions Orage-Lagune-Express

  • Broché ‏ : ‎ 218 pages
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 979-8745269714
  • Poids de l'article ‏ : ‎ 299 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 12.85 x 1.4 x 19.84 cm

Commandes :

Amazon

#christiancottetemard #litterature #musique #music #roman #HautBugey #rhonealpesauvergne #lisbonne #portugal

Pour les personnes de ma région (Oyonnax et Jura), ce livre, ainsi que mes autres titres, est disponible en prêt à la médiathèque municipale d'Oyonnax (centre culturel Aragon).

20 mars 2021

Vision fugitive

roman, chantier de roman, travail en cours, lisbonne, portugal, voyage, blog littéraire de christian cottet-emard, promenade, europe, occident, rossio, restauradores, quai des colonnes, chiado, sagres, super bock, christian cottet-emard, ginja, principe real, parc, cèdre, partagas club, librairie ambulante, estafette renault, tage, fleuve, aaron jenkins,campo de ourique,Rua da Escola Politecnica,Miraduro São Pedro de Alcântara,elevador da Glória,Praça dos Restauradores,Sao Mamede

J’ai essayé bon nombre d’hôtels mais je descends régulièrement à la Casa de Sao Mamede, Rua da Escola Politecnica. C’est tout près du Principe Real où je lève les yeux vers les fenêtres de l’appartement de Jenkins acheté, dit-on, par un footballeur. Une même journée de septembre, après avoir flâné toute la matinée loin de l’hôtel, du côté du Campo de Ourique, je vécus un moment étrange. Ce fut en fin d’après-midi. J’étais retourné au Miraduro São Pedro de Alcântara en montant dans l’elevador da Glória. J’avais repris le même engin pour descendre à la Praça dos Restauradores. Je me laissais bercer par les vibrations des roues sur les rails lorsque la lente descente fit passer devant mes yeux une fresque murale d’art des rues aux couleurs criardes qui représentait un visage de femme. Les contours étaient assez maladroitement esquissés mais le regard d’une intensité d’autant plus saisissante que la vitre du véhicule le cadrait comme par un effet de zoom. Si je ne craignais pas qu’on mît ma raison en doute, je pourrais jurer que ce regard était celui de Marina, sombre et lourd de reproches. Il me semblait entendre sa voix chargée d’une colère froide, éternelle comme celle d'un spectre.

(Extrait d'un roman en cours.)

Photo Christian Cottet-Emard