Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2020

Ciel étoilé sur le boulevard endormi

estime-toi heureux,aux grands jours,quatre songeries du ciel ouvert,épilogue,©club,©orage lagune express,©blog littéraire de christian cottet-emard,été,christian cottet-emard,dépôt n°,archive n°,office notarial m,empreinte électronique n°,n°issn 2266-3959,paul delvaux,petite gare,boulevard,lune,autorail,platane,hanneton,pivoine,iris,jardin,parc,cèdre,quai,talon aiguille,parfum,passante,pendule,voie ferrée,nuit,soir,année 1959

Le long du boulevard, les vieux platanes crépitent de hannetons.

 

Sur le trottoir soulevé par les racines, dans l’ombre des haies de buis, les effluves de pivoine et d’iris débordent des jardins et des grands parcs silencieux sous les cèdres.

 

Les talons aiguilles d’inaccessibles et jeunes passantes embaumant les parfums anciens ont marqué le goudron frais dont on a recouvert les nids de poules. 

 

Un train peut en cacher un autre est-il écrit et dessiné au passage à niveau, au-dessus des rails luisants dans le clair-obscur.

 

La pendule de la petite gare déserte brille comme une deuxième lune et l’autorail est au repos pour le bonheur de ceux qui n’aiment pas les départs.

 

Extrait de Quatre songeries du ciel ouvert, ensemble intégré à mon recueil Aux grands jours © Club, Orage-Lagune-Express et Blog littéraire de Christian Cottet-Emard, ISSN 2266-3959.

 

Tableau : Paul Delvaux. Petite gare la nuit (1959)

 

24 août 2019

À la fenêtre

l'inventaire des fétiches, christian cottet-emard, éditions orage lagune express, 1988, proses courtes, blog littéraire de christian cottet-emard, passage, raccourci, pavés, murailles, murs, jardins, maisons, ville, traboules, boyaux, souterrains, grilles, potagers, escalier, lézard, courge, réseau, dictée, dédale, tuile, ferraille, vélo, chélidoine, laitue des murs, herbes folles, maison vide, habiter, baraque, rose, pivoine, ruine, jardin abandonné,fenêtre,croisée,balcon,rebord,rue,passants,toits,cheminées,champs,enfance,gare,wagons,inquiétude,contemplation,forêts,lever de lune,poirier

Sommes-nous encore les plus nombreux à être riches d'une fenêtre ? Je ne parle pas de ces hublots avares et myopes où l’on ne peut même pas s’accouder mais d’une vraie fenêtre avec une croisée, des volets et un rebord ou un balcon.

 

Derrière la fenêtre, il faut aussi quelque chose, une rue avec des passants, des toits avec leurs cheminées, des champs qui font le gros dos ou un arbre beau parleur sous la brise.

 

Je me souviens d’une fenêtre ouvrant sur un jardin où s’est épanouie mon enfance. Un gros poirier approchait tout près ses branches. Derrière, on distinguait des morceaux d’une petite gare. Depuis le balcon, rien à craindre des wagons pressés et du fracas de leurs tôles. Tout ce qui se passe à la fenêtre est une histoire aux limites bien définies.

 

L’oiseau mort de l’hiver, les pas dans la nuit, le souffle des forêts et le lever de lune restent des contes d’inquiétude et de contemplation dont la fenêtre est le théâtre. Si on laisse déborder le spectacle de la scène, on prend le risque d’en devenir l’un des acteurs et de ne plus rien voir.

 

Extrait de mon recueil L'inventaire des fétiches, © Éditions Orage-Lagune-Express, 1988.

Photo Christian Cottet-Emard

 

21 août 2019

Habiter

l'inventaire des fétiches,christian cottet-emard,éditions orage lagune express,1988,proses courtes,blog littéraire de christian cottet-emard,passage,raccourci,pavés,murailles,murs,jardins,maisons,ville,traboules,boyaux,souterrains,grilles,potagers,escalier,lézard,courge,réseau,dictée,dédale,tuile,ferraille,vélo,chélidoine,laitue des murs,herbes folles,maison vide,habiter,baraque,rose,pivoine,ruine,jardin abandonné

Les habitants de cette oisive demeure ne cultivent plus leur jardin.

La campagne qui s’impatiente autour de la maison s’enhardit et maraude dans le potager rendu à sa paresse.

Les animaux domestiques ont délaissé depuis longtemps ce lieu à part un chat ou deux qui nous ressemblent quand nous dormons.

Les roses et les pivoines reprennent leur couleur d’aube.

Chaque jour de contemplation habitue notre pas à plus d’indolence.

Pour habiter la maison vide, il suffit de longer ses murs une ou deux fois, de temps à autres.

Dans le petit soleil, nous y croquons le pain du jour sous l’influence de l’enfant vagabond qui se souvient de nos cabanes du temps jadis.

Les nuits d’orage, il regagne les forêts du sommeil, comme une bête aux yeux tragiques.

Le passant qu’il redevient le lendemain prend le chemin le plus court alors que sa pensée emprunte le plus nécessaire.

Voilà pourquoi on rechigne à démolir cette vieille baraque.

 

Extrait de mon recueil L'inventaire des fétiches, © Éditions Orage-Lagune-Express, 1988.

Photo Christian Cottet-Emard