Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2021

Carnet / Le salut par les livres

carnet,note,journal,kerouac,sur la route,joyce,ulysse,cottet-emard,le grand variable,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,bibliothèque,discothèque,étagère,nouvel an,nouvelle année,bonnes résolutions,ordre,rangement,christian cottet-emard,esprit pratique,organisation,classement,problème,solution,technique,salut par les livres,jour du jugement,crèche de noël,livre

Parmi les bonnes résolutions de la nouvelle année, installer enfin une vraie bibliothèque / discothèque dans mon bureau, ce qui me changera de mes livres entassés dans le plus grand désordre dans une armoire bressane et, pire encore, dans de multiples cartons et sacs où je dois puiser (et m’épuiser) pour extraire ceux dont j’ai besoin sur le moment.

Avant Noël, un rayon trop fragile de ma discothèque improvisée s’est affaissé sous le poids excessif des CD. Comme je me consacre presque entièrement à Noël depuis le début de l’Avent jusqu’à la fin des fêtes, je n’ai réglé le problème que provisoirement en soutenant la partie défaillante de l’étagère sous laquelle j’ai calé l’édition de poche de Sur la route de Jack Kerouac.

J’ai dû m’y reprendre à quatre ou cinq reprises au cours de ma vie pour finir la lecture de cette fastidieuse chronique de la bougeotte mais ce mille-feuille indigeste m'a été tout de même bien utile pour empêcher l'effondrement de ma collection de disques.

Du coup, mon étagère certes renforcée par cette cale s’est retrouvée de guingois, ce qui m’a conduit à équilibrer à peu près le tout au moyen d’Ulysse de James Joyce auquel, après plusieurs vaines tentatives de déchiffrage à différentes périodes de ma vie, je n’ai absolument rien compris.

Ne croyez pas pour autant, cher lecteur et chère lectrice, que je méprise les œuvres probablement à jamais inaccessibles à mon pauvre esprit, d’autant qu’un de mes propres livres, Le grand variable, auquel une amie n’a rien pigé, a servi avec d’autres de support recouvert de papier rocher pour installer sa crèche de Noël. J’en fus très heureux car je suis rarement à l’origine de la solution à un problème technique.

Mon Grand variable pour assurer la stabilité d’une crèche de Noël en ces temps où l’on veut nous en priver me réjouit et voilà qui sera peut-être mis à mon crédit le Jour du jugement dernier lorsqu’il me faudra me faire pardonner d’avoir écrit ce livre (sans compter de nombreux autres péchés dans les domaines les plus divers).

Après cela, ne venez pas me dire que la littérature ne sert à rien.

 

28 décembre 2020

Souvenir

Dmitri Chostakovitch (1906-1975) : comédie musicale Moscou, quartier des cerises, opéra de Lyon.

Deuxième extrait.

 

carnet, musique, opéra de lyon, moscou quartier des cerises, chostakovitch, rhône-alpes, cottet-emard,opéra de lyon,christian cottet-emard,auvergne rhône alpes,spectacle,scène musicale,blog littéraire de christian cottet-emard

carnet,musique,opéra de lyon,moscou quartier des cerises,chostakovitch,rhône-alpes,cottet-emard,christian cottet-emard,auvergne rhône alpes,spectacle,scène musicale,blog littéraire de christian cottet-emard

(Une pensée pour Geneviève)

 

 

 

19 mai 2020

Saudade

saudade,lampe,nuit,rêve,truite,rivière,grand jour,clair de lune,blog littéraire de christian cottet-emard,estime-toi heureux,©éditions orage lagune express,droits réservés,archives dépôt n°,office notarial m,cottet-emard,littérature,poésie,signature électronique,dépôt électronique,ruisseau,fleuve,droirs réservés,christian cottet-emard,publications

Sous la lampe bleue où vivent la nuit mes rêves éveillés

 

j’entends au loin la rivière qui fait briller les truites au clair de lune

 

Même au grand jour elles ne fuient pas sous mes yeux où elles peuvent aussi dormir et nager à loisir et sans crainte

 

car mon regard est parfois si las que tous les ruisseaux et tous les fleuves du monde peuvent s’y engouffrer

 

Extrait de Estime-toi heureux, © Éd. Orage-Lagune-Express