Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mars 2020

Petites vacheries sur les poètes et le printemps des poètes.

blog littéraire de christian cottet-emard,printemps des poètes,vacheries,court,tirer sur une ambulance,christian cottet-emard,loto,crocus,hiver,saison des vers,bonne descente,vin rouge,bouteille de vin,jim harrison,un sacré gueuleton,wh auden,quand j'écris je t'aime

(Je sais, cela revient à tirer sur une ambulance. Je ne dis pas que ce n’est pas injuste, je dis que ça soulage.)

 

Les deux inconvénients du mois de mars sont le baroud d’honneur de l’hiver et le printemps des poètes. Les crocus prennent des gelées, le printemps prend des poètes.

 

Sale temps pour les rêveurs au printemps des poètes.

 

Ne te réjouis pas trop vite si on te dit que tu es poète. Pour la plupart des gens, c’est un reproche, au mieux affectueux, vaguement indulgent.

 

Le poète qui rap et slame c’est un peu comme le vieux minet qui s’habille dans la même boutique que les petits jeunes.

 

Ne tourne jamais le dos à un poète, tu pourrais prendre son pied au derrière.

 

Le printemps des poètes, c’est la saison des vers.

 

Le poète qui joue au loto est un sage.

 

Le printemps des poètes, cette usine à gaz qui lâche des pets de souris.

 

Le poète qui se dit poète est aussi douteux que le saint qui se dit saint.

 

Invité à un repas après le printemps des poètes, j’ai vidé la bouteille de rouge dont personne ne s’occupait. L’organisatrice m’a fait les gros yeux et je me suis senti un peu moins poète que les autres. Pourtant, les poètes que je connais ont plutôt une bonne descente.

 

Courage poète, casse-toi de ce printemps !

 

Poète, rappelle-toi Jim Harrison : « Une calamité des années 1960 était la lecture de poésie accompagnée de jazz. À cette époque où je multipliais des lectures publiques, il y avait souvent un ménestrel débile qui grattait sa guitare en même temps que je récitais mes poèmes. » Extrait de Un sacré gueuleton, éditions J’ai lu.

 

Et W.H. Auden : « Dame nature ? Tiens, c’est une idée, ça. Ne pourrait-on écrire un poème (légèrement désobligeant, peut-être) au sujet de cette Dame-là ? » Extrait de Quand j’écris je t’aime, éditions Points.

 

04 avril 2019

Carnet / Météo-dépendance

Dimanche dernier à deux pas de chez moi au bord d'un lac encore pas trop connu, tout près des jonquilles et des crocus. Quatre jours après, treize centimètres de neige à ma porte. Rude pour le moral le Jura, parfois...

jura,haut jura,lac,printemps,jonquilles,crocus,neige,promenade,campagne,lac sauvage,forêt,tourbière,nature,épicéa,bouleau,photo,blog littéraire de christian cottet-emard,neige du coucou,moral,humeur,météo,herbes sèches,blache

 

 

18 février 2019

Seizième poème du bois de chauffage

crocus,perce-neige,chauffage,poèmes du bois de chauffage,christian cottet-emard,éditions orage-lagune-express,droits réservés,blog littéraire de christian cottet-emard,textes apparentés poésie,carnet poétique,terre,neige,froid,pâquerette,campagne,jura,haut-jura

Aujourd’hui mon regard ne peut s’élever de la terre quitter le ras des pâquerettes mais je ne vois pas de pâquerettes juste un crocus au milieu d’une vieille plaque de neige

 

J’ai lu que les crocus et les perce-neige avaient un petit système de chauffage qui leur permettait de faire fondre la neige autour d’eux afin de pouvoir pousser comme il faut

 

Quand je pense à tout le bois dont j’ai besoin pour me chauffer et à tous les efforts que je dois déployer jusqu’à ce qu’il arrive dans la cheminée je me sens complexé vis-à-vis des crocus et des perce-neige avec leurs minuscules chauffages individuels

 

Du coup je pense à la fin du monde à cause de tout ce bois coupé alors que les crocus et les perce-neige n’ont probablement que faire d’une telle idée

 

 crocus, perce-neige, chauffage, poèmes du bois de chauffage, christian cottet-emard,droits réservés, blog littéraire de christian cottet-emard, textes apparentés poésie, carnet poétique, terre, neige, froid, pâquerette, campagne, jura, haut-jura,éditions germes de barbarie,périgord© Éditions Germes de barbarie 2018

Photo crocus : CC-E 

Plus d'informations sur le livre :

Éditions Germes de barbarie

Pour Oyonnax et sa région : en vente à la librairie Mille Feuilles, rue Anatole France, Oyonnax (Ain)