Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 novembre 2021

Mon quatrième poème de la Toussaint et du jour des Défunts (extrait)

poésie,toussaint,jour des défunts,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,christian cottet-emard,encens,marbre,bruyère,estime-toi heureux,éditions orage-lagune-express,droits réservés,office notarial,dépôtn°,blog littéraire de christian cottet-emard,quatrième poème de la toussaint

À la Toussaint, mon esprit est la maison que je veux accueillante et joyeuse pour mes défunts,
 
 
la douce maison des morts
 
 
tant je fus toute ma vie heureux et choyé dans leurs terrestres demeures.
 
 
Je les attends comme ils m’ont espéré
 
 
s’ils veulent bien venir au seuil de ma mémoire
 
 
et ni la nuit ni le froid ne m’atteignent quand je leur ouvre ma porte
 
 
car je ne vois dehors dans le vent que l’envol des feuilles d’automne qui fut leur danse enfantine et leur grande valse.
 
 
Je les connais tous, même ceux qui sont nés et ont vécu lorsque je n’étais pas encore parce que nous parlons d’eux autour de la grande table.
 
 
Comme ce grand récit nourrit bien, autant que les mets et les vins,
 
 
et qu'il est bon de rire de leurs rires et de pleurer de leurs larmes.
 
 
 
Extrait de : Encens, marbre et bruyère, ensemble intégré à mon recueil Estime-toi heureux. © Éd. Orage-Lagune-Express.
Feuilles d'automne sur la route forestière (photo MCC)
 

02 novembre 2013

En deuil des vivants

le pétrin de la foudre,éditions orage-lagune-express,poésie,littérature,carnet,journal,été,hiver,deuil,défunts,automne,jour des défunts,énigme,absence,deuil,voûte,pétale,joie ancienne,retour,blog littéraire de christian cottet-emard,reflet,vitrailIl comptait sur l’hiver,
sur son office de ténèbres,
pour épouser ses deuils.

Mais la prière se mesure
à l’absence, à l’énigme,
au récit d’un été.

Les voûtes n’ont pas pu tenir
le retour d’une joie ancienne.
La nuit alourdit de pétales
la veillée des faux morts,
ceux dont l’oubli ne veut.

Variante (novembre 2013) d’un poème extrait de mon recueil Le Pétrin de la foudre, © éditions Orage-Lagune-Express, 1992.