Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2020

Document / Les débuts du centre culturel Aragon d'Oyonnax

centre culturel aragon oyonnax,oyonnax,haut bugey,auvergne rhône alpes,ain,france,europe,gérard humbert directeur centre aragon,blog littéraire de christian cottet-emard,culture,art,spectacle,concert,conservatoire,ateliers arts plastiques,exposition,médiathèque,presse,le progrès oyonnax,le dauphiné libéré,presse locale,fr3,france 3,télévision,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard

Photo M.C. Caredda

Merci à Gérard Humbert, premier directeur du centre culturel Louis Aragon d'Oyonnax qui a assuré la mise en place et la direction générale de fin 1982 à fin 1984 et qui a bien voulu me transmettre ce document sonore (reportage radiophonique). 

Ce reportage effectué par FR3 Rhône-Alpes en décembre 1983 après l'ouverture du centre culturel Aragon à Oyonnax est un enregistrement du direct de l'émission. On peut y écouter, entre autres interventions, les déclarations des artistes locaux du Haut-Bugey de cette époque.

La qualité d'enregistrement ne valorise pas les interprétations musicales des musiciens qui avaient fourni de bonnes prestations. Pour avoir été présent, je tiens à le préciser.

centre culturel aragon oyonnax,oyonnax,haut bugey,auvergne rhône alpes,ain,france,europe,gérard humbert directeur centre aragon,blog littéraire de christian cottet-emard,culture,art,spectacle,concert,conservatoire,ateliers arts plastiques,exposition,médiathèque,presse,le progrès oyonnax,le dauphiné libéré,presse locale,fr3,france 3,télévision,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard

Photo M.C. Caredda

 

01 mars 2018

Oyonnax mouchée sur internet

oyonnax,ain,haut bugey,rhône-alpes auvergne,france,blog littéraire de christian cottet-emard,centre culturel aragon,parc nicod,quartier croix rousse,ville,le progrès oyonnax,actualité,information locale,presse,localier,article,journaliste,mjc

Faut-il que la presse locale soit creuse (c’est l’adjectif qu’on emploie dans le métier de localier lorsque l’actualité se fait rare) pour consacrer une page à un site internet (Ville-idéale.fr) qui prétend attribuer une note chiffrée à une ville sur la base de quelques commentaires mal écrits et, semble-t-il, postés au gré de l’humeur du moment par des personnes qui en sont parties. Une entreprise bien hasardeuse qui ne méritait peut-être pas un tel écho sans doute artificiellement amplifié par l’angoisse de la page vide, un sentiment que je ne songerais pas à reprocher au rédacteur sous pression puisque je l’ai connu moi-même quand j’étais contraint d’exercer cette profession.

 

Pas question non plus de mépriser l’opinion et le droit de s’exprimer de quiconque souhaite partager son vécu à Oyonnax. Je ne m’en prive pas moi-même sur ce blog et je ne suis pas toujours tendre avec la ville où j’ai passé presque toute ma vie, que j’ai quittée pour m’installer à dix kilomètres mais où je continue de me promener, de voir des amis et de faire mes courses.

 

Il est sain de critiquer à condition de toujours garder à l’esprit que la critique est aisée mais que l’art est difficile. Comme beaucoup de petites villes, Oyonnax a d’indéniables atouts locaux. Quant à ses problèmes, ils sont souvent les mêmes que ceux qui se posent au niveau national, notamment sur le front de la délinquance et de l’insécurité routière, thèmes figurant parmi les points négatifs abordés par les commentateurs du site.

 

Pointée elle aussi, l’offre commerciale doit composer avec la réalité nationale de la dévitalisation des centres-villes, ce qui constitue un défi difficile à relever.

 

En ce qui concerne l’offre culturelle, était-il opportun de souligner dans l’article du Progrès le commentaire d’une personne qui se trompe sur le nombre de cinémas et qui qualifie de manière absurde la médiathèque de l’adjectif dégueulasse ? Malgré une retentissante erreur de casting (la résidence d’Insa Sané), la médiathèque est avec le conservatoire un des secteurs qui marchent le mieux au centre culturel. Certes, je l’ai déjà dit, la saison de spectacle n’est même pas digne d’une programmation de MJC des années soixante-dix et le centre culturel n’a rien à gagner à se transformer en centre social sous prétexte de satisfaire aux exigences de la politique de la ville. La responsabilité en incombe plus aux élus qu’aux chefs de services.

 

Sur le plan sportif, les commentateurs plus positifs ne considèrent que le rugby alors que dans toutes les autres disciplines, les équipements sont nombreux et, de mon point de vue personnel plus que suffisants. Je n’en dirai pas plus sur ce point car pour être franc, le sport à Oyonnax comme ailleurs, je m’en bats l’œil.

 

La critique la plus pertinente émanant des internautes s’exprimant sur Ville-idéale.fr est celle qui déplore un chauvinisme exagéré et non justifié eu égard à ce que propose Oyonnax. Il est vrai que la débauche d’affichage et les slogans grotesques de la communication officielle relevant de la méthode Coué prêtent le flanc à ce reproche. On peut y ajouter l’embauche d’une personne qui a pour tâche de faire rayonner la ville à l’international ! On lui souhaite bon courage ! Oyonnax s’est déjà forgée une réputation dans le monde sur le plan de l’innovation industrielle et technologique. Pour le reste, un peu plus de mesure ne nuirait pas mais le syndrome de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ne date pas d’aujourd’hui à Oyonnax.

 

En matière d’attractivité et de qualité de vie, Oyonnax a encore beaucoup à faire même si les efforts sont réels. On peut les mesurer entre autres dans l’aménagement urbain, la création du nouveau quartier de la Croix Rousse (une réussite) et l’entretien des parcs publics malgré les fausses notes au parc Nicod avec les alignements de chaudrons de sorcière rouillés et les affreux berlingots à notables qui ressemblent à des moulins à prière tout droit sortis des cauchemars d’un confiseur de fête foraine en burn-out.

 

Je sais que je vais encore me faire disputer en publiant ce billet mais j’y consens d’autant plus volontiers que je n’ai rien à vendre, pas de carrière à protéger et personne à ménager.

 

07 juin 2016

En finir avec les insanités d’Insa Sané

 

insa sané,oyonnax,ain,haut-bugey,rhône-alpes auvergne,france,rap,slam,culture,centre culturel aragon,drac rhône-alpes auvergne,voix de l'ain,le progrès oyonnax,polémique,propos polémique d'insa sané à la médiathèque d'oyonnax,médiathèque municipale d'oyonnax,blog littéraire de christian cottet-emard,imbroglio,scandale,situation ubuesque,christian cottet-emard,imposture du rap,culture oyonnax,centre culturel aragon d'oyonnaxLe moment d’en finir et de classer dans le registre des erreurs la scabreuse affaire Insa Sané, l’auteur rappeur (disons plutôt le rappeur auteur) imprudemment invité en résidence d’écrivain à Oyonnax, semble enfin venu. Je passerai sur l’article du Progrès du 4 juin où Sané, en plus de réitérer son injure publique à l’encontre d’une ministre en exercice, se répand en une comique autosatisfaction alors que son bilan consiste surtout en une détestable publicité pour le centre culturel Aragon.

À cet égard, il peut à juste titre revendiquer une évidente réussite, celle d’avoir semé la zizanie, conformément à la seule préoccupation de ce type d’intervenant. Les indulgents, les laxistes, les inconscients et les admirateurs béats disent qu’il a dérapé en intervention publique au centre culturel. Il n’en est rien. S’il y a dérapage, c’est contrôlé, calculé et assumé. Il suffit d’aller chercher du côté des orientations de son éditeur pour trouver un parfaite cohérence dans ses provocations. Je l’expliquerai à la fin de cet article.

Ce fâcheux épisode appelle encore quelques commentaires sur l’attitude des élus municipaux concernés, des responsables culturels et sur le rôle de la presse locale.

Sans l’hebdomadaire Voix de l’Ain qui a fait son travail dès le début en relatant le dérapage de Sané à la médiathèque, personne n’aurait eu connaissance de la gravité des faits complètement passés sous silence dans le compte-rendu de la correspondante locale du Progrès. Les journalistes professionnels de ce titre ont alors été bien inspirés de reprendre le sujet en main. On mesure ainsi la nécessité de l’accès à plusieurs sources d’information.

Du côté de la mairie qui a eu la bonne idée de mettre fin à la résidence d’auteur de Sané, force est de constater que tout le monde ne parle hélas pas de la même voix, notamment l’adjointe à la culture qui, il est vrai, est dans son rôle lorsqu’elle cherche tristement à minimiser ce scandale en le réduisant à « une péripétie » .

Cette affaire n’a pourtant rien d’une simple péripétie car elle relève de manquements graves : absence de discernement et de transparence dans le choix d’un intervenant extérieur, exposition de publics mineurs à des propos volontairement provocateurs et pouvant relever d’une plainte suivie d’une action en justice. La mairie et le centre culturel ont de la chance que personne ne soit allé jusque là.

Quel exemple et quel image de l'écrivain et de l'artiste donne-t-on à des collégiens dont certains ont besoin d’acquérir des repères dans la société et dans leur vie privée si on laisse sans barguigner un intervenant recruté pour des actions en faveur de la lecture traiter en public une ministre de « connasse » ? À ce reproche qu’on lui fait, on reste pantois devant la réponse de Sané : « C’est avant tout un jeu de mot, un trait d’humour. » Si l’on ne voit vraiment pas où est le jeu de mot, on distingue encore moins l’humour.

Sané ne cesse de pratiquer le double langage. Il use de la violence verbale et déclare dans la foulée : « Je ne prône pas la violence » . Il intervient dans les collèges et affirme : « Je n’ai pas la prétention d’éduquer les gens. » Ce discours sinueux, toujours entre la provocation et l’apaisement, est la marque de fabrique des manipulateurs.

C’est à cause de l’attitude et des propos incendiaires de gens comme lui, préférant infliger leur propagande à des collégiens plus influençables que des lycéens et des adultes, que nous risquons de nous retrouver un jour avec l’extrême droite au pouvoir parce qu’ils suscitent l’exaspération légitime de ceux qui sont attachés à leur culture et à leur mode vie.

Dans cette affaire, la conclusion du maire est opportune et nette dans sa fermeté : « Nous n’avons pas accepté ses propos {ceux de Sané} tenus devant un public parmi lequel figuraient des enfants. Il a sa liberté de parole, nous avons une liberté d’action. »

Sans doute habitué à être grassement payé depuis longtemps par des collectivités où règne encore (plus pour très longtemps j’espère) l’aveuglement de la gauche caviar ou bobo face au danger dans lequel se trouve le pays, Sané est tombé sur un os avec Oyonnax où je suis rassuré de voir qu’il existe encore quelques rares personnes bien décidées à ne pas gober sans broncher les leçons de morale à la mode consistant à marteler sans cesse que sous prétexte qu’on est issu de générations immigrées et qu’on a des comptes à régler avec le passé de la puissance coloniale française, on a tous les droits, y compris celui de dire et de faire n’importe quoi auprès de n’importe quel public. Sané ne s’en est pas privé avec son apologie de l’émeute, son appel à nier les valeurs et la culture occidentales et ses insultes contre Mme El Khomri (dont on peut déplorer l’action mais qu’on n’a pas le droit d’injurier en public).

Si l’intervenant officiel pratique impunément l’injure publique devant des jeunes et des enfants, comment les en dissuader le jour où ils s’autorisent la même chose face à un parent ou un enseignant ?

Extraits de l’intervention de Sané à la médiathèque municipale devant un public où se trouvaient de nombreux jeunes mineurs (source, hebdomadaire Voix de l’Ain) :

les émeutes de 2005 : « J’étais fier de voir une jeunesse se soulever sans message politique mais qui a compris qu’elle était en train de se noyer » . La journaliste témoigne : « Il énumère alors ce qui a été brûlé : voitures, écoles, bibliothèques » (alors qu’il intervient justement dans une bibliothèque !) « tout ce qui, selon lui, retenait les émeutiers à l’enfance. » La journaliste est tolérante, elle parle de second degré et essaie de retranscrire positivement ce que Sané a peut-être voulu dire ! Je le souligne au passage, pourquoi une telle volonté de ménager un individu qui s’adresse à des enfants de manière inappropriée ?

Si Sané était un véritable écrivain, il saurait que les mots ont un sens, un pouvoir à double tranchant, et qu’il eût été de sa responsabilité d’en user avec exigence et mesure au lieu de pratiquer la démagogie la plus primaire à destination d’un public de jeunes parmi lesquels certains manquent de mots et à qui il faut justement veiller à enseigner que le langage maîtrisé et « châtié » est la clef de la civilisation.

Au lieu de cette marque de respect élémentaire qu’un écrivain doit à un public qui ne maîtrise pas forcément l’expression et la dialectique (ce respect consistant en premier lieu à éduquer à la nécessité d’acquérir un langage riche et évolué pour comprendre et se faire comprendre autrement que par la violence verbale ou physique) Sané s’est livré à l’imprécation et aux injures publiques à l’encontre de représentants de l’État, des dirigeants qualifiés de « fieffés idiots » et une ministre gratifiée du mot « connasse » dont la journaliste note : « il (le mot) lui plaît tant qu’il le répète. »

La journaliste pointe alors son discours sur l’intégration : « Le problème de l’intégration est un mythe » assène-t-il. Et Sané d’enfoncer le clou : « Je comprends la vie de celui qui est heureux sans savoir la langue » . En pleine crise migratoire que l’Europe essaie de gérer comme elle peut, on appréciera le sens, la sagesse, la modération et la portée de tels propos !

Sané se prétend un artiste engagé. On voit ici qu’il n’est engagé que dans sa critique haineuse de la culture judéo-chrétienne. Et de marteler : « C’est avec l’arrivée des Arabes qu’on a donné un nouvel élan à la civilisation française au 16ème siècle » ! La journaliste le cite aussi niant que des monuments comme le Sacré-Cœur soient issus de la civilisation judéo-chrétienne. On peut comprendre qu’il y ait eu des inquiétudes concernant ses interventions en milieu scolaire !

Ces inquiétudes étaient à mon avis d'autant plus justifiées qu'il existe un détail peu connu du grand public. Si l’on s’intéresse à l’éditeur des livres de Sané, le responsable de la collection Exprim aux éditions Sarbacane, on découvre un combat que mène cet éditeur contre la loi de 1949 régissant les publications destinées à la jeunesse, une loi indispensable et dont personne de sensé ne conteste l’utilité et la mesure. Cet éditeur estime qu’il faut parler aux plus jeunes de drogue, de violence et de tous les sujets afférents comme à des adultes. Il remet en cause cette loi en ces termes : « elle est née pour des raisons très précises, dans un contexte d’après-guerre. Cette loi, selon laquelle on ne peut pas présenter sous un jour favorable la consommation de drogues ou la violence, etc., me semble en un certain sens complètement obsolète ». C’est écrit noir sur blanc sur son site internet, et Sané est son meilleur vendeur.

Si le ou les décideurs culturels responsables de la venue de Sané à Oyonnax ignoraient cet aspect remarquable de son curriculum vitae, ils ont fait preuve de légèreté. S’ils ne l’ignoraient pas, ils se sont naïvement exposés au fiasco retentissant de cette résidence d’auteur. L’erreur est humaine mais lorsqu’on a affaire à ce genre de profil, il faut s’attendre à des problèmes.

Dans l’article du Progrès dans lequel Sané se félicite lui-même sans vergogne, « l’artiste » reconnaît quand même un bilan « contrasté » à la fin de ses trois mois d’intervention dans les collèges. « Cela restera un tache dans ma carrière » dit-il. J’ajoute quant à moi qu’il s’agit surtout d’une tache dans la réputation du centre culturel Aragon.

Voilà qui fournira sans doute matière à réflexion pour les prochains recruteurs d’illusionnistes tels que Sané qui ne leurrent que ceux qui ont envie d’être leurrés.

 

Rappels et résumés de l'affaire Sané :

http://cottetemard.hautetfort.com/archive/2016/03/22/rap-...

 http://cottetemard.hautetfort.com/archive/2016/04/0...

http://cottetemard.hautetfort.com/archive/2016/04/10/affa...

Du rap en général :

http://cottetemard.hautetfort.com/archive/2016/03/14/carn...