Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2020

Document / Les débuts du centre culturel Aragon d'Oyonnax

centre culturel aragon oyonnax,oyonnax,haut bugey,auvergne rhône alpes,ain,france,europe,gérard humbert directeur centre aragon,blog littéraire de christian cottet-emard,culture,art,spectacle,concert,conservatoire,ateliers arts plastiques,exposition,médiathèque,presse,le progrès oyonnax,le dauphiné libéré,presse locale,fr3,france 3,télévision,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard

Photo M.C. Caredda

Merci à Gérard Humbert, premier directeur du centre culturel Louis Aragon d'Oyonnax qui a assuré la mise en place et la direction générale de fin 1982 à fin 1984 et qui a bien voulu me transmettre ce document sonore (reportage radiophonique). 

Ce reportage effectué par FR3 Rhône-Alpes en décembre 1983 après l'ouverture du centre culturel Aragon à Oyonnax est un enregistrement du direct de l'émission. On peut y écouter, entre autres interventions, les déclarations des artistes locaux du Haut-Bugey de cette époque.

La qualité d'enregistrement ne valorise pas les interprétations musicales des musiciens qui avaient fourni de bonnes prestations. Pour avoir été présent, je tiens à le préciser.

centre culturel aragon oyonnax,oyonnax,haut bugey,auvergne rhône alpes,ain,france,europe,gérard humbert directeur centre aragon,blog littéraire de christian cottet-emard,culture,art,spectacle,concert,conservatoire,ateliers arts plastiques,exposition,médiathèque,presse,le progrès oyonnax,le dauphiné libéré,presse locale,fr3,france 3,télévision,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard

Photo M.C. Caredda

 

18 avril 2020

Carnet / Zorro

 

carnet,note,journal,souvenir,autobiographie,télévision,années soixante,vingtième siècle,zorro,sergent garcia,don diego de la vega,walt disney,blog littéraire de christian cottet-emard,anna maria verdugo,série,christian cottet-emard,panoplie de zorro,boulevard dupuy,oyonnax,france,europe,haut bugey,rhône-alpes auvergne,fiction,littérature de cape et d'épée,ivanhoé,robin des bois,les trois mousquetaires,aventures,action,épée,escrime,cape,masque,chapeau,cheval,tornado

Les rediffusions télévisées de Zorro ne me laissent jamais indifférent.

Mon regard sur les épisodes de cette série n’est évidemment plus celui de l’enfant que j’étais dans les années soixante du siècle dernier. Aujourd’hui, je suis plutôt amusé de comprendre pourquoi je me retrouvais scotché devant le petit écran dès que le cavalier surgissait hors de la nuit.

Zorro était vraiment le héros de mon enfance. Son personnage dont je portais la panoplie était de tous mes jeux lorsque je ne lisais pas. Sa silhouette noire se faufilait aussi bien dans mes activités de plein air que dans ma consommation de littérature de cape et d’épée. J’étais déjà allergique au sport, aux jeux de société et aux jeux de construction, au grand désespoir de mon père qui voyait là de mauvais présages concernant mon avenir. Il n’avait pas entièrement tort. Peut-être aurait-il au moins pu se réjouir de voir son fils admirer un héros positif, un justicier, un défenseur de la veuve et de l'orphelin. Même pas.

Je n’étais pas fasciné par Zorro parce qu’il défendait le bien mais parce qu’il se déplaçait armé dans des passages secrets entre son hacienda qu’il habitait sous son vrai nom, Don Diego de la Vega, et son repaire, de quoi faire le miel d’un gamin ombrageux qui aimait s’éclipser. Pour ce genre d’enfant, rien de mieux que de ressembler à une ombre grâce à une grande cape, un chapeau large, un masque et un cheval noirs (appelé Tornado) galopant dans un crépuscule permanent !

Tous les épisodes de Zorro se caractérisent par des ambiances nocturnes et crépusculaires, même dans les scènes d’extérieur jour baignées de très forts contrastes. Cette lumière entre chien et loup est aussi prégnante dans les épisodes en noir et blanc que dans ceux qui ont été colorisés.

Comme mon terrain de jeux du boulevard Dupuy à Oyonnax était vaste et sécurisé, j’avais l’autorisation de jouer assez tard dehors, dans le calme à peine troublé par le bruit sourd des machines rythmant les longues journées de travail des adultes confinés dans les ateliers de lunetterie, de maroquinerie en vinyle et d’injection de matières plastiques jouxtant leurs grandes maisons arborées. Une ambiance idéale pour revivre en solitaire, à l’approche du couchant, déguisé de la tête aux pieds, les aventures et les passes d’armes de celui qui signe son nom à la pointe de l’épée, d’un Z qui veut dire Zorro !

La plupart des épisodes de Zorro sont riches de scènes d’action, de poursuites, de cavalcades et d’escarmouches où l’on croise le fer mais il en existe tout de même quelques-uns plus légers, moins bagarreurs, parfois un peu humoristiques.

Ceux-là me décevaient beaucoup, surtout lorsque le scénario intégrait une chansonnette poussée à la taverne en compagnie du sergent Demetrio López Garcia ou bien pire, une ébauche de romance entre Zorro et la belle Anna Maria Verdugo, amoureuse du héros dont elle ignore la véritable identité, celle de Don Diego de la Vega quant à lui réduit à taire son sentiment réciproque pour continuer ses activités héroïques.

Tel est le drame de la double vie du doux et dilettante Don Diego de la Vega alias Zorro, vaillant redresseur de torts. L’un et l’autre se retrouvent bêtement à deux rivaux dans un même corps, ce qui a pour pénible effet de les priver de celui de la femme qu’ils convoitent ! Mais à l’âge où je vibrais aux aventures de Zorro, ce dilemme amoureux me laissait évidemment de marbre.

Je me souviens d’un épisode visionné chez ma grand-mère dans lequel Zorro et la belle qu’il vient de sauver échangent un baiser furtif. À cette époque, les petits garçons réagissaient à peu près tous de la même manière navrée à ce genre de scène : « Ça y est, ça s’embrasse ! »

Alors, quand Zorro avait des faiblesses, j’allais voir chez les Trois mousquetaires, Ivanhoé et Robin des bois. Les héros ne sont-ils pas interchangeables ? Et puis, il y a ce vieux proverbe qui les a très vite corrodés dans mon esprit: plus l’oiseau est brave, plus le chat est gras...

 

08 février 2020

Carnet / Un peu de futilité dans ce monde de brutes

séries,films,cinéma,télévision,alcool,tabac,cigare,cognac,dégustation,blog littéraire de christian cottet-emard,futilité,monde de brutes,art de vivre,saveur,goût,christian cottet-emard

Il faudrait quand même un jour expliquer aux auteurs de séries et de films les bases de la dégustation des alcools et des cigares. Je sais que le monde connaît de plus sérieux problèmes mais tout de même, une bonne fiction doit soigner un peu le détail.

Je ne compte plus le nombre de scènes où l’on voit des personnages partager un grand vin, un vénérable porto ou un exceptionnel cognac agrémentés d’un excellent cigare. Jusque là, rien à redire, mais tout se détraque lorsque les protagonistes boivent et fument en même temps. Quelle invraisemblance et quel gâchis !

Mélanger alcool et tabac est un hérésie. On doit d’abord déguster le vin ou le cognac puis, à la suite, le cigare, et surtout pas l’inverse. La fumée du tabac transforme n’importe quel bon cru en un breuvage infâme qu’on ne peut même plus qualifier de piquette. Continuer à boire après avoir commencé à fumer est toutefois possible si l’on attend un moment précis où les saveurs vont s’équilibrer dans le palais. Il est plus facile d’atteindre ce point d’équilibre entre un alcool fort et un cigare, le vin étant quant à lui beaucoup plus vulnérable aux volutes. Comme dans de nombreuses circonstances de la vie humaine, c’est simplement une question de rapport de force.

séries,films,cinéma,télévision,alcool,tabac,cigare,cognac,dégustation,blog littéraire de christian cottet-emard,futilité,monde de brutes,art de vivre,saveur,goût,christian cottet-emard

Autre détail à ne pas négliger si l’on veut mettre en scène un fumeur de cigare averti : l’outil de coupe. La tête d’un cigare doit être tranchée et non incisée. L’incision parfois pratiquée avec un outil qui produit une ouverture étroite a pour effet de concentrer les goudrons de la fumée, ce qui masque et gâche les saveurs. Le mieux est d’utiliser une petite guillotine qui va ménager une large ouverture permettant à la fumée d’arriver en bouche en grande quantité sans avoir à trop aspirer. Cela garantit la qualité des saveurs en évitant notamment de trop faire monter le cigare en température.

Et bien sûr, il ne sert absolument à rien de lécher la cape d’un cigare avant de l’allumer. Quant à le chauffer auprès d’une flamme avant la dégustation, cette manie absurde revient tout simplement à le détruire alors qu’on a pris soin de le conserver à un degré d’humidité d’à peu près soixante-dix pour cent. J’allais oublier : pour l’allumage, briquet à gaz ou allumettes. Pas de briquet à essence et de bougie.

Vous me direz, tout cela n’intéresse personne, mais l’un des plaisirs de tenir un blog est de donner son opinion sur des sujets dont tout le monde se fiche.