Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2017

Obsèques de Jeannine Cottet-Emard : intentions de messe et remerciements

1735482744.jpgLes funérailles de ma mère Jeannine Cottet-Emard née Joly décédée le 28 janvier 2017 à l'âge de 86 ans ont eu lieu le mercredi 1er février 2017 en l'église Saint-Léger d'Oyonnax (Ain). Elle a été inhumée au nouveau cimetière d'Oyonnax.
Suite aux funérailles, deux intentions de messe seront célébrées : le 5 février 2017 et le 12 mars 2017 en l'église Saint-Léger à 10h.
Remerciements au Père Laurent Revel, curé du groupement paroissial d'Oyonnax et à Mme. Michaud, ainsi qu'à toutes les personnes qui par leur présence, messages et envois de fleurs ont pris part à la peine de la famille.

 

31 janvier 2017

Jeannine Cottet-Emard (1930-2017)

 maman, jeunesse, instant, vie, hommage, adieu, blog littéraire de christian cottet-emard, jeannine joly, épouse cottet-emard

 

27 janvier 2015

Carnet / Les jours regorgeaient d’images à venir, à cueillir le nez en l’air

La nuit dernière, j’ai dormi sans interruption de 2h30 à 8h, ce qui ne m’était pas arrivé depuis des années. Cela m’a rappelé les majestueux sommeils de mon adolescence et de mes dix-huit ans. Je me sentais littéralement plonger dans le repos sans la moindre inquiétude du lendemain.

Une nuit, après une fête chez des amis et connaissances de cette époque, je me suis endormi torse nu dans un hamac. Le lendemain lorsque j’ai émergé, j’avais le dos entièrement marqué par le maillage du hamac. Cela n’avait aucune importance car une belle journée de début d’été commençait. Les jours regorgeaient d’images à venir, à cueillir le nez en l’air.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,blog littéraire de christian cottet-emard,adolescence,sommeil,hamac,repos,rêverie,fête,jour,nuit,vie,images,lisbonne,portugal,europe,rossio,poème,poésie,écriture,littérature,art,neige,flocons,lagavulin

Lisbonne, septembre 2014 (photo © Christian Cottet-Emard)

J’ignore pourquoi ce moment me revient à l’esprit des décennies plus tard, en particulier ce soir en voyant ployer de nouveau mes frênes sous le poids de cette neige incessante. Jusqu’à l’heure où j’écris ces lignes, c’était plutôt de la poudreuse mais maintenant, le vent a tourné et ce sont désormais de gros flocons qui dansent autour de l’ampoule de l’éclairage public.

Hier et aujourd’hui, je me suis autorisé quelques verres de Lagavulin à l’apéritif, histoire de me réchauffer un peu le physique et le mental. 

Des poèmes essaient de s’organiser dans ma tête mais leur moment n’est pas venu. Il ne faut rien forcer, juste attendre que ces mots et ses images passent par moi et en sortent dans l’ordre qui leur plaira. J’ai mis longtemps à comprendre que cela fonctionnait ainsi, trop longtemps sans doute, mais comme dans tous les aspects de ma vie, je suis allé à mon rythme car je suis incapable d’en adopter un autre ou d’accorder le mien à celui des autres. C’est pourquoi je ne peux m’intégrer à aucun projet collectif et encore moins travailler en équipe.

C’est aussi pour cela que l’écriture me convient comme moyen d’expression. Peu de matériel, pas de dépendance à autrui pour des tâches annexes et pas de budgets à engager. L’art du pauvre. Même pas un art d’ailleurs, ce qui satisfait ma totale absence d’ambition sociale, inversement proportionnelle à ma véritable ambition, la plus difficile à réaliser, celle de se créer soi-même en compagnie de personnes bienveillantes dans un monde lisible. Tout un programme, même pour un type de cinquante-cinq balais !