Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2015

Carnet / Imbécile...

Qu’est-ce qu’une vie quand on commence à regarder dans le rétroviseur ? Quelques vieux papiers à ranger.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

Au fond d’une armoire, j’ai retrouvé mes cahiers de l’école primaire, mes cahiers du jour et mes cahiers d’essai du cours préparatoire, conservés par mes parents qui n’ont pourtant pas dû les signer avec plaisir tant ils étaient mal tenus et témoins du début de l’échec scolaire. J’étais très malheureux à l’école, toujours entre la crainte et la colère sourde, silencieuse. Mes souvenirs scolaires sont aussi mauvais que mes souvenirs professionnels, c’est dire...

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,floconEn ouvrant ces cahiers remplis de mes laborieux débuts de calcul et d’écriture noircis avec ces saletés de plumes en métal qui trouaient les pages à grands carreaux et maculaient le mauvais papier de grosses taches noires, les moments les plus pénibles de mon enfance, le temps passé à l’école, m’ont de nouveau sauté au visage, comme si c’était  hier.

Quarante-neuf ans après le cours préparatoire où je me trouvais donc en 1966, je revois dans la marge les appréciations et annotations du maître, avec pleins et déliés à l’encre rouge, et cette mention « imbécile » parfaitement calligraphiée parce que j’avais commencé ma page un peu trop bas !

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

À l’époque, on ne s’embarrassait guère de pédagogie, laquelle se limitait souvent à une engueulade ou à une punition si on n’avait pas compris. Du coup, pour moi, le premier objectif n’était plus d’apprendre mais d’éviter l’engueulade et la punition, ce qui provoquait la faute, donc au final, l’engueulade et la punition avec pour résultat la spirale de l’échec. 

C’est ainsi que tout gosse je fonctionnais. D’autres moins sensibles marchaient à la compétition, parfois au prix d’autant d’angoisses, juste un peu moins visibles. D’autres s’adaptaient sans trop de problème à ce système d’enseignement basé sur la carotte et le bâton. Tout cela s’écrivait en silence, au porte-plume grattant et bavant, au son du glas tombant du clocher tout proche, sous l’œil noir du maître.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

Dans les pages de ces cahiers, les destins s’inscrivaient déjà entre les lignes avec à chacun son lot : ceux qui n’auraient droit qu’à une ébauche, un brouillon de vie, ceux qui deviendraient exactement ce pour quoi ils étaient programmés, ceux qui sortiraient du cadre, ceux qui tenteraient d’inventer leur vie, ceux qui se laisseraient porter par le flot, ceux qui se tiendraient à la marge (j’ai la chance de faire partie de cette dernière catégorie). 

Des décennies plus tard, la vie pouvait parfois rebattre les cartes, créer un autre désordre, mais à de rares exceptions près, comme au casino, les jeux étaient déjà faits.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,floconÉternelle histoire, du moins éternelle à l’intérieur de cet instant qu’est l’humanité envoyée seule dans l’absurde infini, dans cette nuit de flocons lourds où, fumant un dernier Punch avant d’aller dormir, j’ai envie de sortir dans le grand pré derrière chez moi pour écrire avec un bâton dans la neige ce mot « imbécile »  à l’intention de ce maître qui ne m'a rien enseigné d'autre que l'inquiétude et quelques combinaisons de chiffres et de nombres en leur valse à jamais 

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

 

 

 

03 octobre 2014

Carnet / Du sentiment d'habiter

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Je trouve amusant de m’entendre dire « toi sur Facebook ? » Pourquoi pas ? Il y a des gens très bien sur Facebook, et très intéressants, avec qui il est agréable d’échanger des textes, des idées, des blagues, des photos, des vidéos, des bonjours. Je n’ai absolument pas le sentiment d’y exposer ma vie privée ou de m’y livrer à quelque exhibitionnisme narcissique. Les « amis  » inconnus avec qui je peux parler art, poésie, littérature me sont souvent plus proches que des gens que je connais, que je peux croiser tous les jours dans la rue et qui ouvrent des yeux ronds comme si je venais de prononcer un gros mot lorsque je me hasarde à leur parler d’un livre, d’un auteur, d’un poème, d’un tableau. Ceci est particulièrement vrai à Oyonnax où je ne vis plus mais où je suis obligé de descendre pour des courses et des démarches. Je n’ai vraiment presque plus rien à voir avec cette bourgade où je me sens plus que jamais un étranger alors que ma famille y a vécu depuis des générations. Ce constat me tourne dans la tête chaque fois que je reviens de voyage. Avec les liens tissés grâce à Facebook et aux blogs, je me sens moins prisonnier, moins isolé et incompris d'un point de vue culturel. 

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Lors de mon récent séjour à Lisbonne, nous avons dîné dans un petit restaurant mon épouse et moi avec une amie qui a traduit un de mes recueils de poèmes en langue portugaise. Nous parlions de Facebook qui nous avait permis de nous donner rendez-vous dans le quartier du Miradouro de Sào Pedro de Alcantara et notre amie a prononcé une phrase qui m'a frappé : « Ici, avec mes amis, nous n'avons pas besoin de nous donner rendez-vous pour nous voir. Nous savons que nous sommes dehors à tel endroit, à tel moment de la journée. »  

Voilà bien ce qui me manque ici, dans ma région où la convivialité urbaine et la qualité de vie à l'extérieur n'existent pas.
    

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Sans vouloir comparer ce qui ne peut pas l’être, le contraste est rude au retour de Lisbonne. Ah, le climat tempéré océanique (on dit aussi méditerranéen influencé par le Gulf stream), les squares, les immenses jardins publics avec leurs kiosques où grignoter un sandwich et siroter un café, une bière ou un verre de vin, fumer un cigare sans être embêté par un ou une militante hygiéniste, « les nouvelles chaisières » ainsi que les appelle Jean Pérol ! À Lisbonne, je ne râle presque plus et je ne ressens plus cette fatigue qui m’écrase depuis ma petite enfance. Et puis ce suprême plaisir : n’entendre que la musique de la langue portugaise sans comprendre ce qui se dit et se trouver de ce fait préservé de toute actualité.

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Insouciance de ne comprendre aucune autre langue, pas même l’anglais,  sensation délicieuse d’être à l’écart de tout, sauf des sensations immédiates de la flânerie, luxe d’être un touriste anonyme avec qui l’on se montre affable et courtois si l’on reste simple et sans arrogance, si l’on comprend que comme tout lisboète, vous êtes vous aussi capable de trouver du bonheur à vous asseoir sur un banc pour « prendre un bain de temps » ainsi que l’écrivait le poète Jean Tardieu.

Après deux séjours successifs à Lisbonne, j'ai beau avoir peur en avion et dans les aéroports, je referai le voyage, y compris pour de simples week-ends.

 

Photos : bancs publics dans le quartier Principe Real.

Cyprès géant en tonnelle, quartier Principe Real.

Pause café sous le kiosque du parc das Amoreiras sous l'Aqueduc des Aguas livres.

Un petit verre dans un autre jardin public ! (Photos © Christian Cottet-Emard) 

05 août 2014

Carnet / De ce qui sauve l’été sombre

Dimanche vers 19h à la sortie du concert où il y avait foule, le soleil est revenu sur le soir en une longue éclaircie qui a tout de suite réchauffé le parvis de l’abbatiale de Nantua. Avec Marie qui avait son appareil photo et sa caméra crayon, nous avons profité de ce retour très provisoire d’un des étés les plus avares que j’aie connu pour flâner sur l’esplanade du lac.

concert,nantua,ain,rhône-alpes,france,bugey,haut bugey,site clunisien,cluny,piano,shoko gamo,violon,romain rechetkine,festival nantua,guy dangain,appareil photo,photographie,presse,loisir,autofocus,photo numérique,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,note,carnet,journal,écriture de soi,autobiographie,brouillard,été pourri,chat,mélancolie,insomnie,vie,pédalo,lac

En ce moment, je fais des photos. Je n’ai jamais eu le goût prononcé de faire des photos à cause des réglages trop compliqués pour moi, mais avec les appareils numériques qui délivrent d’une grande partie de la technique, je trouve désormais un certain plaisir à fixer quelques images.

Lorsque j’ai commencé dans la presse au début des années 80 quand j’avais une vingtaine d’années, j’étais si incapable de me servir des vieux appareils qu’il fallait charger en pellicules adaptées et passer son temps à régler que mes parents m’avaient acheté un autofocus, un appareil automatique et sans réglages dont le seul défaut était d’avoir un mécanisme peu discret. Ils avaient compris que c’était pour eux le prix à payer s’ils ne voulaient pas voir leur fils se retrouver au chômage à peine après avoir été embauché par le quotidien local. Lors de mes premières sorties avec les appareils fournis par l’agence, je revenais avec des photos complètement ratées voire sans photos du tout.

concert,nantua,ain,rhône-alpes,france,bugey,haut bugey,site clunisien,cluny,piano,shoko gamo,violon,romain rechetkine,festival nantua,guy dangain,appareil photo,photographie,presse,loisir,autofocus,photo numérique,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,note,carnet,journal,écriture de soi,autobiographie,brouillard,été pourri,chat,mélancolie,insomnie,vie,pédalo,lacL’autofocus m’a sauvé mais avec du recul, si je puis dire, je me demande si ces ratages successifs avec le matériel classique n’étaient pas une sorte de signe pour m’avertir que je m’engageais dans une mauvaise voie, comme si une voix cherchait à me prévenir que c’était perdre mon temps et ma jeunesse que d’apprendre à photographier des voitures accidentées, des élus prononçant des discours et des gens en train de bouffer.

Durant ces années, j’ai pris le dégoût de faire des photos, même avec mon autofocus qui les réussissait presque toutes mais dont le ronronnement du moteur entraînant le rouleau de pellicule a recouvert le murmure de la petite voix. De toute façon, il me fallait un travail et c’était celui-ci qui s’était présenté...

Une dizaine d’années plus tard, après avoir quitté le journal, je n’ai pratiquement plus touché à un appareil photo et il a fallu l’apparition des appareils numériques pour m’y remettre parce qu’ils permettent d’avoir immédiatement et sans effort le résultat sous les yeux et que, cerise sur le gâteau, je peux tout de suite partager grâce à un petit blog de rien du tout. C’est ainsi que je conçois la technique: elle doit être au service de ma paresse, de mon incompétence et surtout de mon bon plaisir.

concert,nantua,ain,rhône-alpes,france,bugey,haut bugey,site clunisien,cluny,piano,shoko gamo,violon,romain rechetkine,festival nantua,guy dangain,appareil photo,photographie,presse,loisir,autofocus,photo numérique,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,note,carnet,journal,écriture de soi,autobiographie,brouillard,été pourri,chat,mélancolie,insomnie,vie,pédalo,lac

À propos de plaisir, encore quelques mots sur le concert de dimanche qui réunissait en duo la remarquable pianiste japonaise Shoko Gamo et le violoniste Romain Rechetkine. Je crois qu’on peut qualifier ce virtuose de treize ans de prodige et, prodigieuse, sa prestation le fut. Il n’empêche, les très jeunes surdoués de la musique (bien que je les admire et éprouve une grande joie à les écouter) ont pour moi quelque chose d’un peu inquiétant. Je ne peux pas m’empêcher de songer au coût humain de cette implacable maturité instrumentale. Alors oui, le jeune prodige du violon m’a impressionné et ému, mais plus encore l’alliage de subtilité et de puissance tout en retenue de Shoko Gamo qui faisait beaucoup plus que l’accompagner au piano.

Quelques concerts et quelques expositions ne sont pas de trop pour sauver un peu cet été. En cette heure tardive de la nuit (ou précoce de la nouvelle journée !) des nappes de brouillard enveloppent la maison puis s’éloignent en direction du village comme un étrange troupeau.

La chatte Linette est rentrée trempée. Depuis le canapé, elle me jette des œillades lasses comme si elle se demandait pourquoi tout est encore éclairé à presque 3h. Il est vrai que dans sa vie de chat, elle n’a sans doute pas besoin de revivre sa journée en pensée par crainte de ne pas l’avoir vécue suffisamment.