Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 décembre 2020

Déjà deux jours de neige et j'en ai déjà :

neige,hiver,humour,climat,décembre,blog littéraire de christian cottet-emard,blague,christian cottet-emard,raclette,fondue,ramequin,fromage fondu,cuisine,recette,médecine par les plantes,

Mes pensées d'hiver

Lorsqu’il neige, rien ne vaut la fondue et la raclette mais comme on peut en manger même en été, il ne sert à rien qu’il neige.

 

Pour rester en bonne santé l'hiver, je n’ai rien contre la médecine par les plantes à condition que les plantes soient distillées.

 

La raclette venant inévitablement après les raquettes, autant sauter le premier épisode.

 

Je supporte assez bien la neige (du 24 décembre au matin jusqu'au 25 décembre au soir).

 

Comme c'est beau la neige... sur le calendrier des Postes.

 

Pour moi les sports d'hiver, c'est comme les bonnes résolutions : on verra ça l'an prochain.

 

Quand viennent les flocons, passons aux flacons.

neige,hiver,humour,climat,décembre,blog littéraire de christian cottet-emard,blague,christian cottet-emard,raclette,fondue,ramequin,fromage fondu,cuisine,recette,médecine par les plantes

 

 

 

 

 

03 février 2015

Avant, j'avais une deuxième voiture.

renault,twingo,auto,voiture,neige,hiver,humour,photo,blog littéraire de christian cottet-emard,climat,météo,vie quotidienne

Mais ça, c'était avant.

 

renault,twingo,auto,voiture,neige,hiver,humour,photo,blog littéraire de christian cottet-emard,climat,météo,vie quotidienne

 

Carnet / En déneigeant

L’hiver, ses paysages, ses dentelles de givre, ses cascades de glace, ses neiges qui scintillent et ses activités stupides comme le ski et le déneigement. L’hiver, saison stupide.

déneigement,jura,neige,intempérie,météo,climat,hiver,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,bresse,ain,bourg-en-bresse,france,europe,courses,chez la jeanne,café le français,venise,italie,verrerie,figurines de verre,mimosa,éleveur de mimosa,francesco biamonti,artisanat,écriture,résultat

Plus de problème avec le ski dont j’ai refusé dès l’enfance tout enseignement après une seule séance qu’on m’a imposée je me demande pourquoi dans les années soixante du vingtième siècle. Mais le déneigement, ça, impossible d’y couper. Toute la fin de matinée et le début d’après-midi pour pouvoir sortir la voiture du garage.

déneigement,jura,neige,intempérie,météo,climat,hiver,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,bresse,ain,bourg-en-bresse,france,europe,courses,chez la jeanne,café le français,venise,italie,verrerie,figurines de verre,mimosa,éleveur de mimosa,francesco biamonti,artisanat,écriture,résultat

Sortir la voiture du garage : ça se mérite. 

D’habitude, je passe en force sans déneiger beaucoup, surtout quand le vent tourne et que ça fond sous la pluie mais ces derniers jours, on approche d’un mètre d’épaisseur. Pas question de passer en force sans y laisser le pot d’échappement et d’autres accessoires, quant à la fonte, ce n’est manifestement pas pour demain. 

Dans ces moments-là, je pense à la Bresse où la neige est rare et fugace mais j’ai trop de mauvais souvenirs professionnels là-bas pour m’y installer. Bourg-en-Bresse, c’est bien pour quelques courses, un verre au Français et un déjeuner chez La Jeanne, mais pour des cieux plus cléments, c’est encore un peu juste. 

L’hiver, je me sens vieux et stupide moi aussi, au point d’avoir la tête remplie d’un fatras de cartes postales dégoulinantes de fleurs et de parasols en bords de mer. Je pense à Francesco Biamonti qui écrivait d’âpres romans mais qui était « éleveur de mimosa » . Quel effet cela peut-il bien faire « d’élever du mimosa » ? , je me demande en déneigeant. 

L’hiver est la saison où je m’imagine ailleurs en train de faire autre chose que de déneiger, charrier des bûches de bois et vider les cendres de la cheminée sur cette saleté de neige immaculée. 

Comme Juppé, la tentation de Venise me prend. Vivoter d’un obscur commerce de figurines comme ces artisans qui tricotent des baguettes de verre coloré sous la flamme d’un petit chalumeau pour les transformer en minuscules cochons translucides, escargots bicolores, diablotins priapiques et autres bestioles pour les touristes. 

Mais n’ayant ni main verte ni habileté manuelle, adieu mimosa, verrerie, et bonjour déneigement, bénévole de surcroît. Tout ce temps-là est pris sur l’écriture, une activité dont l’avantage est au moins que personne n’attend un résultat, ce qui est bien réconfortant.