Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 mars 2014

Carnet / Du lever de lune, des arbustes à papillons et d’un reflet rouge

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareDimanche soir chez moi, quand j’ai vu la lune se lever à travers mes haies de frênes, j’avais l’appareil à portée de main. La photo sans réglages est le plaisir des appareils numériques. Techniquement, cela ne vaut rien mais le principal, c’est l’émotion. Qu’ai-je à faire de la technique ?

Lundi matin, j’étais obligé de descendre en ville (à une dizaine de kilomètres de mon village) pour laisser ma voiture au contrôle technique. Plutôt que d’attendre une heure à côté de l’atelier qui n’est pas loin de mon ancien quartier de résidence lorsque j’habitais cette bourgade, j’ai marché le long d’une rue parallèle à la voie ferrée, un quartier qui s’effiloche en vieilles bâtisses et en parcelles de terrain plus ou moins en friche. Une des parcelles minuscules est recouverte d’arbustes à papillons aux branchages si denses qu’ils forment des voûtes sous lesquelles le vent accroche des sachets en plastique et toutes sortes de déchets d’emballages. carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigare

C’est dans des cartons assemblés en une tanière qu’on ne peut même pas appeler une cabane (ni une tanière puisque même une véritable tanière est plus confortable) qu’un homme est mort de froid il y a au moins une dizaine d’année.

Juste avant de rester là quelques instants, interdit, face à ce non lieu où une vie humaine s’est terminée dans une absolue désolation, je venais de passer devant les panneaux d’affichage des listes pour les élections municipales. Tous ces gens nous parlent d’emploi, d’aménagement, d’équipement, d’économie, de finance, de développement, de tourisme, de « vivre ensemble ». Tout cela est bien gentil mais j’attends la liste qui parlera du type mort de froid dans les nœuds de branchages des arbres à papillons.

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareRentré dans ma campagne inondée de lumière, j’ai sorti la table de jardin et déjeuné dehors. Sandwiches, un verre de vin et un cigare. Le soleil reflétait le rouge du vin sur la table de métal blanc. J’ai fait une photo sans trop savoir pourquoi. Une photo qui n’a aucun sens bien sûr, comme presque tout le reste.

23 novembre 2012

Jacki Maréchal S O L O - E X H I B I T I O N - L Y O N

« J'aime le plastique, mon amour... »

Du 29 novembre au 23 décembre 2012

GALERIE SAINT GEORGES
22, rue Saint Georges
Lyon 5e

arts plastiques,jacki maréchal,exposition,lyon,rhône-alpes,galerie saint georges,plastique,polymères,mécénat broplast,blog littéraire de christian cottet-emard

Acrylique sur toile, anses de seaux, bâche plastique transparente peinte.

Vernissage le jeudi 29 novembre
 à partir de 18h

Horaire : du mercredi au dimanche
de 14 à 18 heures
04 24 55 26 29
saintgeorgesgalerie@gmail.com

Parking à proximité :
Parking Saint-Georges

La galerie Saint Georges a  longtemps été dirigée par Denise Mermillon célèbre galeriste qui ouvre ce lieu en 1960 avec une exposition de Georges Rouault.
Le lieu a été réinvesti en 2008 par un jeune brésilien de 24 ans Charles-Henrique De Oliveira et par Brigitte Maillard qui présenteront les oeuvres de Jacki Maréchal au cours de ce mois de décembre 2012 si dynamique à Lyon.
Jacki Maréchal profite de l'ardeur et de la jeunesse de ce lieu pour présenter ses toutes nouvelles recherches basées sur les polymères.

Partenaire :
Pour les oeuvres MECENAT BROPLAST
site : jacki-marechal.com