Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2017

LA GROSSE PIERRE (cinquième poème du bois de chauffage)

bois de chauffage, forêt, campagne, jura, bois, ramures, frêne, brouette, poème, blog littéraire de christian cottet-emard, poèmes du bois de chauffage, estime-toi heureux, éditions orage lagune express, littérature, christian cottet-emard, septième poème du bois de chauffage, haut-jura, saison, automne, hiver, vent, textes sous copyright, droits réservés, notaire, poésie,grosse pierre,minéral,pierre

Parfois il me plairait d’inverser les rôles

D’être la grosse pierre que j’ai mis une demi-heure à sortir toute poisseuse de cette bouillie qui donne le joli potager

Sous la lune elle brille maintenant toute blanche lavée par la pluie

Quelle belle pierre disent les visiteurs bien qu'elle n'y soit pour rien

Alors je m’assois sur elle après avoir rempli ma brouette de bois sec

Et je pense au poème que je pourrais bricoler avec

ce que j’ai trouvé par terre dans le paysage

bois de chauffage,forêt,campagne,jura,bois,ramures,frêne,brouette,poème,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,estime-toi heureux,éditions orage lagune express,littérature,christian cottet-emard,septième poème du bois de chauffage,haut-jura,saison,automne,hiver,vent,textes sous copyright,droits réservés,notaire,poésie,grosse pierre,minéral,pierre,photographie,serrure,bricolage

 

Photos Ch. Cottet-Emard 

© Éditions Orage-Lagune-Express 2017

 

 

 

29 septembre 2017

Septième poème du bois de chauffage

bois de chauffage,forêt,campagne,jura,bois,ramures,frêne,brouette,poème,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,estime-toi heureux,éditions orage lagune express,littérature,christian cottet-emard,septième poème du bois de chauffage,haut-jura,saison,automne,hiver,vent,textes sous copyright,droits réservés,notaire,poésie

Ces temps la nature s’active elle brasse elle fait ce qu’elle a à faire

Tout craque tout grince tout plie la nuit remue comme disait le poète aux lunettes noires

Les frênes se frottent les uns aux autres et le vent fait tomber leurs branches mortes je n’ai plus qu’à me baisser

On dirait que le vent est un travailleur énergique et motivé pour le petit bois

Ça tombe bien pas moi

 

 

Extrait de Poèmes du bois de chauffage, © Éditions Orage-Lagune-Express, 2017. 

 

28 janvier 2016

Carnet / De la logique, de l’orgue, du vent et de la tentation d’exil

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,orgue,vent,logique,christian cottet-emard,nantua,ain,rhône-alpes,france,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,nicolas antoine lété,facteur d'orgue,louis vierne,berceuse,joseph de bassompierre,groissiat,haut-bugey,abbatiale saint michel de nantua,site clunisien,campagne,forêt,vosges,mirecourt,organiste,philippe lefebvre,robert schumann,six fugues sur le nom de bach,musique,lisbonne,portugalJe travaille à la publication de dix ans de mes carnets et je me rends compte que l’agencement du livre, probablement en deux parties, risque de manquer de logique. De toute façon, la logique, je me suis toujours assis dessus et je peux même dire que c’est elle qui m’a conduit à commettre mes plus grosses bêtises lorsqu’il m’est exceptionnellement arrivé de lui céder.

Une amie au téléphone : « pourquoi une telle passion pour l’orgue ? »carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,orgue,vent,logique,christian cottet-emard,nantua,ain,rhône-alpes,france,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,nicolas antoine lété,facteur d'orgue,louis vierne,berceuse,joseph de bassompierre,groissiat,haut-bugey,abbatiale saint michel de nantua,site clunisien,campagne,forêt,vosges,mirecourt,organiste,philippe lefebvre,robert schumann,six fugues sur le nom de bach,musique,lisbonne,portugal Je n’ai pas su répondre avec précision mais en y réfléchissant un peu plus tard, je crois que la réponse est dans un souvenir.

Dans mon jeune âge, je venais de découvrir l’orgue de Nantua et j’avais fait la connaissance de son titulaire de l’époque, Joseph de Bassompierre. Après l’avoir écouté en répétition dans l’abbatiale Saint-Michel, je l’avais accompagné chez lui à Groissiat où il m’avait joué la Berceuse de Louis Vierne au piano dans son salon. La fenêtre était grande ouverte sur une somptueuse journée d’été et je voyais au loin onduler les foins sous une brise soutenue. C’est alors qu’une association d’idée entre la houle des foins et le rythme de la musique de Vierne s’est imposée à mon esprit. Joseph jouait au piano mais curieusement, mon oreille transposait à l’orgue. De retour chez moi, j’ai cherché la Berceuse de Vierne dans ma discothèque et je l’ai de nouveau écoutée en contemplant l’ample balancement des feuillages dans la brise d’été.

Depuis ces deux épisodes, je n’ai jamais cessé d’associer l’orgue aux mouvements du vent, ce qui est logique puisque la musique d’orgue, c’est de l’air qui passe dans des tuyaux. Lorsque je me promène en forêt les jours de grand vent, j’entends des sons d’orgue et lorsque j’écoute des œuvres d’orgue, je rêve au vent dans les arbres et dans les champs. Les orgues sont le plus souvent dans les églises dont les piliers et les voûtes évoquent évidemment la forêt. Tout cela est intimement lié dans mon esprit, surtout en ce qui concerne l’orgue de Nantua qui a été construit en 1845 à Mirecourt dans les Vosges (pays de forêts) par le facteur Nicolas-Antoine Lété. Nantua dans l’Ain est aussi en région forestière.

La restauration de l’orgue de Nantua n’est pas encore commencée que sa voix me manque déjà. Heureusement, je possède les disques enregistrés sur cet instrument exceptionnel, notamment l’œuvre pour orgue de Robert Schumann interprétée par Philippe Lefebvre. Les enregistrements ont été réalisés du 6 au 8 janvier 1976 mais je n’ai découvert cette musique que plusieurs années plus tard, en particulier les Six fugues sur le nom de Bach opus 60 auxquelles je ne cesse de revenir. Ces dernières semaines, je m’en imprègne le jour et parfois la nuit. L’œuvre m’accompagne bien sûr depuis des décennies, comme le son unique de l’orgue de Nantua.

Chaque fois que j’envisage de m’installer à Lisbonne par goût pour cette ville et ce pays mais aussi par lassitude et crainte d’une France qui peine à réagir face à l'ennemi et qui ne semble parfois plus gouvernée, j’imagine tout de même avec perplexité quelle vie serait là-bas la mienne loin de ce repère essentiel qu’est pour moi cet orgue, dans cette abbatiale qui est aussi le centre et le point névralgique de plusieurs moments décisifs de mon existence. Pour mon dernier voyage, le moment venu, il ne me déplairait pas de partir de là-bas si cela n’était pas trop compliqué pour mes proches.

Photo : orgue à Lisbonne © CC-E