Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mai 2019

Morille et son croûton

morille, morille blonde,morille jaune,nature,campagne,champignon,haut-jura,blog littéraire de christian cottet-emard,croûton,croûton aux morilles,vieux croûton

 

12 avril 2019

Carnet / Du voyage nocturne

 

Je me suis toujours considéré comme quelqu’un qui n’a aucun sens de l’orientation.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Entre dix-sept et trente ans, les années où j’ai été le plus contraint de me déplacer pour des raisons professionnelles, j’en étais même arrivé à la conclusion que je souffrais de débilité spatiale. En réalité, je me perdais partout où j’allais parce que je n’avais pas envie d’y aller !

J’ai commencé à m’en rendre compte lors de mes séjours à Venise, ville où je me repère assez bien parce que je n’ai aucune urgence à le faire lorsque je m’y promène. Mais s’il est une ville dont l’organisation spatiale s’est très rapidement installée dans mon esprit, c’est bien Lisbonne. Pour oublier la neige, j’y flâne ce soir en rêve éveillé puisque j’ai l’impression de ne plus rêver en dormant. Je dors d’un sommeil léger et fatigant déserté par les grands rêves baroques desquels il m’arrivait d’émerger tout ébloui il y a très longtemps.

Ce soir, j’essaie de me conditionner pour une balade en songe à Lisbonne, pourquoi pas dans le grand parc du Principe Real que j’affectionne tout particulièrement ? J’y trouverai bien un banc pour rêvasser au son d’une Gnossienne de Satie (en hommage au grand Aldo Ciccolini tout récemment disparu) extraite de ma discothèque portative, celle que j’ai dans la tête et qui me rend distrait de tout ce qui me fatigue en ce moment d’être français.

Sur le soir, je pourrais descendre direction Restauradores puis remonter vers mon magasin de cigares, juste derrière la statue de Pessoa attablé au très touristique café A Brasileira.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

J’aurais d’ailleurs croisé le poète quelques mètres plus bas au milieu des passants car à Lisbonne, il est partout. La dernière ville littéraire d’Europe, j’ai désormais la chance d’y aller quand je veux. Que mon sommeil lent comme un vieil electrico m’y conduise cette nuit !

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Photos © Christian Cottet-Emard,

(Extrait de Prairie Journal (carnets 2006 - 2016)

presse, service de presse, voix de l'ain, didier pobel, christian cottet-emard, prairie journal, carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, blog littéraire de christian cottet-emard, littérature, livre, éditions orage lagune express, ain regard, ain, rhône-alpes auvergne, haut-bugey, france, oyonnax, sepec, haut-jura, montagne, beaux ciels, orgue, cigare, flânerie, lisbonne,carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, prairie journal, voyage, nocturne, lisbonne, portugal, tramway, electrico, principe real, restauradores, blog littéraire de christian cottet-emard, venise, italie, europe, direction, sens de l'orientation, gnossiennes, satie, aldo ciccolini, pianiste, piano, fernando pessoa, poète, poésie, littérature, rêve, sommeil, neige, jura, banc,médiathèque oyonnax

Pour Oyonnax et sa région : disponible à la librairie Mille feuilles d'Oyonnax et à la Maison de la presse de Nantua (Ain)

Un article de Didier Pobel :

presse, service de presse, voix de l'ain, didier pobel, christian cottet-emard, prairie journal, carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, blog littéraire de christian cottet-emard, littérature, livre, éditions orage lagune express, ain regard, ain, rhône-alpes auvergne, haut-bugey, france, oyonnax, sepec, haut-jura, montagne, beaux ciels, orgue, cigare, flânerie, lisbonne,carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, prairie journal, voyage, nocturne, lisbonne, portugal, tramway, electrico, principe real, restauradores, blog littéraire de christian cottet-emard, venise, italie, europe, direction, sens de l'orientation, gnossiennes, satie, aldo ciccolini, pianiste, piano, fernando pessoa, poète, poésie, littérature, rêve, sommeil, neige, jura, banc,médiathèque oyonnax

D'autres articles sur Prairie journal ici

 

18 février 2019

Seizième poème du bois de chauffage

crocus,perce-neige,chauffage,poèmes du bois de chauffage,christian cottet-emard,éditions orage-lagune-express,droits réservés,blog littéraire de christian cottet-emard,textes apparentés poésie,carnet poétique,terre,neige,froid,pâquerette,campagne,jura,haut-jura

Aujourd’hui mon regard ne peut s’élever de la terre quitter le ras des pâquerettes mais je ne vois pas de pâquerettes juste un crocus au milieu d’une vieille plaque de neige

 

J’ai lu que les crocus et les perce-neige avaient un petit système de chauffage qui leur permettait de faire fondre la neige autour d’eux afin de pouvoir pousser comme il faut

 

Quand je pense à tout le bois dont j’ai besoin pour me chauffer et à tous les efforts que je dois déployer jusqu’à ce qu’il arrive dans la cheminée je me sens complexé vis-à-vis des crocus et des perce-neige avec leurs minuscules chauffages individuels

 

Du coup je pense à la fin du monde à cause de tout ce bois coupé alors que les crocus et les perce-neige n’ont probablement que faire d’une telle idée

 

 crocus, perce-neige, chauffage, poèmes du bois de chauffage, christian cottet-emard,droits réservés, blog littéraire de christian cottet-emard, textes apparentés poésie, carnet poétique, terre, neige, froid, pâquerette, campagne, jura, haut-jura,éditions germes de barbarie,périgord© Éditions Germes de barbarie 2018

Photo crocus : CC-E 

Plus d'informations sur le livre :

Éditions Germes de barbarie

Pour Oyonnax et sa région : en vente à la librairie Mille Feuilles, rue Anatole France, Oyonnax (Ain)