Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2020

Vu ces derniers jours, sans sortir de chez moi

photo, carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

Fidèle au poste, comme chaque année.

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

En pleine forme cette année

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

Linette perplexe

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

Jeunes feuilles de frêne

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

Vieille branche donne jeune fleur (pommier)

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix

Chaque année, toujours par trois.

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix,haut-jura,bourgogne franche comté,france,europe

Vous reprendrez bien un croissant ?

photo,carnet photo,image,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,nature,fleur,printemps,tulipe,pommier,frêne,feuille,nuit,crépuscule,soir,matin,christian cottet-emard,contemplation,regard,saison,lune,étoile du berger,vénus,iris,serpent,vipère,aspic,ciel,lumix,haut-jura,bourgogne franche comté,france,europe

Photos prises avec mon petit Lumix automatique (sauf la dernière bien sûr !)

 

 

06 août 2019

À ciel ouvert

l'inventaire des fétiches,christian cottet-emard,éditions orage lagune express,1988,proses courtes,blog littéraire de christian cottet-emard,marc chagall,littérature,lézard,grenier,violon,chat,pipistrelle,maison,cabane,tulipe,bauge,cave,coquille,ciel,corolle,grillons,enfance

Enfants, la conscience de notre disproportion au monde nous pousse à rêver d’habiter les lieux les plus saugrenus. Qui n’a pas réajusté l’univers à sa dimension en construisant des cabanes, en aménageant des placards et même en s’appropriant un gros arbre creux ?

 

Précaires, rien de ce qui abrite, recouvre, englobe, recèle, en un mot embrasse, n’a échappé à notre élan de conquête. Corolles de tulipes, trous de grillons, coquilles désertées, bauges de sangliers ou caves moussues, tout nous fut recoin de ciel, surtout le grenier craquant de soleil sous la tuile tiédie comme un lézard de pierre.

 

Ne nous arrive-t-il pas de surprendre de temps à autres, nos proches dans les endroits les plus extravagants ? Adultes, nous nous plaisons par exemple, sous prétexte de vérifier la toiture de la maison, à recoller les lambeaux de nos ciels enfantins en dérangeant au détour d’une cheminée notre vieux chat secret chasseur de pipistrelles.

 

L’impossibilité d’habiter nos lieux d’enfance nous conduit cependant à les visiter assidûment. De ces espaces refusés à l’ordinaire des jours, le toit est le plus fréquenté. On raconte ainsi que le grand-père du peintre Marc Chagall s’y réfugiait pour jouer du violon en paix. Voilà pourquoi Chagall a souvent peint dans ses toiles un violoniste sur le toit.

 

Extrait de mon recueil de proses courtes L'inventaire des fétiches, © Éditions Orage-Lagune-Express, 1988. Droits réservés.

Tableau : Le violoniste bleu, Marc Chagall.

 

24 mars 2014

Carnet / Des neiges, des ânes qui n’ont pas soif et de l’isoloir

printemps,foehn,jonquilles,jacinthes,forsythia,lilas,neige,mario rigoni stern,robert walser,blog littéraire de christian cottet-emard,arald,agence rhône-alpes pour le livre et la documentation,poésie,la poésie et maintenant,bibliothèque municipale lyon part dieu,lyon,rhône-alpes,france,christian cottet-emard,élections municipales,élections,isoloir,carnet,journal,note,prairie,prairie journal,littérature,tulipe,écriture de soi,autobiographie,éditions 10/18Comme chaque année en cette période, je vois mes petites fleurs de printemps éclore à la faveur d’une brève embellie (qui a tout de même duré presque trois semaines cette fois) puis fléchir sous une nouvelle et brutale averse de cette neige lourde que les montagnards désignent sous des noms variant avec les régions. Relire à ce propos Neige de Mario Rigoni Stern dans le volume Sentiers sous la neige (éditions 10/18).

Depuis quelques années, j’ai pris les neiges en aversion (j’emploie le pluriel car toute personne qui vit dans les régions neigeuses sait qu’il existe plusieurs neiges) notamment les neiges de printemps qui me sapent le moral. La première image que m’évoque désormais la neige est celle de Robert Walser étendu à quelques mètres de son chapeau qui a roulé parmi ses empreintes de pas lors de son ultime promenade. Il me faudra lire un écrivain considérable pour apprendre peut-être un jour à aimer de nouveau la neige comme il m’arrivait de m’en émouvoir lorsque j’étais enfant.printemps,foehn,jonquilles,jacinthes,forsythia,lilas,neige,mario rigoni stern,robert walser,blog littéraire de christian cottet-emard,arald,agence rhône-alpes pour le livre et la documentation,poésie,la poésie et maintenant,bibliothèque municipale lyon part dieu,lyon,rhône-alpes,france,christian cottet-emard,élections municipales,élections,isoloir,carnet,journal,note,prairie,prairie journal,littérature,tulipe,écriture de soi,autobiographie,éditions 10/18

Pour l’instant, je ne vois que mes jonquilles aux robes froissées et le jaune flétri des forsythias trop pressés qui, comme nous, veulent leur part de douceur et d’insouciance et qui se retrouvent immanquablement à baisser la tête. Printemps triste et bâclé de la montagne que seul le rare effet de fœhn peut illuminer certaines années quand ce vent doux et fantasque dévale les couloirs rocheux et court dans les prairies comme un gamin espiègle. printemps,foehn,jonquilles,jacinthes,forsythia,lilas,neige,mario rigoni stern,robert walser,blog littéraire de christian cottet-emard,arald,agence rhône-alpes pour le livre et la documentation,poésie,la poésie et maintenant,bibliothèque municipale lyon part dieu,lyon,rhône-alpes,france,christian cottet-emard,élections municipales,élections,isoloir,carnet,journal,note,prairie,prairie journal,littérature,tulipe,écriture de soi,autobiographie,éditions 1018Fœhn, mon étrange ami, viens trousser les tulipes et les jacinthes, dérouler les bourgeons de lilas, parfumer la nuit et me laver de ma poisseuse et noire humeur !

La poésie, et maintenant ?

La semaine dernière, j’étais en plein printemps, presque en été, à Lyon, lors de la journée de l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le Livre et la Documentation) à la rencontre intitulée La poésie, et maintenant ? qui s’est tenue dans la salle de conférence de la bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu. Je connais cette salle où j’ai fait une lecture il y a quelques années. Il y a plus longtemps encore, dans les années 90 du siècle dernier, j’avais déjà assisté à une rencontre de ce type organisée par l’ARALD. Eh bien rien n’a changé.

On continue de déplorer l’absence de « visibilité » de la poésie dans les médias, dans les librairies, dans les bibliothèques, dans les sacs de plage, dans la hotte du Père Noël, dans la boîte à gants de la voiture, dans les quartiers, dans les classes, et l’on continue de se demander comment l’on va bien pouvoir s’y prendre pour remédier à cette déplorable situation.

On va me répondre « ça te va bien de toujours critiquer du haut de ta flemme proverbiale mais qu’est-ce que tu proposes ? » Un, je ne suis pas plus malin que les autres, deux, j’aurais tendance à penser qu’il ne faut pas vouloir faire boire un âne qui n’a pas soif, et trois, commençons par nous lire les uns les autres. Comme nous sommes nombreux, cela ne pourra qu’apporter un ballon d’oxygène financier aux éditeurs qui ont l’amabilité de nous publier.

En marche vers l’isoloir

Et à part ça ? Ah oui, les élections (j’allais oublier). Gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite... Demi-tour gauche ! Demi-tour droite ! Etc...