Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 novembre 2015

Carnet / De la patate chaude de la culture

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,actualité,nouvelles du front,christian cottet-emard,presse,le progrès,culture,oyonnax,communauté de communes,patate chaude,centre culturel aragon,centre culturel oyonnax,action culturelle,ain,rhône-alpes,france,europe,politique,mairie d'oyonnax,municipalité oyonnax,culture oyonnaxienne,roger vailland,325000 francs,condition ouvrière,monde ouvrier,industrie,artisanat,petite bourgeoisie,trente glorieuse,plein emploi,précarisation financièreÀ Oyonnax la culture n’est, semble-t-il, pas une chance mais un problème, « une patate chaude que la ville céderait volontiers à la Communauté de communes » . C’est ce qu’on a pu lire le 2 novembre sur des affiches signalant un article du quotidien local qui traite le sujet sous l’angle financier. Le malaise est pourtant bien plus profond et récurrent.

Oyonnax et la culture, c’est un feuilleton, un psychodrame, pas passionnant je le concède, mais dont certains épisodes méritent parfois quelques minutes d’attention. Cette histoire de patate chaude est révélatrice du vieux clivage existant entre les municipalités de droite et la culture.

Personnellement, je veux dire en tant qu’usager, je n’attends plus rien depuis longtemps de l’action culturelle à Oyonnax, non pas parce que les professionnels font mal leur métier mais parce qu’ils travaillent dans une ambiance à mon avis délétère.

À ce contexte négatif que je veux bien être gentil de qualifier de conjoncturel, s’ajoute une double hostilité oyonnaxienne à la culture, aussi bien de la part d’une classe dominante soucieuse depuis les origines du développement industriel d’Oyonnax de maintenir les électeurs dans des distractions plus ou moins infantiles que de la part d’une population économiquement et sociologiquement fragile, conditionnée depuis des générations à la méfiance et au mépris à l’encontre des « intellos » , en d’autres termes, des artistes, des écrivains, de celles et ceux qui aspirent à être au monde autrement qu’en simple producteurs consommateurs.

Ces deux courants de la petite société oyonnaxienne se sont toujours rejoints dans leur rejet commun de la culture comme on a pu le voir lors des échanges souvent imprécatoires qui ont marqué le débat politique dès que la construction du centre culturel a été décidée.

À peine inauguré, le centre Aragon a ployé sous la pression politique, son fonctionnement focalisant en permanence les affrontements idéologiques déclarés ou sous-jacents caractéristiques de l’enclavement géographique et culturel d’une bourgade ouvrière en proie à l’interminable gueule de bois de la fin des Trente Glorieuses (pas si glorieuses que ça d’ailleurs si l’on veut bien relire 325000 francs de Roger Vailland). Dans ce roman plus sociologique que littéraire, Roger Vailland dépeint une communauté essentiellement structurée par le passage de l’artisanat à l’industrie et composée d’une petite bourgeoisie d’origine ou parvenue présidant aux destinées d’une population d’ouvriers, de contremaîtres et de petits employés chichement divertis en bals musette, concours de boules et courses cyclistes. Entre ces deux groupes, pas encore de classe moyenne en quête de culture autre que cinématographique.

Cette classe moyenne qui se constituera par la suite au rythme du développement du plein emploi et des services administratifs et sociaux connaîtra les concerts classiques et les pièces de théâtre montées dans la salle omnisports et autres gymnases qui ont toujours été les équipements prioritaires des différentes municipalités oyonnaxiennes. La bonne vieille recette du sport pour contrôler et endiguer le temps libre d’une population à laquelle le travail en usine eût éventuellement laissé un petit surplus de vitalité.

Autre avantage de l’embrigadement sportif, la constitution d’un semblant d’identité pour une ville qui a toujours peiné à s’en trouver une, ce qui explique l’addiction de ses décideurs à la reconnaissance médiatique nationale à tout prix, véritable obsession se traduisant aujourd’hui par l’hystérie autour du ballon et une frénésie de communication illustrée par une débauche d’affichage grotesque défigurant l’espace public. Je ne sais pas avec quelle officine de reprographie travaille la ville mais je pense qu’elle doit bénir Oyonnax.

L’équilibre fragile et assez laborieusement maintenu au moyen de cette identité artificielle ne pouvait intégrer sans problème l’aspiration à la culture qui est toujours une volonté d’élévation, d’épanouissement individuel et parfois de rupture avec l’ordre établi si celui-ci se montre trop étroit ou trop coercitif. C’est pourtant ce processus qui a permis à la culture d’irriguer lentement Oyonnax jusqu’à l’arrivée de la gauche à la mairie à la faveur d’une faible mobilisation électorale d’une droite trop sûre d’elle. C’est aussi lors de cette courte alternance politique que fut construit le centre Aragon, à la grande fureur de ses détracteurs les plus acharnés dont les enfants et petits-enfants sont aujourd’hui bien contents d’utiliser les services.

Il n’en reste pas moins vrai que la création de ce bel équipement est restée en travers de la gorge des gestionnaires purs et durs, notamment ceux qui ont toujours pensé qu’Oyonnax n’avait besoin que d’une salle des fêtes. Même si le centre Aragon ne sera jamais une salle des fêtes, le danger n’a jamais été plus grand de le laisser devenir une coquille vide.

Le risque existe dans un contexte qui cumule les menaces sur la culture à Oyonnax : rétrécissement de la classe moyenne (habituellement demandeuse d’offre culturelle exigeante et dotée d’un budget pour se l’offrir), précarisation financière croissante des populations à revenu modeste, vieillissement du public éduqué et cultivé, conflit de générations éloignant une forte proportion de jeunes d’une culture jugée bourgeoise et, phénomène inquiétant, émergence de formes identitaires et religieuses d’un rejet de la culture occidentale.

Ces tendances lourdes de la société sont particulièrement visibles dans des villes telles qu’Oyonnax. Envisager de répondre à ces problématiques par des mesures financières d’incitation et d’encouragement à l’accès à l’offre culturelle locale, ainsi que l’évoque dans la presse l’adjointe à la culture d’Oyonnax, n’est pas proportionné à l’ampleur des clivages, pas plus que cette dérive consistant à transformer les centres culturels en annexes de centres sociaux. L’action culturelle et l’action sociale n’ont pas à se mélanger même si de fait, l’une et l’autre profitent de leurs bénéfices respectifs là où le système fonctionne encore dans les grandes villes.

Enfin, persister à rogner toujours plus la variété et la qualité des animations et des programmes de spectacle sous le fallacieux et démagogique prétexte de les adapter à une supposée demande locale ne fait qu’entériner le renoncement à tous les objectifs et les espoirs suscités à ses débuts par le centre culturel Aragon.

À ce rythme, ce n’est plus une patate chaude que les différents décideurs se refileront mais quelques épluchures.

19 août 2015

Carnet / De la poésie qui va se nicher dans des petits films de rien du tout, de l’envie de changer de pays et d’un cauchemar

En rêvassant dans l’air tiède, assis devant la maison sous les nuages de la nuit, ces mots ont remonté je ne sais pourquoi de ma conscience : « Histoires vraies qui ressemblent à des contes, contes qui ont l’air d’histoires vraies, charriées par le grand fleuve... » J’ai passé plusieurs jours à me demander quelle pouvait bien être l’origine de cette réminiscence et j’ai même feuilleté des recueils de poèmes à la recherche de ces bribes. J’ai fini par trouver qu’il s’agissait de la fin du film de Carmine Gallone, Don Camillo Monseigneur

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,Carmine Gallone,Don Camillo Monseigneur,étoile filante,nuit des étoiles,perséides,météores,suisse,italie,portugal,france,nantua,haut-bugey,rhône-alpes,abbatiale saint miche,concert,guy dangain,shoko gamo,piano,chopin,sylvain rolland,violoncelle,musique,culture,blog littéraire de christian cottet-emard,11 septembre 2001,soumission,michel houellebecq,éditions flammarion,écrivainJ’ai vu cette comédie de 1961 plusieurs fois, notamment dans mon enfance. Où ne va pas se nicher la poésie ! La cloche de l’église toute proche qui venait de sonner 23h avait peut-être libéré ce souvenir enfoui pendant que je guettais en vain, dans les trouées de nuages, les étoiles filantes.

Le souffle d’un orage lointain a dégagé une partie du ciel et j’en ai vu une en même temps qu’un faible éclair. J’ai donc fait un vœu tout en me disant que j’avais déjà le principal de ce qu’il faut pour être heureux, notamment la chance de vivre bien accompagné dans une nature tranquille où la brise d’été apporte la musique familière des cloches et des clarines, comme en Suisse toute proche de l’autre côté de la montagne. La Suisse, un des pays où je me verrais bien vivre, mais aussi en Italie et au Portugal. Évidemment, dans l’espace privé, je me sens bien en France mais c’est de moins en moins le cas dans l’espace public.

Dimanche 9 août, j’étais au deuxième concert de la seizième Académie Internationale de Musique de Nantua Pays du Haut-Bugey, le beau festival porté à bout de bras par le vaillant Guy Dangain. Comme d’habitude, la foule à l’abbatiale Saint-Michel pour écouter des musiciens de grande classe (la pianiste Shoko Gamo, le violoncelliste Sylvain Rolland dans un programme Chopin) et Guy Dangain qui appelle pourtant à l’aide parce que ce temps fort de la vie musicale est menacé. 

J’en reviens à ce que j’écrivais plus haut : comment ne pas être tenté de prendre de la distance avec un pays qui ne soutient plus ses artistes, qui n’établit plus de hiérarchie entre ce qui relève de la culture et de l’animation sous prétexte de je ne sais quel élitisme ? Oui, la vraie culture est élitiste, et c’est ce qui fait son intérêt. Qu’avons-nous à gagner au nivellement par le bas ? Rien. Dans le domaine de la culture, c’est en visant haut qu’on a le plus de chance de faire du social. Oui, la culture c’est l’élite, mais c’est une élite ouverte où chacun est bienvenu dès l’instant qu’il en ressent le désir.

Contrairement à ce qu’on persiste à croire depuis trop longtemps, ce n’est pas à la culture d’aller vers les gens, c’est à l’individu d’aller  vers elle s’il en ressent le besoin. Et qu’on ne me dise plus qu’il s’agit d’un problème financier pour le public car aujourd’hui, ce n’est plus vrai. Un exemple parmi tant d’autres : les trois grands concerts d’été à Nantua animés par Guy Dangain sont gratuits, déplacent les foules et perdent pourtant des subventions. Cherchez l’erreur...

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,Carmine Gallone,Don Camillo Monseigneur,étoile filante,nuit des étoiles,perséides,météores,suisse,italie,portugal,france,nantua,haut-bugey,rhône-alpes,abbatiale saint miche,concert,guy dangain,shoko gamo,piano,chopin,sylvain rolland,violoncelle,musique,culture,blog littéraire de christian cottet-emard,11 septembre 2001,soumission,michel houellebecq,éditions flammarion,écrivainJe viens de terminer la lecture de Soumission de Michel Houellebecq (éd. Flammarion). Je pensais attendre la sortie de ce livre en édition de poche mais une amie me l’a offert. Je craignais aussi de me saper un moral tout juste renaissant après deux ans de grisaille intérieure en plongeant dans l’insidieux cauchemar qu’illustre cette fable politique diablement habile et cynique de l’écrivain le plus malin de sa génération. 

En plus de la morne épouvante que suscite l’évolution politico-religieuse décrite dans cette fiction, j’ai trouvé dans ce roman une illustration de plus de ce que j’ai toujours pensé : si le fascisme revenait en force, ce serait sous une forme molle, mais ce serait le fascisme quand même. Le tout est d’en être suffisamment conscient pour empêcher que cela ne se produise. 

À cet égard, je suis d’une génération qui doit revoir tous ses modes de pensée et rompre avec toute une batterie de bons sentiments certes utiles en leur temps révolu mais désormais totalement inadaptés au monde de l’après 11 septembre 2001.

 

08 juillet 2014

Carnet / De l’évasion, de la nécrologie et des gentils donateurs

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursNouvelle saison culturelle d’Oyonnax : vite, la voiture !

Au courrier récemment, la plaquette de ce qui fait office de saison de spectacles 2014-2015 à Oyonnax. Parfaite continuité avec la programmation de l’an dernier, voire à peine en-dessous, mais ne chipotons pas. À ce niveau, tout cela reste très homogène et cohérent, conforme aux productions (c’est vraiment le mot juste) que des municipalités bien obligées de traîner le boulet de la culture se débrouillent pour financer à la diable malgré des dépenses beaucoup plus urgentes telles que les pelouses chauffées pour les stades, les commémorations en costumes d’époque et les étapes de vélo national.
Aucun autre commentaire concernant cette programmation oyonnaxienne sinon celui-ci : pas de panique, Lyon et Genève à une heure de trajet. Je pratiquais depuis longtemps l’évasion commerciale, me voici en plus dans l’évasion culturelle.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursQu’est-ce qu’une personne sympathique ?

Réponse : un mort. Telle est, la plupart du temps, l’impression ressentie après la lecture d’une nécrologie. Le plus souvent, l’individu concerné était « exigeant avec les autres mais aussi avec lui-même » . Il pouvait certes « avoir des colères » pour qui  « ne se montrait pas à la (sa) hauteur » , mais « témoignait d’un esprit d’équipe à toute épreuve » , et «partageait volontiers quelques moments de détente avec ses collègues» . Assurément un défunt sympathique selon les standards nécrologiques et sociaux mais le genre de vivant qu’en ce qui me concerne, j’évite comme la peste.

évasion,nécrologie,donateurs,ump,don,finances,argent,droite,parti politique,politique,spectacle,saison culturelle,oyonnax,ain,rhône alpes,france,production culturelle,culture,pelouse chauffée,vélo,tour de france,commémoration,costume d'époque,blog littéraire de christian cottet-emard,billet d'humeur,lyon,genève,voiture,évasion commerciale,évasion culturelle,éloge de la fuite,courage fuyons,n'en parlons plus,relativiser,la vie est ailleurs,la culture est ailleursLes gentils donateurs apprécieront

D’habitude, je ne m’intéresse pas aux turpitudes financières des partis politiques car ces informations débitées par des journalistes aux accents de vierges effarouchées sont trop répétitives. De plus, ce genre de sujet abordé lors d’un repas de famille ou entre amis peut gâcher le dessert. La tarte aux pommes de grand-mère mérite-t-elle d’être avalée de travers ou de finir sur la tête d’un convive à cause de la politique? Non ! Une tarte maison, contrairement à la politique, ça se respecte.
Mais puisque nous ne sommes pas à table en ce moment, je suppose tout de même qu’après l’appel aux dons de l’UMP, les gentils donateurs qui ont retiré vingt ou trente euros de leur petit porte-monnaie (oui, j'en suis pantois mais ils existent !) apprécient en ce moment les récents développements de l’actualité concernant les coûts présumés de certains frais de représentation et de déplacement dans les hautes sphères.