Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 octobre 2013

Carnet : douceur du Haut-Jura

neige,climat,haut-jura,cafard,déprime,campagne,montagne,lisbonne,portugal,océan,tage,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,carnet,note,météo

Entre ces deux photos (la montagne à peine plus haut que chez moi dimanche dernier et mes jacinthes et tulipes au printemps dernier) six petits mois, plutôt cinq si l'on prend en compte les giboulées et autres douceurs du Haut-Jura.

Cinq mois sans voir cette saleté de neige.

Pour me consoler, je pense à ce témoignage d'archives locales relatant qu'à la fin du dix-neuvième siècle, ma campagne a connu une année particulière qui a dénombré onze mois de neige sur douze en comptant les giboulées, encore heureux !

Dur retour de Lisbonne où j'étais début octobre...

neige,climat,haut-jura,cafard,déprime,campagne,montagne,lisbonne,portugal,océan,tage,blog littéraire de christian cottet-emard,journal,carnet,note,météo

06 mars 2013

Ces jours, vu de chez moi (photo prise depuis la fenêtre)

nature,campagne,montagne,chevreuil,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,zoom,crêt,jura

04 septembre 2011

Paysage de petite montagne avec homme invisible

récit des lisières,éditions Orage-Lagune-Express,Christian Cottet-Emard,poésie,homme invisible,campagne,montagne,frêne,bois,La route de campagne loin de la ronde des frênes autour de toi on la devine mais personne depuis le talus ne peut soupçonner ta présence assis dans ce fauteuil en résine au milieu de la dalle de ciment coulée par ton père derrière la maison

Une charpente en bois devait s’élever au-dessus de cette dalle mais ton père n’a pas eu le temps de la construire et te voilà assis sous le grand ciel d’été à l’affût de quelques bribes d’un poème ou d’un récit qui aurait peut-être un sens qui serait peut-être lu par quelqu’un et qui pourrait peut-être s’élever dans les airs comme la charpente en bois

À la pelouse plein sud avec ses éclosions de parasols rouge cerise et bleu campanule tu préfères cette dalle de ciment qui s’avance sur le grand pré au nord côté chambre parce que tu as l’illusion que personne n’aurait l’idée de venir te débusquer ici au milieu des fleurs des foins mais ce n’est pas tout à fait une illusion

Qui en effet viendrait te chercher ici où l’on ne peut soupçonner ta présence depuis le talus mais où tu peux en revanche entendre chaque mot prononcé par les promeneurs du sommet du crêt jusqu’à la route comme dans un rêve le rêve de l’homme invisible

Ah mais cela ne colle pas tu ne peux vouloir être invisible et vouloir être lu oh pourquoi pas finalement c’est comme la charpente elle est là sans être là massive et pourtant invisible elle aussi

Dire qu’il suffisait d'écrire quelques poèmes qu’il suffisait de quelques frênes finalement ce n’était pas si compliqué de devenir l’homme invisible comme tu le croyais quand tu étais petit

 

© Éditions Orage-Lagune-Express 2011. Droits réservés.

Photo : le crêt, derrière chez moi.