Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2014

Carnet / Week-end en vrac

Samedi, j’ai goûté pour la première fois de la viande de bison (en pierrade) à l’auberge de la Combe aux bisons au-dessus de La Pesse dans le Haut-Jura.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbre,

La Combe aux bisons près de La Pesse (Haut-Jura)

Accueil charmant, jolie salle, cuisine simple et bien préparée. Pour les non carnivores, de savoureuses fondues aux fromages au menu. Après le repas, j’ai allumé un Partagas Corona Senior (eh oui, senior...) sur la grande et agréable terrasse en caillebotis donnant sur la lisière de la forêt d’épicéa. À ne pas manquer pour qui passe dans le coin (belles promenades aux alentours).

Pendant que j’attendais sur un parking au volant de l’auto, vitres ouvertes, le vent a déposé une petite feuille d’érable plane sur mes genoux.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbre,

Je l’ai gardée et collée sur la première page de mon nouveau carnet, comme cela, sans raison particulière. C’est ce que je fais sans raisons particulières qui me fait le plus plaisir. Le reste, l’utilitaire, c’est de l’épicerie.

Pour tenter de comprendre un problème, on peut  essayer de le mettre en relation avec quelque chose qui n’a apparemment rien à voir avec lui. Il peut ainsi arriver qu’on tire un fil et que le nœud se dénoue.

Cette année 2014, la nature à laquelle je suis habituellement sensible ne m’a pas parlé. Elle m’est restée muette. Il en va parfois de même pour la poésie.

Week-end fini en écoutant cette nuit la troisième symphonie en ut majeur opus 32 de Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov, compositeur qui m’a toujours accompagné depuis mon plus jeune âge. Et puis j’ai une passion pour la musique russe


carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbreLe même soir, un autre Partagas Corona Senior et un alcool sec qui contient peut-être de la prune (et sans doute d’autres choses)  Mieux qu’un somnifère en tous cas !

17 avril 2014

Carnet / En attendant « l’eléctrico »

eléctrico,lisbonne,portugal,tramway,attente,espoir,mélancolie,saudade,jura,montagne,bois,forêt,campagne,printemps,colline,coucou,oiseau,voyage,poésie,littérature,rückert,eichendorff,romantisme allemand,romantisme,musique,mahler

Ces derniers jours j’entends le coucou derrière chez moi. Chaque année son appel provient du même secteur de la forêt mais bien malin qui saurait le débusquer dans  l’immensité parme et vert tendre des sanguins et des jeunes pousses. 

La brève vague de ces pastels printaniers sur les prairies et les bois charrie les mêmes sentiments de renouveau et de mélancolie. 

Le printemps montagnard ne connaît pas l’insouciance du printemps maritime, il est comme quelqu’un de pressé qui ne veut pas qu’on l’aime trop longtemps ou comme quelqu’un qui aime tout le monde mais personne en particulier, il signale une fête quelque part sans forcément vous y convier. On entend souvent l’écho assourdi de cette fête lointaine et inaccessible dans la musique de Mahler et dans les poèmes de Rückert et d’Eichendorff. Ce n’est pas du tout la bonne période pour moi de lire cette poésie et d’écouter cette musique qui correspondent pourtant bien au style un peu romantique allemand de la nature où est plantée ma maison.

Mélancolie pour mélancolie, je préfère encore la saudade, moins oppressante, avec laquelle mon caractère est beaucoup plus en accord. Je suis à l’arrêt, lesté de la vieille valise de l'enfance, j’attends d’enjamber mes montagnes trop sévères pour monter dans l’inusable et lent eléctrico des collines de Lisbonne où, là-bas, les beaux jours prennent leur temps.

 

Photo : dans l'eléctrico à Lisbonne (photo © Ch. Cottet-Emard)

09 janvier 2014

Carnet : de l’instant réel qui devient un rêve

Cette nuit il fait si doux que je n’ai même pas allumé le feu dans la cheminée. Janvier trompeur qui donne une brève illusion d’avant printemps mais l’hiver rôde dans la montagne avec sa saleté de neige en réserve. Et puis, au fond des vallons qui environnent la maison, comme une soufflerie en fond sonore et qui monte parfois brutalement en puissance pour secouer les volets.

carnet,haut-jura,lisbonne,tramway,journal,note,neige,montagne,souvenir,saudade,portugal,voyage,climat océanique,havane,cigare,por larrañaga,volute,promenade,littérature,poésie,musique,fête,bonheur,joie,rêve,blog littéraire de christian cottet-emard,éditions orage-lagune-express,droits réservés

De plus en plus souvent, malgré la situation idéale de ma maison dans la campagne du Haut-Jura, je rêve du climat océanique qui me convient si bien et qui m’apaise. Que donnerais-je pour un verre en terrasse en compagnie de mélomanes, de lecteurs et de lectrices de littérature, de poésie.

Étrange de savoir qu’après deux petites heures d’avion, je pourrais être en ce moment à Lisbonne et revivre cette promenade d’octobre dernier, un soir humide et doux après le restaurant, n’ayant d’autre souci que de fumer un Por Larrañaga en photographiant un tramway.

Mais ce moment était unique, aussi fugace que les volutes de mon havane s’invitant dans le cadre de la photo. Un instant réel qui devient un rêve, c’est un comble... Oui je sais, cela s’appelle un souvenir. Ne me secouez pas, je suis plein de souvenirs.

Photo : Lisbonne, octobre 2013. Photo Christian Cottet-Emard.

© Orage-Lagune-Express 2014