Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2020

Carnet / Avancer masqué

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Protecteur ou dissimulateur, le masque est la figure de la peur ou tout au moins de l’inquiétude, qu’il soit objet ou expression voire absence d’expression (on parle du masque du dépressif au visage figé dans sa souffrance).

Depuis le début de la crise sanitaire consécutive à la pandémie, masque est l’un des mots les plus employés chaque jour y compris dans l’humour amer et justifié de ceux qui ne savent plus si l’on manque de masques ou si l’on masque les manques ainsi qu’on peut le lire sur les réseaux sociaux.

Alors qu’il devrait nous rassurer parce qu’il est en capacité d’opposer une résistance à une menace, le masque contribue dans le même temps à nous plonger dans l’effroi parce qu’il souligne la gravité de cette menace d’autant plus grande qu’elle ne peut en premier lieu être combattue que par un geste d’urgence appelé aujourd’hui geste barrière. Bien que cela soit nécessaire, ériger des barrières signifie tout de même être assiégé ou pire acculé c’est-à-dire réduit à une certaine passivité bien évidemment angoissante qu’on tentera de masquer, ce qui fait d’autant plus du masque l’instrument du secret.

Qu’il soit gardé ou révélé, le secret inquiète comme tout ce qui aspire à l’opacité, à la dissimulation. Tout ce qui est masqué peut-être perçu comme hostile car tendant à la prise de distance, au retrait, à la volonté d’exclure ou de s’exclure comme on le constate, entre parenthèses, avec l’actuelle problématique religieuse des femmes voilées dans l’espace public occidental. Pour ceux qui en préconisent ou en imposent l’usage, ce voile est bien le masque contre ce qu’ils considèrent comme impur, mauvais, en un mot comme une maladie dont il faut se protéger avec l’obsession d’avancer masqué. Fin de la parenthèse.    

Point n’est besoin de porter un masque en tissu pour avancer masqué dans de nombreux aspects de la vie sociale, professionnelle et parfois même sentimentale. Lorsque nous nous masquons pour nous grimer (à notre avantage croyons-nous), il s’agit encore de garder un secret qui est parfois un secret de Polichinelle, l’un des masques de la commedia dell'arte. Ce masque immatériel peut alors vite devenir un masque de carnaval. D’ailleurs, la vie sociale relève hélas assez souvent d’un bal masqué où il arrive parfois que quand les masques tombent, il n’y a personne derrière.

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Pour conclure ce petit essai qui, comme tout texte de ce genre, n’a pas vocation à épuiser le sujet, je ne résiste pas au plaisir d’évoquer la figure du héros masqué, en particulier celle de mon préféré, Zorro.

Lui aussi a beaucoup à dissimuler à des adversaires et à des ennemis certes peu perspicaces et encore moins physionomistes car le masque de Zorro ne recouvre que ses yeux. Pourtant, même les belles femmes qui tombent amoureuses de lui se montrent incapables de reconnaître son double qu’elles fréquentent cependant d’assez près, l’aimable mais peu héroïque Don Diego de la Vega.

Tout le tragique de la vie sentimentale de Zorro tient au fait qu’il ne peut tomber le masque sous peine de prendre de terribles risques, non seulement pour sa sécurité mais encore pour sa capacité de séduction. Entre le regard et le masque, qu’est-ce qui séduit le plus ? Encore une affaire de secret !

En portant son masque, Zorro préserve sa vie secrète de héros mais il se protège aussi du regard de l’élue de son cœur, un regard dont la flamme pourrait bien faiblir ou pire encore s’éteindre s’il finissait par sombrer dans les yeux d’un homme démasqué, autant dire d’un homme ordinaire.

À part un baiser furtif, rien n’est possible entre Zorro et sa belle et quand bien même on les verrait enfin réunis dans un quotidien conjugal, imaginez la scène : Zorro rentre chez lui après son boulot de héros. Sa bien-aimée lui demande :

« Alors, chéri, ta journée s’est bien passée ? »

Réponse de Zorro : « Pas terrible, aujourd’hui je n’ai secouru qu’une veuve et un orphelin... »

Madame : « Ah bon... »

Zorro : « Ben oui. Alors pour me distraire, j’ai sorti mon épée devant le sergent Garcia et je lui ai tracé un Z sur la bedaine. »

Madame : « Ah bravo, c’est malin. »

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,

 

29 mars 2020

Carnet / Après

après,crise sanitaire,virus,pandémie,politique,syndicats,gouvernement,carnet,note,journal,interrogations,inquiétude,anxiété,stress,maladie,acquis sociaux,société,droit du travail,droits aux congés,durée hebdomadaire du travail,poids des mots,blog littéraire de christian cottet-emard« Après » est la préposition qui nous trotte dans la tête. À quoi ressemblera « l’après » , autrement dit ce qui suivra l’apogée de la crise sanitaire et des mesures de confinement inédites prises en conséquence ? On entend déjà dire qu’il faudra désormais vivre avec le virus qui sera peut-être saisonnier. Beaucoup affirment que rien ne sera plus comme avant. Quelles hypothèses ?

1 Tout repart à peu près comme avant et on se dope à l’oubli jusqu’à la prochaine catastrophe ?

2 On maintient un système de société qui est loin d’être le pire tout en s’efforçant d’en combattre et, rêvons un peu, d’en éliminer les dérives et les excès les moins tolérables ?

3 On fait le grand ménage, on change tout et puis on verra bien ?

La solution médiane (n°2) serait à mes yeux la moins pire mais en sera-t-elle pour autant probable ? Bien malin (surtout pas moi qui ne détiens aucune expertise) qui pourrait le dire aujourd’hui. Probablement, nécessité fera loi mais quelle loi ?

L’histoire nous a montré qu’après chaque traumatisme affectant la société entière, s’installent dans l’esprit du commun des mortels des périodes de doute et de morosité plus ou moins longues au cours desquelles les populations choquées, apeurées, inquiètes et méfiantes rasent les murs. Cela survient même si ces périodes sont suivies de rebonds artificiels mais capables de redonner l’illusion de la puissance, de l'insouciance et de la permanence.

Nés après la seconde guerre mondiale, nous faisons partie des premières générations relativement insouciantes à connaître l’expérience d’un danger planétaire à notre porte dont la conséquence la plus immédiate sera, à l’échelle de la société, un état d’anxiété diffuse qui affaiblira nos défenses (je parle ici de la sphère collective).

Cela signifie que dans nos vies privées individuelles, nous serons plus vulnérables que de coutume aux différentes pressions (oppressions) que des dirigeants capables de miser sur une rupture des équilibres sociaux fondés sur les habituels et indispensables rapports de force seraient tentés d’exercer au nom d’une unité nationale bien commode à invoquer dans ce contexte. On le voit déjà dans les mesures annoncées comme provisoires, espérons-le, dans le domaine des droits aux congés et de la durée hebdomadaire du travail. Tous les acquis sociaux âprement disputés et gagnés sont d’une fragilité qui n’en épargne aucun d’entre eux dans aucun domaine de la vie quotidienne.

C’est pourquoi j’ai du mal à critiquer les dirigeants syndicaux qui parlent de grève en pleine crise. Cela laisse certes à désirer sur le plan de la communication mais après tout, un syndicat qui veut et doit être puissant n’est pas là pour faire de la com, il est là pour montrer les dents et pour rappeler qu’il n’est pas question d’abandonner le concept qui maintient la pierre angulaire de toute relation entre individus et entre groupes : le rapport de force le plus équilibré possible quelque soit le contexte. La rupture de cet équilibre certes peu utopique mais rationnel, c’est l’ouverture garantie de la boîte de Pandore. Trop de syndicats réformistes l’ont entrouverte depuis des décennies et on a vu le résultat dans des périodes plutôt calmes si l’on compare avec ces derniers temps.

Aujourd’hui, si j’étais contraint de quitter mon aimable état de fantôme social, ce qu’à Dieu ne plaise, je prendrais ma carte auprès du syndicat le plus dur en prévision des risques qui vont peser sur les acquis sociaux car il y a fort à parier qu’en face, ils oseront tout. Je souhaite ardemment me tromper.

La méfiance voire la défiance sont de règle face aux postures guerrières dont ce pouvoir si faiblement élu, c’est-à-dire si mal élu, nous abreuve. Je suis incapable de faire confiance à un gouvernement pour lequel les mots n’ont pas de sens.

Un président qui se donne des allures martiales en martelant que nous sommes en guerre est un chef qui ne connaît pas le poids des mots ou qui a une idée derrière la tête. C’est inquiétant dans les deux cas alors qu’il devrait s’en tenir aux faits bien assez graves : nous ne sommes pas en guerre, nous sommes confrontés à un événement naturel dangereux et d'ampleur planétaire, ce qui est déjà bien suffisant. Employer improprement le mot guerre ajoute du stress à l’anxiété, une surenchère dont personne n’a besoin en ce moment.

 

 

21 janvier 2014

La mobilité professionnelle géographique : un marché de dupes

 

32994c8e37c39606.jpg

Remise en ligne de mon article paru en 2009. Rien de nouveau sur ce sujet en 2014 si ce n'est à la tête de la présidence de la République et à la direction du Medef...

La propagande en faveur de la mobilité des travailleurs à l’intérieur de l’Union Européenne ne semble plus connaître de frein. Ces dernières semaines, je suis tombé en zappant d’une chaîne de télévision à une autre sur une batterie de programme vantant tous les horizons mirifiques et les lendemains qui chantent désormais promis aux plus mobiles d’entre nous. Malheur aux autres, les enracinés, voués quant à eux à la mort lente en bas de leurs clochers tout rabougris, crispés au fond de leurs  terroirs, étranglés par leurs racines.

La chaîne Arte, cette utopie qui prend chaque jour du plomb dans l’aile comme se plombe chaque jour un peu plus l’utopie de l’Europe, s’aligne sur les rangs des plus ardents défenseurs de la mobilité avec force documentaires nous montrant des travailleurs de préférence jeunes et propres sur eux si heureux de « pouvoir apprendre une autre langue et voir du pays ». L’apprentissage des langues (pour ceux qui en ont le goût et les dispositions) n’a pas attendu, que je sache, la construction européenne. Quant au plaisir de voir du pays, n’est-ce pas de tous temps ce mirage qui a plus que de raison précipité l’engagement fatal de jeunes gens dans les armées et dans les guerres ? Mon beau-père a fait le tour du monde grâce à la marine mais il n’a pas vu grand-chose car les hublots sont rares dans la salle des machines des bateaux de guerre. Et puis pour voir du pays, il y a toujours le tourisme, à condition bien sûr, de gagner sa vie et d’avoir un peu d’aisance.

C’est que la mobilité n’est pas plus une affaire de voyage linguistique que de tourisme mais simplement une question de gagne-pain. Quant à ceux qui la recommandent aux jeunes impécunieux avec enthousiasme, il s’agit souvent de décideurs bien installés qui retrouvent chaque soir leurs confortables pénates et chaque week-end leurs racines campagnardes au cœur d’une belle maison de maître douillettement nichée dans leur région natale. Car sachons-le, la mobilité est surtout un cadeau pour les pauvres. Les riches préfèrent tout de même rester chez eux et y travailler tant qu’à faire. On les comprend.

La mobilité, je l’ai déjà décrite telle que je la voyais dans l’avenir dans un petit texte ironique que j’ai pondu à la veille de la victoire du « non » au référendum sur la constitution européenne.
De cette mobilité et de bien d’autres choses, les gens ont peur et ils ont bien raison. Nous connaissons tous dans notre entourage, dans notre voisinage, des personnes qui se sont exilées pour venir travailler en France et qui pourront nous dire comme il est agréable d’être obligé d’apprendre une autre langue et d’être contraint de voir du pays quant on a tout simplement envie de vivre et de travailler au pays natal. Mon garagiste portugais est un professionnel très compétent et très apprécié. Il parle très bien le français et a vu pas mal de pays mais lorsque nous parlons du Portugal, il a la larme à l’œil : « en venant en France, j’ai tout perdu » dit-il. Non pas qu’il n’aime pas la France. Simplement, il est déraciné.

Ce problème des racines est complexe. Dans le milieux des années 80, l’écrivain Jean-Louis Jacquier-Roux m’avait proposé d’établir un dialogue épistolaire sur le thème « identité / racines ». Mais ce projet ne vit pas le jour car je n’avais pas le recul et la maturité nécessaires. Sans doute étais-je trop empêtré dans mes racines ! En outre, dans les années 80, la mobilité c’était tout au plus changer de ville ou de région, alors qu’aujourd’hui, plus de vingt ans plus tard, ce sont les antipodes qui ouvrent leurs horizons radieux aux modernes nomades.

Soulignons au passage à quel point ce mot  « nomade » au mieux exotique, au pire péjoratif, s’est anobli de nos jours, notamment dans le langage de la publicité qui n’est autre que la voix des entrepreneurs. Et quel est le rêve des entrepreneurs ? Faire de nous des nomades mais pas n’importe quels nomades, pas de ces « gens du voyage » qui campent de terrains vagues campagnards en zones périurbaines et parmi lesquels nous voyons volontiers se profiler des ombres de chapardeurs et de magouilleurs à la petite semaine. Surtout pas. Ce que veulent les entrepreneurs, ce sont des nomades branchés, bien joignables sur leurs portables, carrossés d’une voiture neuve par an au volant de laquelle ils déjeunent d’une baguette de faux pain et d’une salade en barquette sur un parking d’hypermarché. Les voici les bons nomades, les nomades de la modernité, ceux qui, par leur mode de vie flexible, font tourner à plein rendement la machine à produire et à dépenser. La machine à rendre la planète inhabitable aussi.

La mobilité professionnelle géographique est aujourd’hui un pilier de la modernité. Ceux qui, comme moi, sont nés au milieu du vingtième siècle sont bien placés pour mesurer à quel point cette mobilité, perçue d’abord comme une excentricité avant 1968 puis comme une émancipation à partir de cette date a fini par devenir aujourd’hui une injonction. Ne pas être mobile, c’est ne pas être moderne et ce n’est pas bien du tout ! Nous voilà bien loin de l’époque où le voyageur était au mieux considéré comme une sorte de dandy privilégié, au pire comme un instable suspect, où la stabilité dans un lieu et dans un emploi rassurait voisins et employeur. L’aspiration à la mobilité qui pouvait faire de vous un vagabond ou un hippie au moment de mai 68 vous pose aujourd’hui comme un parangon de réussite professionnelle et sociale. Ceci est révélateur du stupéfiant retournement par lequel les modernes représentants du nouvel ordre établi réussissent à recycler les rêves et les utopies d’une génération qui étouffait dans une société corsetée en de nouvelles normes oppressives. Quand la présidente du Medef, Laurence Parisot, déclare la bouche en cœur qu’ « il faut réenchanter le monde », quand les « créatifs » de la publicité galvaudent la pop ou le rock de leur jeunesse dans les spots et les clips commandés par les multinationales, quand le gentil chanteur Antoine ressort la chemise à fleurs comme étendard de la lunetterie, il n’y a décidément plus que le président de la République pour persister à vouloir « liquider l’héritage de mai 68 » !

Mais que ces manœuvres somme toute burlesques de récupération ne nous fassent pas oublier dans quel monde nous précipite l’injonction toujours plus pressante de mobilité professionnelle géographique dont la première conséquence est l’affaiblissement voire la destruction de la famille. Or, la famille étant tout à la fois pour l’individu le lieu d’ouverture vers la société et le lieu de repli et même de résistance lorsque cette société se fait menaçante, on conçoit bien quel profit un pouvoir peut tirer de cellules familiales éclatées dont les membres, par ailleurs de moins en moins nombreux, éparpillés aux quatre coins du monde, finissent en individus isolés beaucoup plus précaires et donc beaucoup plus dociles. Ces travailleurs mobiles forcément jeunes et en bonne santé, toujours à portée de seringue du dernier vaccin dont on cause, seront un jour, comme tout le monde, rattrapés par l’âge et les ennuis de santé. Nombre d’entre eux auront si bien préféré leur carrière à leur vie privée qu’ils se retrouveront célibataires ou séparés et éloignés de leurs enfants qui auront suivi le même chemin. Dès lors, qui se souciera d’eux ? Et quand ils mourront, où seront-ils enterrés ? Par qui ?

© Éditions Orage-Lagune-Express 2009.

 

Commentaires 2009 :

J'applaudis des deux mains Christian. On cherche effectivement à nous persuader que l'exil est la solution à tous les maux (surtout professionnels). La réalité vous la décrivez fort bien et j'ajoute que c'est un marché de dupes où on veut nous culpabiliser de ne pas TOUT faire pour travailler à n'importe quel prix. Civilisations de fainéants donc, qui rechignent à passer dix heures d'affilées sur des machines ou dans des bureaux, sans pause repas, dimanche compris et à l'autre bout du monde, seuls comme des chiens galeux, pour finir par crever prématurément vieillis, seuls et plus pauvres encore qu'au début de leurs vies, quand ils avaient le soutien d'une famille et/ou d'amis. Ce discours moralisateur de nantis gras et pédants me révulse à un point que je ne saurais dire. J'en croise tous les jours, de cette espèce pleine de morgue, si prompte à demander aux autres de sacrifier leurs existences sur l'autel de leur profit.

Écrit par : Frédérique M | 26 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison, chère Frédérique, d'évoquer les amis. La mobilité ne détruit pas que les familles, elle détruit aussi ce « lien social » dont on n'arrête pas de nous rebattre les oreilles. Les amitiés demandent du temps et de la stabilité pour naître et s'épanouir. Mais là encore, il est clair que la dictature économique n'a rien à gagner avec la solidarité, notamment entre collègues en difficulté. Quand je travaillais dans un quotidien de la presse régionale, un petit chef qui faisait office de nettoyeur qualifiait de « morts » ceux qui perdaient leur emploi. Aujourd'hui, cela n'a rien de surprenant, le sens propre a supplanté le figuré.

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 26 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi (et Frederique) sur le fond surtout en ce qui concerne la propagande... et encore une fois j'admire la qualité littéraire de ton texte (je ne peux pas m'empêcher de le dire même si ça devient redondant). Mais il faut faire très attention de ne pas tomber dans un aspect réactionnaire du tout au terroir... Moi qui ai changé trois fois de lieux (Lyon - Paris - Oyonnax) et quatre fois radicalement de boulot (comptable - libraire - galeriste - artiste) je me réjouis tous les jours de ne pas vivre dans une société corporatiste et suspicieuse du voyageur...
Dernièrement à un rendez-vous de travail dans un contexte institutionnel, une personne qui me connaissait déclare (peut-être pas malicieusement, mais tout de même) : "Alors vous venez avec quelle casquette aujourd'hui ?" Alors que cela fait 3 ans que j'ai changé de métier... Il y a aussi des inconvénients à avoir une histoire et un passé et à être resté dans le même coin trop longtemps...
Et, j'ajouterais que lorqu'un coin d'herbe sert de personnalité il y a danger !!! Je connais énormément de cons qui sont nés quelque part et dont la seule personnalité consiste à être d'accord avec les voisins...

Écrit par : jacki marechal | 27 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

On est bien d'accord, Jacki, sur le peu de mérite à se contenter d'être né quelque part et sur l'ineptie de l'esprit de clocher. Quant au terroir et à sa littérature, ça sent souvent le moisi. Mais à l'opposé, l'utopie du village global est tout aussi dangereuse car elle ne tient pas compte des limites humaines, de la manière qu'ont les sociétés de se construire dans un temps et dans un espace à hauteur d'homme.

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 29 octobre 2009