Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2018

Un article de Jacki Maréchal à propos de mes Poèmes du bois de chauffage

jacki maréchal artiste plasticien,texte,littérature,poésie,récits,poèmes narratifs,oyonnax,ain,rhône-alpes,haut bugey,christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage et autres récits de l'homme invisible,éditions germes de barbarie,périgord,le fleix,dordogne,aquitaine,blog littéraire de christian cottet-emard,critique,note de lecture,article,librairie,médiathèquePOEMES DU BOIS DE CHAUFFAGE Christian Cottet-Emard
par Jacki Maréchal, artiste plasticien

Le lecteur qui prend les mots pour des choses plutôt que pour des signes sera bien marri à la lecture des Poèmes du bois de chauffage, il est vrai que comme le dit Christian Cottet-Emard, lorsque « le cerisier monte au ciel dans le vent il ressemble à un grand adolescent ». Enfance, adolescence, âge adulte, là n’est pas la question mais on sent bien que le compositeur de ce recueil « s’ensauvage » de tous vécus, qu’ils soient de l’infime de son quotidien ou du souvenir d’un cher disparu : « Parfois mon chat me regarde d’un air sérieux comme mon père ».
 
J’emploie ici le terme compositeur en conscience, parce que j’ai perçu ce livre comme une véritable partition de petites notes, qui sonnent en grand, comme lorsqu’on laisse la pédale du piano, en harmonie à la fois poétique et philosophique. Une composition à l'apparente simplicité où le musicien dirait en notant sa partition : « Je me comporte donc avec le temps comme quelqu’un qui a gagné à un jeu de hasard ».
 
Christian nous offre là davantage encore que ce que l’on pourrait de toute façon sentir comme un bijou au « parfum de neige » (et de bois de chauffage). Dans ce recueil, des petites pépites s’enchaînent, sans que la ponctuation d’ailleurs n’y soit jamais présente et tout cela se lit comme une source qui coule, fraîche et apaisante. J’y trouve parfois une solitude à la Fernando Pessoa, mais chez Christian Cottet-Emard elle ne fait jamais drame, rattrapée qu’elle est par sa capacité à sourire, souvent, avec malice, de lui-même et de la dérision du monde : « …le dernier des ratés peut contempler tranquille le ciel » ou alors : « Certains arbres attendent d’être vieux pour faire l’amour »
 
Vous l’aurez compris, ce recueil est à la fois bucolique et philosophique, une philosophie à l’antithèse d’elle-même puisqu’elle est indifférente à toute tentative d’explication du monde et de l’individu. Si vous montez à bord vous aurez plutôt la sensation d’un grand poème qui se lit aussi facilement qu’un haïku — il a du haïku l’apparente facilité et la profondeur non bavarde — il se déroule là, sous nos yeux, comme des herbes qui se penchent en semblant accepter le vent à la manière d'un ami caressant le dos des choses. La magie singulière des phrases, des mots, des lettres de ces poèmes du bois de chauffage vous laissera songeur, au sommet d’une montagne. Et à cet endroit qui vous paraîtra tout à fait votre place, vous vous sentirez vite voisin ou familier de Christian Cottet-Emard, mais chaque fois cette approche physique sera furtive, comme si vous écoutiez à la porte et que le vide entre les mots se fasse sentir... Comme si Christian vous murmurait sans cesse : « L’eau le long du saule est son seul chant dans le soleil ».
 
Je conseille fortement la lecture de ces Poèmes du bois de chauffage et autres récits de l’homme invisible, c’est peut-être le meilleur des livres de Christian Cottet-Emard, mais attention, choisissez un moment où votre disponibilité est réelle et éveillée, les choses les plus simples sont toujours les plus exigeantes, elles ont besoin d’espace…
 
Jacki Maréchal
 
* Toutes les citations sont tirées du recueil.
 
 

04 décembre 2018

Mes Poèmes du bois de chauffage sur Radio B

 

radio b,bourg-en-bresse,l'art c'est pas du lux,christian lux,élodie gadiollet,poèmes du bois de chauffage,christian cottet-emard,éditions germes de barbarie,blog littéraire de christian cottet-emard,et autres récits de l'homme invisible,la vie au bord,paysage  évasion,la lune du matin,postface de preben mhorn,édition,publication,livre,recueil,littérature,poésie,récits,poèmes narratifs,ain,bresse,rhône-alpes-auvergne,france,europe,radio bourg-en-bresse

Merci à Christian Lux qui a consacré une heure d'antenne à mes Poèmes du bois de chauffage et autres récits de l'homme invisible sur Radio B dans son émission L'Art c'est pas du Lux. Remerciements aussi à Théophile qui était aux manettes et à la directrice de la station Élodie Gadiollet. Voilà qui m'a rappelé de bons souvenirs de l'époque où je faisais également de la radio.

Ici, podcast de l'émission.

radio b,bourg-en-bresse,l'art c'est pas du lux,christian lux,élodie gadiollet,poèmes du bois de chauffage,christian cottet-emard,éditions germes de barbarie,blog littéraire de christian cottet-emard,et autres récits de l'homme invisible,la vie au bord,paysage  évasion,la lune du matin,postface de preben mhorn,édition,publication,livre,recueil,littérature,poésie,récits,poèmes narratifs,ain,bresse,rhône-alpes-auvergne,france,europe,radio bourg-en-bresse

Photos : dans le studio de Radio B avec Christian Lux (à gauche) 

 

 

27 novembre 2018

Écriture et musique

christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,et autres récits de l'homme invisible,éditions germes de barbarie,poésie,récits,blog littéraire de christian cottet-emard,sir william walton,aaron copland,toru takemitsu,sir michael tippett,benjamin britten,dimitri chostakovitchDans les périodes de composition de mon recueil Poèmes du bois de chauffage et d'écriture de ces textes auxquels on ne peut à mon avis attribuer ni le label de la prose ni celui de la poésie et que je désigne par facilité comme des récits, j'ai tout particulièrement écouté les œuvres musicales suivantes :

 

Sir William Walton (1902-1983) Symphonie concertante (version 1927). Peter Donohoe (piano) et Paul Daniel à la direction de l'English Northern Philharmonia. Naxos.

 

Aaron Copland (1900-1990) Concerto pour clarinette et orchestre à cordes. Stanley Drucker (clarinette) et Leonard Bernstein à la direction du New York Philharmonic. Deutsche Grammophon.

Symphonie n°3. Leonard Bernstein à la direction du New York Philharmonic. Sony Classical.

Organ symphony (version 1924) Leonard Bernstein à la direction du New York Philharmonic et E. Power Biggs à l'orgue. Sony Classical.

Version réécrite sans orgue en 1928 sous le titre de Symphonie n°1. Marin Alsop à la direction du Bournemouth Symphony Orchestra. Naxos.

Short Symphony (n°2). Marin Alsop à la direction du Bournemouth Symphony Orchestra. Naxos.

 

Toru Takemitsu (1930-1996) Rain Tree (Arbre de pluie) pour trois percussionnistes.

And Then I Knew 'Twas Wind (Et puis je savais que c'était du vent) pour flûte, alto et harpe. Toronto New Music Ensemble. Naxos.

 

Sir Michael Tippett (1905-1998) Divertimento on Sellinger's Round. Christopher Hogwood à la direction du Kammerorchesterbasel. Arte Nova Classics.

 

Benjamin Britten (1913-1976) Sinfonietta. Christopher Hogwood à la direction du Kammerorchesterbasel. Arte Nova Classics.

 

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) Symphonie n°5. Witold Rowicki à la direction de l'Orchestre Philharmonique de Varsovie.Deutsche Grammophon.

Concerto pour piano et orchestre à cordes n°1 Martha Argerich (piano), Guy Touvron (trompette) Jörg Faerber à la direction du Würtembergisches Kammerorchester Heilbronn. Deutsche Grammophon.