Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 octobre 2014

Carnet / De Tchaïkovski, d’un relent de vestiaire, de la haine froide et du déterminisme

tchaïkovski,symphonies,musique,carnet,note,journal,prairie journal,écriture de soi,autobiographie,collège,école,enfance,adolescence,blog littéraire de christian cottet-emard,chef d'orchestre,classique,karajan,berliner philharmoniker,éducation physique,eps,sport,gymnastique,ballon,handball,haine,haine froide,violence,réacteur nucléaire,cage,fauve,guerre,affrontement,déterminisme,destin,fatum,marginalité,marge,christian cottet-emardEncore la pluie. La musique à mon secours. Retour automnal à Tchaïkovski, un compositeur que je n’ai jamais vraiment quitté depuis mon adolescence, mon enfance puis-je dire, car je m’enchantais déjà tout gamin de Casse-noisette. Ces jours, ce sont les symphonies 4, 5, et 6 par Karajan. Je n’aime ni la personnalité ni l’itinéraire de Karajan, encore moins son autoritarisme mégalomaniaque et sa vulgarité de star mais il faut bien avouer que cet enregistrement EMI classics de 1972 décoiffe. J’oublie donc mon aversion pour ce genre d’individu et me concentre sur la musique, celle des musiciens du Berliner Philharmoniker car ce sont eux plus que leur chef qui font vivre l’œuvre.

De la haine froide

L’autre jour (une parenthèse sans pluie), je marchais dans la rue lorsque les chocs mats d’un ballon qui tape par terre et les cris et vociférations qui vont avec m’ont replongé dans un lointain passé. Je me trouvais tout simplement devant une annexe du collège où j’ai passé quatre des plus mauvaises années de ma vie. Ces bruits de ce qu’on appelle aujourd’hui les séances d’EPS, j’ai réalisé que je les entendais parce qu’un bâtiment situé devant la cour miteuse où avaient lieu les matchs de handball a été démoli, libérant ainsi le son et l’image sur ces cours d’éducation sportive dont je ne comprends pas pourquoi ils sont obligatoires. Les cours de musique sont-ils obligatoires ? Les cours d’arts plastiques sont-ils obligatoires ? Non. Alors pourquoi le sport (qui devrait être en option) l’est-il ? 

J’ai déjà parlé de la violence de l’affrontement sans merci que j’ai connu pendant deux ans avec un prof de gym dégénéré devant lequel les plus durs de mes « camarades » de collège pliaient piteusement et face auquel, sans me vanter, je n’ai jamais cédé d’un millième de pouce, quitte à me préparer à me défendre physiquement, ce qui a failli se produire plusieurs fois. 

Ma haine jamais éteinte pour cet adjudant pervers ne faisait d’ailleurs que me nourrir et me renforcer. Une véritable réaction en chaîne au cœur d’un réacteur nucléaire ! La haine, c’est justement comme un réacteur nucléaire, cela doit être confiné et refroidi. J’étais déjà conscient à cette époque qu’il me fallait veiller à ne pas me laisser emporter par elle comme un fétu de paille. Si vous laissez s’enflammer votre haine, elle vous allumera comme une torche et vous consumera vous-même de l’intérieur au lieu de brûler vos ennemis. Il faut avoir la haine froide. Elle doit être tapie comme un fauve endormi mais quand même prêt à bondir au bon moment, lorsque l’occasion se présente, si elle se présente. Cette haine me tournait dans le ventre tel ce fameux fauve dans une cage et je n’ouvrais la cage qu’au bon moment, à chaque cours d’EPS en l’exprimant sourdement, froidement, par le sabotage systématique de toute activité et par ma force d’inertie qui allumaient des accès de rage à la fois effrayants et comiques chez cet individu. 

Comme dans toutes les guerres ouvertes, il n’y eut pas de gagnants mais ces années d’affrontement sans relâche me firent prendre la mesure de la perversité et de la dangerosité des soi-disant « valeurs du sport » , tout au moins du sport obligatoire. J’ai d’ailleurs une pensée pour quelques-unes de mes camarades (je n’utilise pas de guillemets cette fois-ci), notamment pour deux ou trois petites nanas déjà bien mignonnes mais un peu enrobées qui vivaient un calvaire en EPS parce qu’elles n’avaient pas l’heur d’avoir un de ces corps élastiques et sveltes capables d’adoucir la trivialité du geste sportif en un semblant de chorégraphie. J’étais peiné pour ces gamines mal à l’aise dans leur féminité naissante provisoirement assortie de quelques négligeables kilos en trop les contraignant à des mouvements patauds qui déclenchaient immanquablement la sotte et cruelle moquerie des mieux loties, plus précoces, et surtout des garçons. Comme toujours, où il aurait fallu un peu de tact et de solidarité, ne s’exprimaient que « l’esprit » de compétition et de  concurrence, autrement dit le désespérant archaïsme du sport, son fétichisme de l’humiliation et de la domination, sa négation de la diversité humaine, son apologie constante de la violence et du rapport de force comme seules mesures et justifications de la relation humaine et sociale.

tchaïkovski,symphonies,musique,carnet,note,journal,prairie journal,écriture de soi,autobiographie,collège,école,enfance,adolescence,blog littéraire de christian cottet-emard,chef d'orchestre,classique,karajan,berliner philharmoniker,éducation physique,eps,sport,gymnastique,ballon,handball,haine,haine froide,violence,réacteur nucléaire,cage,fauve,guerre,affrontement,déterminisme,destin,fatum,marginalité,marge,christian cottet-emardLe déterminisme à l’œuvre

Bon, j’ai encore digressé en répétant cette vieille histoire sous l’effet des relents de vestiaire mais ce n’est pas de cela que je voulais parler au départ. Après tout, ces lignes ne sont destinées qu’au carnet et je peux bien radoter à mon aise si ça me chante. La première idée qui m’est venue lorsque je me trouvais face à cette cour annexe de collège désormais visible comme une brèche béante dans mon passé du fait de la démolition de l’immeuble longtemps situé devant elle est d’un autre ordre.

Les lieux où le sport se pratique sont révélateurs du fonctionnement de la société dans un de ses aspects les plus navrants : je veux parler du déterminisme.

En entendant taper le ballon l’autre jour, j’ai pensé à ce qu’étaient devenus plusieurs types de mon âge des décennies après notre passage au collège. J’en connais même certains depuis l’école maternelle et avec le recul de cet âge qu’on appelle l’âge mûr, je me rends compte que le déterminisme a joué à fond. Dans une large mesure, les enfants de patrons sont devenus entrepreneurs, les enfants d’enseignants professeurs, les enfants d’ouvriers et d’employés ouvriers, employés et chômeurs. Les parcours les plus atypiques (au bon comme au mauvais sens du terme) sont surtout le fait des enfants de catégories sociales ayant déjà connu le déclassement et se trouvant de ce fait dans cette nébuleuse de parcours irréguliers et parfois hasardeux qui forment aujourd’hui un nouveau sous-ensemble de la partie inférieure d’une classe moyenne en voie de rétrécissement. Je ne sais pas si les sociologues s’intéressent à cette catégorie de population, je n’ai en tous cas pas eu connaissance d’études à ce sujet.

Le déterminisme ne se limite pas à peser sur le plan social et économique. Il n’attend parfois même pas le passage d’une génération pour exercer sa malédiction.

Je me souviens d’un gamin avec qui j’étais en maternelle et à qui j’avais demandé pourquoi il remplissait de sable des quilles en plastique avec lesquelles nous nous amusions en récréation à mimer les combats à l’épée. « Parce que ça fait plus mal quand on tape avec » m’avait-il répondu en joignant le geste à la parole. Issu d’une famille traditionnelle sans problèmes sociaux ou économiques particuliers en cette époque où le chômage n’existait pas, ce gosse a plongé dès l’adolescence dans la délinquance puis la criminalité (trafics, violences, agressions) avant de mourir prématurément à la suite de toutes sortes d’excès. Je peux aussi témoigner d’un autre cas : un gamin sournois, manipulateur, rompu à l’art de désigner des boucs émissaires, notamment auprès des collégiens d’origine étrangère et en particulier des filles, qui milite aujourd’hui dans un parti d’extrême droite. 

Moi non plus je n’ai pas échappé au déterminisme. J’étais marginal à l’école, au collège, je le suis plus encore aujourd’hui. Un marginal de luxe, certes, mais un vrai marginal qui vit agréablement mais à l’écart de nombreux aspects de la réalité sociale. Ceci dit, je n’aurais pas l’indécence de m’en plaindre. C’est un fait, c’est tout.

Face à la nouvelle perspective urbaine ouverte sur cette cour de collège où des jeunes se refilent la baballe pour l’éternité sous le docte regard de quelque prof de gym pas forcément méchant mais champion garant de l’ordre établi de cette nouvelle religion qu’est le sport, je me suis dit que j’étais content d’avoir mon âge et je me suis vite éloigné avec Tchaïkovski dans la tête, histoire de me nettoyer la mémoire. Tchaïkovski, le compositeur du « fatum »...

—> Note : sur le sujet du déterminisme : le film d'Alain Resnais, Mon oncle d'Amérique, en collaboration avec le professeur Henri Laborit, et les livres les plus connus d'Henri Laborit (Éloge de la fuite, La Nouvelle grille). 

02 mai 2014

Du sport comme instrument de contrôle social et de préparation à la guerre

À lire ici , la totalité de l'article

Extraits :

Le sport mobilise et prépare la guerre

« Le sport, en tant que rouage de la société capitaliste fut également un des moyens privilégiés de la classe dominante pour développer le patriotisme, le nationalisme dans les rangs ouvriers et la discipline militaire. C’est ce que nous avons évoqué avec les premiers jeux Olympiques. Si en marge s’est développé un courant hygiéniste – sous l’impulsion, par exemple, du docteur Ph. Tissié (1852-1935) – soucieux de la santé de la population plus ou moins en lien avec la mode eugéniste, le sport a surtout servi à renforcer l’esprit de compétition et à préparer la guerre. En Allemagne, Ludwig Jahn allait fonder en 1811 le “Turplatz” (club de gymnastique) dans un esprit patriotique et militaire marqué. Il va réussir clandestinement à créer une véritable armée de réserve destinée à contourner la limitation des effectifs militaires imposée par l’Etat français. Dans les années 1860, l’institution scolaire va militariser la gymnastique et inculquer “l’ordre et la discipline” (zucht und ordnung).

En France, il en allait de même avec une culture militariste chauvine. L’Union des sociétés de gymnastique de France était créé en 1873. Et, ce n’est pas un hasard, se développait en même temps le tir comme discipline complémentaire (fondation en 1886 de l’Union des sociétés de tir en France). Le 26 juin 1871, Gambetta déclarait déjà ceci : “il faut mettre partout, à côté de l’instituteur, le gymnaste et le militaire” pour faire “œuvre de patriotes”. »

Une citation de Jules Ferry qui s'adresse à de très jeunes sportifs :

" Sous l’apparence d’une chose bien amusante vous remplissez un rôle profondément sérieux. Vous travaillez à la force militaire de demain”.

Cette “force militaire de demain”, avec l’ensemble des sportifs formés, c’est celle qui va servir de chair à canon dans la grande boucherie de 1914. Ce qui permet au directeur de “l’Auto”, Henri Desgranges, de déclarer le 5 août 1914 avec légèreté et cynisme : “Tous nos petits troupiers qui sont en ce moment à la frontière pour défendre le sol de la patrie ne vivent-ils pas, à nouveau, des impressions déjà vécues, lorsqu’ils étaient aux prises avec l’adversaire dans les compétitions internationales ?” »

Du sport comme instrument de contrôle social

« Pour le patronat à l’esprit paternaliste, récupérer l’activité physique ouvrière pour la détourner à son profit devenait rapidement un souci majeur, notamment dans la grande industrie. Le baron Pierre de Coubertin lui même était affolé par l’idée d’un “sport socialiste”. Dès lors, pour renforcer la soumission à l’ordre établi, le sport devenait un des outils majeurs à disposition. C’est ainsi que les patrons allaient créer des clubs dans lesquels les ouvriers étaient conviés de s’impliquer. Les clubs des mines en Angleterre, par exemple, permettaient de stimuler l’esprit de concurrence entre ouvriers, d’empêcher les discussions politiques et contribuaient à briser les grèves dans l’œuf. »

18 décembre 2013

Morale de la peur

(Du concept militaire de dissuasion appliqué aux rapports sociaux et au monde du travail)

blog littéraire de christian cottet-emard,travail,peine,job,boulot,turbin,syndicat,rapport de force,équilibre de la terreur,dissuasion,concept militaire de dissuasion,dissuasion nucléaire,front,guerre,affrontement,conflit,suicide,souffrance,violence,victime,oppression,harcèlement,souffrance au travail,michel cornaton,pourquoi nous travaillons,collection le croquant,harmattant, éditions l'harmattant,équilibre de la terreur,je te tiens tu me tiens par la barbichetteIl est évident que le nouveau champ de bataille est désormais le monde du travail. Pendant les années de prospérité, on avait affaire à une guerre de position (lutte des classes) et à des affrontements de masse (syndicats contre patrons). C’était le bon temps, l’époque bénie où un syndicat puissant pouvait « casser une boîte » du jour au lendemain, les années fastes où régnait l’équilibre de la terreur dans le rapport de force social, exactement comme dans la dissuasion nucléaire, seule garantie d’éviter la guerre ouverte en partant du principe que le premier qui tire est le second à mourir. C’est triste mais ça fonctionne.

Ce qui fonctionne encore aujourd’hui dans le domaine militaire (pour les grandes puissances occidentales tout au moins) ne marche hélas plus sur le nouveau théâtre d’opérations qu’est le monde du travail.

Solitude du travailleur au casse-pipe

L’individu s’y retrouve seul sous le feu, avec de moins en moins de soutiens collectifs institutionnels et de moins en moins de solidarité individuelle car les syndicats sont hélas devenus des partenaires des dirigeants au lieu de rester des adversaires, aussi bien dans le privé que dans le public, et les collègues des concurrents qui n’ont plus qu’une idée en regardant tomber les autres, celle de ne pas tomber eux-mêmes. En gros, ce sont les assauts meurtriers et absurdes de la guerre de 14 transposés du champ de bataille au lieu de travail où l’on n’est plus que le flingueur et le flingué de quelqu’un, pour le plus grand profit de la classe dominante et les petits et précaires profits de ses kapos. J’appelle Kapos les petits grades de l’armée silencieuse et dévastatrices de ceux qui gèrent ce qu’on appelle sans complexe « la ressource humaine » comme on désigne les ressources minière, pétrolière, ressources destinées, ne l’oublions pas, à être consumées. Dans son deuxième sens, le verbe consumer signifie brûler, mais dans son sens premier il signifie « épuiser complètement les forces, abattre, user » .

Chair à canon, chair à profit

Être épuisé, abattu, usé, brûlé, c’est ce qui arrive aux soldats sur les champs de batailles mais c’est ce qui arrive aussi aujourd’hui aux salariés dans les entreprises et de plus en plus souvent dans le service public également. Sur les champs de bataille, il arrive que des soldats se suicident. Dans le monde du travail aussi. La notion de souffrance au travail est désormais reconnue, qu’on l’éprouve soi-même ou qu’on en soit témoin. L'un des résultats extrêmes de cette souffrance est le « burnout » (syndrome d'épuisement professionnel). Le terme renvoie bien sûr au fait d'être épuisé, abattu, littéralement « brûlé » . Le lieu de travail est devenu un lieu de souffrance et d’affrontement violent comme le champ de bataille. Je me rappelle d’un de mes petits supérieurs hiérarchiques qui appelaient les gens qui perdaient leur emploi dans la mêlée des « morts » . Et de fait, celles et ceux qui chutent deviennent effectivement, d’un point de vue social, des « morts » .

Management par la peur

Sur les deux fronts, hier militaire, aujourd’hui professionnel, règne désormais en maîtresse absolue la peur, peur de perdre la vie physique, biologique à la guerre, peur de perdre la vie économique, sociale, au travail. Moi qui ne travaille plus depuis longtemps au sens strictement social et économique du terme, je vois la peur à l’œuvre partout où je vais effectuer mes démarches quotidiennes de consommateur de biens et de services. Des mairies qui deviennent des « maisons de l’angoisse » , des services publics où le personnel souffre en silence, coincé entre le management par la terreur de la petite hiérarchie et l’agressivité des usagers qui viennent se défouler sur les fonctionnaires de ce qu’ils vivent eux-mêmes chez leurs employeurs privés.

Comment trouver un espoir de sortir de cette spirale, de cet enfer dont les portes hélas toujours entrouvertes dans les périodes à peu près fastes ont carrément cédé lors du funeste virage économico-social des années 80 du vingtième siècle ?

Pour l’instant, les réponses ne sont hélas que dans les livres et si je suis en cette situation bénéfique de retrait de la société qui me permet d’observer ce qui se passe sous mes yeux sans être aveuglé parce que trop impliqué, je ne suis pas plus malin que les autres pour proposer des solutions. Je lis peu d’ouvrages théoriques et d’essais sur les sujets de société car la société m’intéresse aussi peu que je ne l’intéresse et parce qu’à mon âge (54 ans), je préfère me concentrer sur ce qui a toujours primé pour moi, la poésie et la fiction romanesque.

Pourquoi nous travaillons

L’année dernière, j’ai lu très attentivement le livre Pourquoi nous travaillons (Collection Le Croquant, l’Harmattant éditeur) de mon ami Michel Cornaton, fondateur de la revue Le Croquant à laquelle j’ai collaboré à peu près un quart de siècle. Je m’étais promis d’écrire un compte-rendu de cet ouvrage brillant et surtout passionnant mais je me suis vite aperçu que j’en étais incapable. La raison de ce blocage est simple, je suis probablement en état de névrose de stress post-traumatique après ce que j’ai vécu dans ma vie professionnelle, dans les quelques métiers que j’ai exercés, le pire s’étant produit lorsque je travaillais dans la presse quotidienne régionale.blog littéraire de christian cottet-emard,travail,peine,job,boulot,turbin,syndicat,rapport de force,équilibre de la terreur,dissuasion,concept militaire de dissuasion,dissuasion nucléaire,front,guerre,affrontement,conflit,suicide,souffrance,violence,victime,oppression,harcèlement,souffrance au travail,michel cornaton,pourquoi nous travaillons,collection le croquant,harmattant,éditions l'harmattant,je te tiens tu me tiens par la barbichette

Mon expérience désastreuse du monde du travail dès l’instant où j’y suis entré ne me permet pas de parler sereinement de ce livre dont on trouvera le résumé ici. J’en recommande la lecture tout en n’adhérant pas au très relatif optimisme réformiste de Michel Cornaton, notamment lorsqu’il écrit : « Dans l’immédiat, il nous faut revoir nos idées sur l’entreprise ; l’époque où elle faisait figure d’ennemie de classe est révolue, celle où elle était une zone de non droit aussi. »

Tout, dans mon vécu professionnel passé et dans le vécu présent de toutes les personnes que je connais de près ou de loin, à quelque niveau de compétence que ce soit, me prouve le contraire. À mon très humble avis qui n’est ni celui d’un intellectuel, ni celui d’un universitaire ni celui d’un détenteur d’une expertise particulière en ce domaine mais celui de quelqu’un qui a connu comme presque tout le monde la désespérante expérience du travail contraint, je pense que seul un retour à un rapport de force équilibré sinon équitable entre travailleur et employeurs (publics ou privés) peut ramener une situation acceptable dans un monde du travail où l’on sait très bien que l’enjeu n’est pas de s’aimer mais tout simplement de ne pas se détruire.

Autrement dit, le concept militaire de dissuasion appliqué au champ économique et social qui peut garantir une forme de paix, une paix triste, mais la paix quand même. Ce que j’appelais « une Morale de la peur » , titre que j’avais choisi quand j’avais une vingtaine d’année pour un essai que je m’étais mis en tête de perdre du temps à écrire sur ce sujet du travail mais dont j’ai eu la sagesse d’abandonner le vain projet au vu de ce qui se passe aujourd’hui sous mon regard las.