Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2019

Un vieux texte

En feuilletant mon premier recueil publié en 1979, je me suis arrêté sur ce vieux texte écrit voici tout juste quarante ans !

demi-songes,plaquette,recueil,paragraphes littéraires de paris,premier recueil,petit déjeuner,1979,année de mes vingt ans,année 1979,bol,café,cafetière italienne,batterie de cuisine,matin,nuits blanches,espoirs,reflets,noctambules,édition,publication,livre,poèmes,poésie,poème en prose,première publication,débuts en écriture,débuts littéraires

Après le petit déjeuner, il vaut toujours mieux rincer abondamment le bol dans lequel tous les espoirs du matin miroitent, surtout si l’on est coutumier des nuits blanches.

Ces reflets mordorés qui clapotent dans le café au lait sont en effet tenaces et leur accumulation laisse tout au long du jour, si l’on n’y prend garde, un souvenir amer et vague, une nostalgie poignante à la longue impossible à récurer.

L’imprudent qui oublie volontairement ou pas de s’astreindre à cette détestable mais utile petite besogne se voit vite envahi par toute une batterie de cuisine de rêveries qu’il demeure alors vain de vouloir laver puisque le dépôt quotidien d’illusion vespérale et d’espérance matinale a fini par former une sorte de ciment plus dur et plus scintillant que le diamant le plus pur.

Tout nettoyage tardif reste donc dérisoire et il faut alors accepter l’idée de vivre dans une somptueuse mélancolie, comme le font de nombreux noctambules et de nombreux poètes.

 

19 juillet 2017

Carnet-photo / Demi-songes de l'insomnie

photo,carnet-photo,voyage,demi-songes,insomnie,envies,promenades,porto,lisbonne,venise,portugal,italie,blog littéraire de christian cottet-emard,métro aérien,wauxhall,tramway,vaporetto

Envie de prendre le tram

photo,carnet-photo,voyage,demi-songes,insomnie,envies,promenades,porto,lisbonne,venise,portugal,italie,blog littéraire de christian cottet-emard,métro aérien,wauxhall,tramway,vaporetto

Envie de m'asseoir sur ce banc

photo,carnet-photo,voyage,demi-songes,insomnie,envies,promenades,porto,lisbonne,venise,portugal,italie,blog littéraire de christian cottet-emard,métro aérien,wauxhall,tramway,vaporetto

Envie de conduire une vieille Vauxhall

photo,carnet-photo,voyage,demi-songes,insomnie,envies,promenades,porto,lisbonne,venise,portugal,italie,blog littéraire de christian cottet-emard,métro aérien,wauxhall,tramway,vaporetto

Envie de monter dans le métro aérien

photo,carnet-photo,voyage,demi-songes,insomnie,envies,promenades,porto,lisbonne,venise,portugal,italie,blog littéraire de christian cottet-emard,métro aérien,wauxhall,tramway,vaporetto

Envie de naviguer dans le vaporetto

Photos © Christian Cottet-Emard (Lisbonne, Porto, Venise)

 Envie de etc, etc...

24 avril 2016

Carnet / Demi-songes hypnagogiques

De tous les poètes que je lis et que j’admire, c’est Fernando Pessoa avec qui j’aurais aimé prendre un verre de vin à un comptoir de Lisbonne.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,prairie journal,éditions orage lagune express,droits réservés,fernando pessoa,luis de camões,lusiades,vin,lisbonne,portugal,littérature portugaise,christian cottet-emard,laïka,étoile filante,recherche spatiale,spoutnik 2,roman,demi-songes,phase hypnagogique

Dans la vie, nous devons nous fixer des objectifs à notre portée. C’est pourquoi j’ai tendance à ne m’en fixer aucun.

Pour me distraire des miasmes de l’actualité locale, je ne vois pas d’autres solutions que de lire les Lusiades de Luis Vaz de Camões.

La vie n’ayant aucun sens, peu importe d’échouer ou de réussir.

Pourquoi l’individu devrait-il s’engager dans une collectivité qui n’aspire qu’à le faire dégager ?

Faire le point est d’autant plus bénéfique que cela n’engage pas à aller à la ligne.

Quand je vois une étoile filante, je pense à Laïka, la petite chienne de l’espace, et je n’ai même plus envie de faire un vœu.

Parfois, je me sens aussi peu réel que les personnages du roman auquel je travaille. Plutôt que d’écrire la suite, je suis alors tenté de la lire dans le roman d’un autre.

 

© Éditions Orage-Lagune-Express 2016