Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2015

Carnet / D’une étrange manie

Retour d’une semaine à Barcelone. Mon poids au début du séjour, 81 kg, mon poids au retour, 80 kg malgré les kilomètres de marche dans cette ville gigantesque et les repas de poissons grillés.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,barcelone,espagne,catalogne,christian cottet-emard,porto,lisbonne,portugal,carnet de voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,coquillage,poisson grillé,chocolat,avion,risque,poids,repas,

J’ai même réussi à avaler quelques coquillages, moi qui n’en mange jamais. Pour un tel résultat, pas la peine de s’obstiner avec ces machins à la consistance caoutchouteuse qui font crouips crouips quand ont les croque.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,barcelone,espagne,catalogne,christian cottet-emard,porto,lisbonne,portugal,carnet de voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,coquillage,poisson grillé,chocolat,avion,risque,poids,repas,

En plus, je n’ai pas grignoté un seul carré de chocolat de tout le séjour. Et toujours cette sensation bizarre des trajets en avion qui permettent de remonter la Rambla le matin et de flâner dans la campagne jurassienne l’après-midi. Voyager est une étrange manie.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,barcelone,espagne,catalogne,christian cottet-emard,porto,lisbonne,portugal,carnet de voyage,blog littéraire de christian cottet-emard,coquillage,poisson grillé,chocolat,avion,risque,poids,repas,Certes, heureux d’avoir arpenté cette ville fiévreuse et déraisonnable où l’on est accueilli partout avec sourires et gentillesse, mais mon tempérament me porte à préférer l’ambiance portugaise, à Porto où j’étais en juin dernier et surtout à Lisbonne où j’ai séjourné deux fois en 2013 et 2014 et où je retournerai le plus vite possible malgré ma peur de l’avion.

À la fin du vol pour Barcelone, une forte odeur de brûlé s’est répandue dans l’appareil. À l’avant, le personnel de bord regardait quelque chose à travers un hublot. Un homme de l’équipage est sorti de la cabine de pilotage pour jeter un coup d’œil dans la même direction et le visage d’un membre du personnel exprimait une réelle inquiétude. À l’atterrissage, plusieurs camions de pompier, des autos avec gyrophares et une ambulance se sont positionnés à côté de l’avion. Impossible de savoir ce qui s’est passé. 

J’en conclus qu’il est inutile de se priver de plats en sauce et de chocolat.

06 août 2015

Carnet de voyage / Sardaigne : Enola Gay

carnet,note,journal,autobiographie,prairie journal,carnet de voyage,sardaigne,italie,alghero,jeans,boutique,vêtements,blog littéraire de christian cottet-emard,enola gay,b29,avion,forteresse volante,6 août 1945,hiroshima,bombe atomique,arme nucléaire,dissuasion,équilibre de la terreur,armement,atome,énergie nucléaireLors de mon second séjour en Sardaigne, dans la lumineuse ville d'Alghero, je tombai en arrêt, au cours d'une flânerie dans le centre historique, devant la vitrine d'un magasin de vêtements spécialisé dans les jeans à la mode. Si la marchandise était celle que l'on peut désormais aussi bien trouver dans un bourg du Jura que dans une ville au milieu de la Méditerranée, l'enseigne du commerce me laissa un moment incrédule : Enola Gay.

Dans quel esprit suffisamment inconscient avait pu naître l'idée de donner à une boutique de mode le nom du bombardier B-29 qui largua la bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945 ? Au cas où le client n'aurait pas fait le rapport, des images de l'avion accompagnaient les sinistres lettres inscrites en gros caractères sur la vitre. Enola Gay est aussi le nom de la mère du colonel Paul Tibbets qui « baptisa » ainsi son B-29 en une délicate attention, d'un goût aussi sûr que celui dont fit preuve le marchand de jeans.

Il faisait beau dans les rues d'Alghero ce jour-là, comme le 6 août 1945, et je dois dire que cette enseigne stupide suffit à assombrir un moment (dérisoire) mes pensées. Je ne pus que m'éloigner en souhaitant une faillite rapide à ce commerce et j'aime à songer aujourd'hui que mon voeu fut exaucé car durant mon dernier séjour à Alghero, je pus constater la disparition d'Enola Gay au profit d'une autre échoppe au nom plus engageant.

(Extrait de mon recueil de carnets de voyages en Italie)

23 juin 2015

Carnet de Porto / Amour de perdition

carnet de voyage,carnet de porto,portugal,porto,camilo castelo branco,amour de perdition,littérature,écrivain portugais,blog littéraire de christian cottet-emard,évolution des mœurs

Au hasard d’une promenade et d’une visite d’exposition dans l’ancienne  prison où fut incarcéré l’écrivain Camilo Castelo Branco (1826-1890) en raison de ses amours avec une femme mariée, je tombe en sortant sur la statue de l’auteur du fameux roman Amour de perdition.

La sculpture le représente en pleine effusion à deux pas de sa prison, ce qui me met en joie pour le reste de la journée et lorsque j’y repense aujourd’hui, une fois rentré en France où nous avons intérêt à ne pas oublier qu'à une époque pas si lointaine, on pouvait se retrouver emprisonné pour peu de chose sous la pression religieuse. L'évolution des mœurs en Occident est un acquis précieux mais récent, plus fragile qu'il n'y paraît ainsi que nous pouvons hélas le constater de nos jours. Nous ne nous sommes pas libérés des diktats d'une religion pour accepter ceux d'une autre.

Pour en revenir à cette statue dont je ne connais ni le sculpteur ni l’année, elle montre en tous cas que depuis le XIXème siècle, de l’eau a coulé sous les ponts du Douro !