Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 septembre 2014

Dans la lune !

(Extraits de différentes nouvelles de mon prochain recueil dont je viens de déposer le manuscrit)

Mhorn posa une semelle sur le marchepied puis l’autre sur le bitume du quai. Le sol s’éclaira subitement. C’était le ciel qu’un grand coup de vent venait d’éclaircir comme par enchantement, révélant un bleu violent pour  cette saison encore timide et, plus étrange, une lune blanche et pleine, comme affolée dans cet éblouissement brutal.

lune,nuit,extrait,nouvelles,fiction,mariage,idylle,enseigne de vaisseau mhorn,preben mhorn,droits réservés,copyright 2014blog littéraire de christian cottet-emard,nuitamment,dans la lune,photo de lune,ciel nocturne,édition

Photo : ciel nocturne avant minuit hier samedi chez moi

 ***

La douceur de la nuit révélait les effluves de roses tardives. Il arriva au seuil d’une serre de jardin opalescente sous le clair de lune. Il entra et flâna parmi les plantes. Un pas se fit entendre sur le gravier.

 ***

Cette route forestière moirée sous le clair de lune, ce paysage qui lui évoquait Verlaine, Laforgue, ces grands arbres qui berçaient encore sous leurs ramures les féeries de son enfance, tout n’était plus qu’un décor à l’abandon, un cahier interrompu aux premières pages.

 ***

Il se coucha sur le dos, ressentit un profond soulagement et crut entendre, prononcé par une voix familière : « On voit la lune en plein jour ! » mais ce n’était qu’un rêve de plus.

 ***

Lorsque nous descendîmes le boulevard ombragé, seulement animé par quelques cafés restés ouverts mais dont les clients étaient presque tous scotchés devant les écrans, la pleine lune roula dans les feuillages des tilleuls et des marronniers.

 

29 mars 2014

Carnet / D’une ravissante et sauvage petite velue

Ne vous réjouissez pas, obsédés de tous poils (puisqu’il sera ici question de poils) passez tout de même votre chemin car ce titre n’est choisi que pour émoustiller quelques robots sur la toile.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

La ravissante petite velue n’est qu’une fleur sauvage de chez moi, l’anémone pulsatille, aussi nommée, paraît-il, coquerelle, fleur des dames, fleur du vent et fleur de Pâques. Elle s’épanouit au printemps dans les prés sur calcaire et couvre des versants entiers des petits monts qui ondulent derrière ma maison.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

Si vous passez la voir, inutile d’en faire un bouquet car le séjour dans un vase lui ôte très rapidement ses couleurs. De plus, le temps de l’amener chez vous, elle vous fera payer d’une sensation désagréable de mains endolories l’erreur de l’avoir coupée de son sol natal.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

Pulsatilla vulgaris est comme certains humains, elle ne peut vivre ailleurs que là où elle est née, même si son chez elle n’est qu’un versant d’herbe et de roche tourmenté par les vents, brossé aux gelées tardives et noirci aux écobuages.

Parfois, aux premières journées sèches, celles des écobuages, quand les flammes ont à peine léché les maigres pâturages et les genévriers en laissant sur leur passage une fine cendre noire, les cocons encore enfouis qui ont eu la sagesse d’attendre la fin du coup de feu émergent en une nuit de ces ténèbres en poudre pour, les crépuscules suivants, se la jouer étoiles inversées du seul fait de leurs petits cœurs jaunes. Puis, quand viennent la nuit et le gel, la pulsatille toute neuve sait qu’elle a juste à refermer sa fourrure pour dormir tranquille au chaud jusqu’à l’aube. Elle n’a eu besoin de personne pour lui expliquer. C’est magique, ce n’est pas comme nous.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

L’anémone pulsatille me fait penser aux oreilles de ma chatte Linette. Elles ont toutes les deux cette fourrure élégante, à la fois très commune et très aristocratique. C’est une fleur animale, un chaton végétal quand elle dort, une fée en robe violette lorsqu’elle est en lumière, en représentation.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

Pendant quelques semaines, s’il ne neige pas, elle va encore jouer dans les herbes à la princesse, à la minette, à l’étoile et à l’œuf de Pâques. Ensuite, après la neige du coucou, elle fera croire qu’elle est partie mais en réalité, elle sera encore là grâce à une manière originale de vieillir.

fleur,printemps,anémone pulsatille,pulsatilla vulgaris,jura,france,blog littéraire de christian cottet-emard,écobuage,prés,calcaire,roche,genévriers,botanique,christian cottet-emard,nature,environnement,fleurs protégées,bio-diversité,étoile,ciel,pluie,nuit,flamme,feu,lune,soleil,bric-à-brac de marie,photo

Elle va se lancer en une longue tige coiffée d’un plumeau en direction du ciel pour prendre encore tout le vent, toute la lune, toute la pluie et tout le soleil qu’elle pourra. Après, elle se roulera dans les foins ou sous les feuilles mortes, jusqu’à ce que ça reparte, un beau jour évidemment.

Photos : anémones pulsatilles sauvages photographiées hier après-midi dans les monts au-dessus de chez moi par Marie.

17 mars 2014

Carnet / Du lever de lune, des arbustes à papillons et d’un reflet rouge

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareDimanche soir chez moi, quand j’ai vu la lune se lever à travers mes haies de frênes, j’avais l’appareil à portée de main. La photo sans réglages est le plaisir des appareils numériques. Techniquement, cela ne vaut rien mais le principal, c’est l’émotion. Qu’ai-je à faire de la technique ?

Lundi matin, j’étais obligé de descendre en ville (à une dizaine de kilomètres de mon village) pour laisser ma voiture au contrôle technique. Plutôt que d’attendre une heure à côté de l’atelier qui n’est pas loin de mon ancien quartier de résidence lorsque j’habitais cette bourgade, j’ai marché le long d’une rue parallèle à la voie ferrée, un quartier qui s’effiloche en vieilles bâtisses et en parcelles de terrain plus ou moins en friche. Une des parcelles minuscules est recouverte d’arbustes à papillons aux branchages si denses qu’ils forment des voûtes sous lesquelles le vent accroche des sachets en plastique et toutes sortes de déchets d’emballages. carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigare

C’est dans des cartons assemblés en une tanière qu’on ne peut même pas appeler une cabane (ni une tanière puisque même une véritable tanière est plus confortable) qu’un homme est mort de froid il y a au moins une dizaine d’année.

Juste avant de rester là quelques instants, interdit, face à ce non lieu où une vie humaine s’est terminée dans une absolue désolation, je venais de passer devant les panneaux d’affichage des listes pour les élections municipales. Tous ces gens nous parlent d’emploi, d’aménagement, d’équipement, d’économie, de finance, de développement, de tourisme, de « vivre ensemble ». Tout cela est bien gentil mais j’attends la liste qui parlera du type mort de froid dans les nœuds de branchages des arbres à papillons.

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareRentré dans ma campagne inondée de lumière, j’ai sorti la table de jardin et déjeuné dehors. Sandwiches, un verre de vin et un cigare. Le soleil reflétait le rouge du vin sur la table de métal blanc. J’ai fait une photo sans trop savoir pourquoi. Une photo qui n’a aucun sens bien sûr, comme presque tout le reste.