Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 décembre 2017

Les rêves vont vite

blog littéraire de christian cottet-emard,éditions orage lagune express,nuages,rêves,branches,gens,poésie,journal poétique,terre,christian cottet-emard,photo,ciel,nature,viry,jura,estime-toi heureuxComme les nuages les rêves vont vite

 

Quand ils s’accrochent aux branches (les nuages) ils descendent dans la terre

 

Quand ils s’accrochent aux gens (les rêves) ils descendent descendent si profond qu’on ne les voit plus

 

Comme les nuages accrochés aux branches

 

© Éditions Orage-Lagune-Express

Photo Christian Cottet-Emard

 

 

23 avril 2015

Carnet / De la Fritillaire pintade, de la danse, des destinataires de l’œuvre écrite, des courbatures du corps et des courbatures de l’âme.

fleur,printemps,avril,fritillaire pintade,fritillaires,nature,danse,mylène fonitcheff,festival chromatica,musique,concert,roseaux,jonquilles,renoncules,littérature,écrivain,auteur,édition,jardin,terre,bêche,effort,réussite,gain,argent,blog littéraire de christian cottet-emard,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,jeux de hasardCela faisait plusieurs années que je n’étais pas retourné à mon ancien rendez-vous d’avril avec la belle Fritillaire pintade. Il est vrai que la nature me parle moins depuis de nombreux mois, ce que je déplore. Mais j’ai tout de même été heureux de la retrouver, elle et ses sœurs, le temps d’une promenade, toujours à la même place dans leur petit vallon secret où les roseaux craquent sous les pas, à côté des jonquilles et des renoncules.

fleur,printemps,avril,fritillaire pintade,fritillaires,nature,danse,mylène fonitcheff,festival chromatica,musique,concert,roseaux,jonquilles,renoncules,littérature,écrivain,auteur,édition,jardin,terre,bêche,effort,réussite,gain,argent,blog littéraire de christian cottet-emard,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,jeux de hasard

Samedi dernier au premier concert Chromatica, j’ai revu la danseuse Mylène Fonitcheff qui avait participé au festival l’an dernier. Je ne connais rien à la danse mais j’avais été très impressionné par l’élégance et la puissance expressive de son langage chorégraphique. J’ai appris qu’elle allait intervenir avec le claveciniste, organiste, et (sans doute pour l’occasion pianiste) Olivier Leguay dans le cadre d’une soirée consacrée au compositeur américain Morton Feldman pas trop loin de chez moi cet été.

La première question que doit se poser aujourd’hui l’écrivain, notamment le débutant : à qui s’adresse-t-on ? Au lectorat le plus nombreux possible pour faire de l’argent ? Et si le but n’est pas commercial : à quel lectorat en particulier ? Aux proches et aux amis ? Seulement aux amis ? À une élite ? À d’anciennes conquêtes amoureuses qui, de loin, gardent peut-être un œil sur ce qu’on écrit ?

Cette question est aujourd’hui primordiale dans le nouveau contexte éditorial où tous les repères, tous les usages, toutes les habitudes de lecture et de publications et toutes les échelles de valeur ont changé en moins d’une décennie. Le modèle de la relation entre l’auteur l’éditeur et le public qui a prévalu jusqu’à la fin des années 80 du 20ème siècle est presque entièrement révolu. Ne pas tenir compte de cette évolution consiste, pour un auteur, à s’enfermer dans une attitude folklorique et périmée, comme un animal en voie de disparition qui s’empaillerait lui-même.

J’ai retourné le jardin à la bêche en plein soleil sans le moindre plaisir excepté celui de rendre service. Résultat, une méchante suée, le coup de froid qui arrive juste après et les courbatures. Je devrais au moins me réjouir du travail accompli mais chez moi, cette attitude ne fonctionne pas.

La plupart des gens que je connais m’affirment que lorsqu’ils ont beaucoup et rudement travaillé pour aboutir à un résultat, ils l’apprécient d’autant plus. Pour moi, c’est tout à fait l’inverse : plus je me bats pour obtenir quelque chose, moins je l’apprécie en cas de réussite.
La vision du jardin retourné à la force de mes bras ne m’inspire rien, aucun sentiment de gratification, seulement le souvenir de l’obsession de prendre une douche dès que je commence à transpirer en fournissant un effort.

C’est cette disposition d’esprit qui m’a fait considérer toutes les étapes de ma vie professionnelle comme une succession de corvées et surtout comme des années de vie irrémédiablement gaspillées. Quant à l’argent produit par ces activités non choisies, je le vois comme le piètre dédommagement d’un préjudice et je ne tire de satisfaction et de fierté que de mes gains aux jeux de hasard.

29 janvier 2015

Comme une ombre heureuse dans le temps des images

 

À ce que j’étais peut-être avant de prendre corps (quelque amas de poussière sans conscience en suspension dans un recoin de l’univers) il fut écrit

 

« Va sur Terre en ce corps qui t’échoit et ne le fatigue pas trop

 

Va sur Terre un moment et regarde le spectacle auquel tu es convié  mais ne monte pas sur scène tu n’es pas là pour agir

 

Tu n’es là que pour contempler car tu es assemblé de telle sorte que tu ne puisses rien faire d’autre

Rien d’autre que te promener et passer comme une ombre heureuse dans le temps des images »

 

 

© Éditions Orage-Lagune-Express, 2014