Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2017

Une maman, une source

maman,fête des mères,hommage,famille,blog littéraire de christian cottet-emard,source,jeannine,famille cottet-emard,famille joly,jura,bresse,belgique,châtillon sur chalaronne,oyonnax,ain,haut-bugey,viry juraQuelques heures après ton départ, je marchais dans les méandres d’un fleuve gelé.

Il a fallu que tu nous quittes le jour que j’avais choisi pour cette étrange promenade. Le cours de ta vie était désormais comme celui du fleuve pétrifié où je guettais une éclaircie dans les brumes.

Nous, tes enfants, ta famille, tentions d’avancer encore sur la surface de plus en plus immobile de tes jours.

Dans le brouillard dont la maladie t’enveloppait, nous étions à l’affût de l’éclaircie, ce sourire clair et mystérieux que tu parvenais encore à offrir parce qu’il venait du fond de ton âme de femme, d’épouse, de mère et de grand-mère.

Jusqu’aux derniers jours, tu donnas à l’improviste ce sourire à celles et ceux qui furent à ton chevet, nous et les professionnels soucieux de veiller au confort qui pouvait te rester.

Ce sourire du temps compté venait de très loin et de très profond.

Sans doute savais-tu au fond de toi que le bonheur a besoin d’être encouragé, surtout le nôtre, qui comptait plus pour toi que le tien. Tu nous en donnas si souvent la preuve...

Tu n’aimais pas avec des mots mais avec des actes, notamment ceux qui jalonnent le quotidien des jours et des êtres, les bons repas, les petites attentions, les paroles réconfortantes, le soutien moral et matériel et cette multitude de petits riens qui sont tout, qui font tenir une famille et des vies humaines debout.

Nous, tes enfants, tes proches, n’oublierons pas le murmure et la lumière de cette petite source que fut ta vie sur notre chemin.

Texte écrit en hommage à ma mère, Jeannine, lu à la cérémonie religieuse en l'église Saint-Léger d'Oyonnax lors de ses obsèques.

 

01 mars 2016

Carnet / De l’individu et de la collectivité

carnet,note,journal,autobiographie,prairie journal,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,henry james,carnets d'henry james,folio classique,loi travail,el khomri,macron,mobilité géographique professionnelle,famille,précarité,travail,isolement,hospitalisation,mai 68,verdun,anatole france,société,individu,collectivité

Un décalage de plus avec mon époque : je suis friand de littérature autobiographique. La vie et les états d’âme d’une personne m’intéressent beaucoup plus que son travail et son éventuel engagement dans la société. Même si l’autobiographie comporte de la complaisance, des accommodements avec la réalité, j’estime que la manière dont quelqu’un raconte sa vie renseigne sur sa personnalité unique et son regard particulier sur le monde. Comment cette personne considère-t-elle son environnement ? Quelle attitude adopte-t-elle dans la vie ? Comment s’organise-t-elle dans le chaos de l’existence, comment arrive-t-elle à trouver de l’agrément, de l’intérêt à la vie ? Comment se débrouille-t-elle dans l’organisation de la vie matérielle ? Quelles relations parvient-elle à nouer ? Quels sont ses rêves, ses espoirs, ses renoncements ? Comment tout cela peut-il être comparé à ma propre vie et quel enseignement puis-je en tirer ? Comment quelqu’un devient-il lui-même ?

Cette dernière question revêt pour moi une importance cruciale car c’est à mon avis le sens premier de notre passage terrestre s’il y en a un, non pas ce que nous pouvons faire mais ce que nous pouvons être : probablement des ombres furtives mais certaines d’entre elles pouvant être plus contrastées que d’autres.

Animé par ces préoccupations récurrentes, je me suis procuré les Carnets d’Henry James dont Folio classique vient de sortir une édition. J’ai choisi de commencer ma lecture de ce fort volume par les carnets II et VII qui relèvent plus de l’autobiographie que les autres dans lesquels Henry James ouvre plutôt une fenêtre sur son « atelier d’écrivain » .

Ravage de la mobilité géographique professionnelle contrainte : de plus en plus d’individus et de couples se retrouvent isolés dans la région où ils ont trouvé un emploi le plus souvent précaire, ce qui les obligera à bouger de nouveau sans avoir eu le temps de créer des liens amicaux durables. Résultat : des personnes en difficulté au moindre mauvais coup du sort, notamment un ennui de santé. Pas de famille proche pour apporter de l’aide, une aide souvent élémentaire qui consiste simplement à apporter soutien moral, matériel et réconfort à l’occasion d’une hospitalisation. Si la famille est à des centaines de kilomètres, détruite ou inexistante, c’est l’angoisse de la solitude malgré le travail des assistants sociaux.

Cette réflexion me vient après un rapide échange ces derniers jours avec une personne dans ce cas. Je suis particulièrement sensible à cette problématique de la mobilité géographique professionnelle non choisie et de l’absence de famille parce que j’ai moi-même la double chance de choisir de rester chez moi et d’avoir une famille unie et aidante. La famille, lorsqu’elle fonctionne normalement, est le dernier rempart, l’ultime refuge lorsque la société devient hostile. Je peux même personnellement témoigner que la famille peut être un vrai contre-pouvoir même si les soixante-huitards la considéraient comme le lieu central de l’oppression et de l’ordre établi.

Or, on constate aujourd’hui que cette détestation de la famille caractéristique de la pensée contestataire de 1968 trouve un prolongement et un écho inattendus dans l’esprit des forces les plus réactionnaires de la société, notamment le patronat qui a tout intérêt à disposer d’un réservoir de plus en plus grand d’individus isolés et coupés de leur racines, bien plus vulnérables et corvéables que des personnes bien ancrées dans un environnement social et humain solidaire et structuré.

Finalement, le célèbre « famille je vous hais » des révolutionnaires d’antan peut aujourd’hui être repris en choeur avec profit par les représentants les plus conservateurs du nouvel ordre établi qui avance, comble de l’ironie, sous les masques de la modernité et de la réforme (suivez mon regard du côté d’El Khomri, Macron et consorts).

Jusqu’à une époque encore toute récente, la famille était le ciment de la société alors qu’aujourd’hui, la société semble de plus en plus trouver son intérêt à la détruire. Cette aberration nous prouve qu’en certaines circonstances, non contente de ne plus protéger ses membres, la société peut tout à fait les mettre en danger.

L’illustration la plus radicale d’un tel phénomène a été fournie par la première guerre mondiale durant laquelle le premier ennemi des soldats n’était pas les soldats du camp adverse mais leur propre pays, ainsi qu’on a pu le constater lors des épisodes les plus absurdes et terrifiants de ce conflit qui a fait dire au brave Anatole France : « on croit mourir pour la patrie et on meurt pour les industriels » . En ces temps où l’on commémore Verdun, gardons bien à l’esprit cette clairvoyance.

 

 

21 janvier 2014

La mobilité professionnelle géographique : un marché de dupes

 

32994c8e37c39606.jpg

Remise en ligne de mon article paru en 2009. Rien de nouveau sur ce sujet en 2014 si ce n'est à la tête de la présidence de la République et à la direction du Medef...

La propagande en faveur de la mobilité des travailleurs à l’intérieur de l’Union Européenne ne semble plus connaître de frein. Ces dernières semaines, je suis tombé en zappant d’une chaîne de télévision à une autre sur une batterie de programme vantant tous les horizons mirifiques et les lendemains qui chantent désormais promis aux plus mobiles d’entre nous. Malheur aux autres, les enracinés, voués quant à eux à la mort lente en bas de leurs clochers tout rabougris, crispés au fond de leurs  terroirs, étranglés par leurs racines.

La chaîne Arte, cette utopie qui prend chaque jour du plomb dans l’aile comme se plombe chaque jour un peu plus l’utopie de l’Europe, s’aligne sur les rangs des plus ardents défenseurs de la mobilité avec force documentaires nous montrant des travailleurs de préférence jeunes et propres sur eux si heureux de « pouvoir apprendre une autre langue et voir du pays ». L’apprentissage des langues (pour ceux qui en ont le goût et les dispositions) n’a pas attendu, que je sache, la construction européenne. Quant au plaisir de voir du pays, n’est-ce pas de tous temps ce mirage qui a plus que de raison précipité l’engagement fatal de jeunes gens dans les armées et dans les guerres ? Mon beau-père a fait le tour du monde grâce à la marine mais il n’a pas vu grand-chose car les hublots sont rares dans la salle des machines des bateaux de guerre. Et puis pour voir du pays, il y a toujours le tourisme, à condition bien sûr, de gagner sa vie et d’avoir un peu d’aisance.

C’est que la mobilité n’est pas plus une affaire de voyage linguistique que de tourisme mais simplement une question de gagne-pain. Quant à ceux qui la recommandent aux jeunes impécunieux avec enthousiasme, il s’agit souvent de décideurs bien installés qui retrouvent chaque soir leurs confortables pénates et chaque week-end leurs racines campagnardes au cœur d’une belle maison de maître douillettement nichée dans leur région natale. Car sachons-le, la mobilité est surtout un cadeau pour les pauvres. Les riches préfèrent tout de même rester chez eux et y travailler tant qu’à faire. On les comprend.

La mobilité, je l’ai déjà décrite telle que je la voyais dans l’avenir dans un petit texte ironique que j’ai pondu à la veille de la victoire du « non » au référendum sur la constitution européenne.
De cette mobilité et de bien d’autres choses, les gens ont peur et ils ont bien raison. Nous connaissons tous dans notre entourage, dans notre voisinage, des personnes qui se sont exilées pour venir travailler en France et qui pourront nous dire comme il est agréable d’être obligé d’apprendre une autre langue et d’être contraint de voir du pays quant on a tout simplement envie de vivre et de travailler au pays natal. Mon garagiste portugais est un professionnel très compétent et très apprécié. Il parle très bien le français et a vu pas mal de pays mais lorsque nous parlons du Portugal, il a la larme à l’œil : « en venant en France, j’ai tout perdu » dit-il. Non pas qu’il n’aime pas la France. Simplement, il est déraciné.

Ce problème des racines est complexe. Dans le milieux des années 80, l’écrivain Jean-Louis Jacquier-Roux m’avait proposé d’établir un dialogue épistolaire sur le thème « identité / racines ». Mais ce projet ne vit pas le jour car je n’avais pas le recul et la maturité nécessaires. Sans doute étais-je trop empêtré dans mes racines ! En outre, dans les années 80, la mobilité c’était tout au plus changer de ville ou de région, alors qu’aujourd’hui, plus de vingt ans plus tard, ce sont les antipodes qui ouvrent leurs horizons radieux aux modernes nomades.

Soulignons au passage à quel point ce mot  « nomade » au mieux exotique, au pire péjoratif, s’est anobli de nos jours, notamment dans le langage de la publicité qui n’est autre que la voix des entrepreneurs. Et quel est le rêve des entrepreneurs ? Faire de nous des nomades mais pas n’importe quels nomades, pas de ces « gens du voyage » qui campent de terrains vagues campagnards en zones périurbaines et parmi lesquels nous voyons volontiers se profiler des ombres de chapardeurs et de magouilleurs à la petite semaine. Surtout pas. Ce que veulent les entrepreneurs, ce sont des nomades branchés, bien joignables sur leurs portables, carrossés d’une voiture neuve par an au volant de laquelle ils déjeunent d’une baguette de faux pain et d’une salade en barquette sur un parking d’hypermarché. Les voici les bons nomades, les nomades de la modernité, ceux qui, par leur mode de vie flexible, font tourner à plein rendement la machine à produire et à dépenser. La machine à rendre la planète inhabitable aussi.

La mobilité professionnelle géographique est aujourd’hui un pilier de la modernité. Ceux qui, comme moi, sont nés au milieu du vingtième siècle sont bien placés pour mesurer à quel point cette mobilité, perçue d’abord comme une excentricité avant 1968 puis comme une émancipation à partir de cette date a fini par devenir aujourd’hui une injonction. Ne pas être mobile, c’est ne pas être moderne et ce n’est pas bien du tout ! Nous voilà bien loin de l’époque où le voyageur était au mieux considéré comme une sorte de dandy privilégié, au pire comme un instable suspect, où la stabilité dans un lieu et dans un emploi rassurait voisins et employeur. L’aspiration à la mobilité qui pouvait faire de vous un vagabond ou un hippie au moment de mai 68 vous pose aujourd’hui comme un parangon de réussite professionnelle et sociale. Ceci est révélateur du stupéfiant retournement par lequel les modernes représentants du nouvel ordre établi réussissent à recycler les rêves et les utopies d’une génération qui étouffait dans une société corsetée en de nouvelles normes oppressives. Quand la présidente du Medef, Laurence Parisot, déclare la bouche en cœur qu’ « il faut réenchanter le monde », quand les « créatifs » de la publicité galvaudent la pop ou le rock de leur jeunesse dans les spots et les clips commandés par les multinationales, quand le gentil chanteur Antoine ressort la chemise à fleurs comme étendard de la lunetterie, il n’y a décidément plus que le président de la République pour persister à vouloir « liquider l’héritage de mai 68 » !

Mais que ces manœuvres somme toute burlesques de récupération ne nous fassent pas oublier dans quel monde nous précipite l’injonction toujours plus pressante de mobilité professionnelle géographique dont la première conséquence est l’affaiblissement voire la destruction de la famille. Or, la famille étant tout à la fois pour l’individu le lieu d’ouverture vers la société et le lieu de repli et même de résistance lorsque cette société se fait menaçante, on conçoit bien quel profit un pouvoir peut tirer de cellules familiales éclatées dont les membres, par ailleurs de moins en moins nombreux, éparpillés aux quatre coins du monde, finissent en individus isolés beaucoup plus précaires et donc beaucoup plus dociles. Ces travailleurs mobiles forcément jeunes et en bonne santé, toujours à portée de seringue du dernier vaccin dont on cause, seront un jour, comme tout le monde, rattrapés par l’âge et les ennuis de santé. Nombre d’entre eux auront si bien préféré leur carrière à leur vie privée qu’ils se retrouveront célibataires ou séparés et éloignés de leurs enfants qui auront suivi le même chemin. Dès lors, qui se souciera d’eux ? Et quand ils mourront, où seront-ils enterrés ? Par qui ?

© Éditions Orage-Lagune-Express 2009.

 

Commentaires 2009 :

J'applaudis des deux mains Christian. On cherche effectivement à nous persuader que l'exil est la solution à tous les maux (surtout professionnels). La réalité vous la décrivez fort bien et j'ajoute que c'est un marché de dupes où on veut nous culpabiliser de ne pas TOUT faire pour travailler à n'importe quel prix. Civilisations de fainéants donc, qui rechignent à passer dix heures d'affilées sur des machines ou dans des bureaux, sans pause repas, dimanche compris et à l'autre bout du monde, seuls comme des chiens galeux, pour finir par crever prématurément vieillis, seuls et plus pauvres encore qu'au début de leurs vies, quand ils avaient le soutien d'une famille et/ou d'amis. Ce discours moralisateur de nantis gras et pédants me révulse à un point que je ne saurais dire. J'en croise tous les jours, de cette espèce pleine de morgue, si prompte à demander aux autres de sacrifier leurs existences sur l'autel de leur profit.

Écrit par : Frédérique M | 26 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison, chère Frédérique, d'évoquer les amis. La mobilité ne détruit pas que les familles, elle détruit aussi ce « lien social » dont on n'arrête pas de nous rebattre les oreilles. Les amitiés demandent du temps et de la stabilité pour naître et s'épanouir. Mais là encore, il est clair que la dictature économique n'a rien à gagner avec la solidarité, notamment entre collègues en difficulté. Quand je travaillais dans un quotidien de la presse régionale, un petit chef qui faisait office de nettoyeur qualifiait de « morts » ceux qui perdaient leur emploi. Aujourd'hui, cela n'a rien de surprenant, le sens propre a supplanté le figuré.

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 26 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi (et Frederique) sur le fond surtout en ce qui concerne la propagande... et encore une fois j'admire la qualité littéraire de ton texte (je ne peux pas m'empêcher de le dire même si ça devient redondant). Mais il faut faire très attention de ne pas tomber dans un aspect réactionnaire du tout au terroir... Moi qui ai changé trois fois de lieux (Lyon - Paris - Oyonnax) et quatre fois radicalement de boulot (comptable - libraire - galeriste - artiste) je me réjouis tous les jours de ne pas vivre dans une société corporatiste et suspicieuse du voyageur...
Dernièrement à un rendez-vous de travail dans un contexte institutionnel, une personne qui me connaissait déclare (peut-être pas malicieusement, mais tout de même) : "Alors vous venez avec quelle casquette aujourd'hui ?" Alors que cela fait 3 ans que j'ai changé de métier... Il y a aussi des inconvénients à avoir une histoire et un passé et à être resté dans le même coin trop longtemps...
Et, j'ajouterais que lorqu'un coin d'herbe sert de personnalité il y a danger !!! Je connais énormément de cons qui sont nés quelque part et dont la seule personnalité consiste à être d'accord avec les voisins...

Écrit par : jacki marechal | 27 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

On est bien d'accord, Jacki, sur le peu de mérite à se contenter d'être né quelque part et sur l'ineptie de l'esprit de clocher. Quant au terroir et à sa littérature, ça sent souvent le moisi. Mais à l'opposé, l'utopie du village global est tout aussi dangereuse car elle ne tient pas compte des limites humaines, de la manière qu'ont les sociétés de se construire dans un temps et dans un espace à hauteur d'homme.

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 29 octobre 2009