Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 septembre 2016

Derniers jours d'août

derniers jours d'août,été,lumière,parasol,beaux jours,saison,belle saison,espoir,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,campagne,contemplation,rêverie,christian cottet-emard,nuage,pré,maison

Rêvasser chez moi, devant la maison...

derniers jours d'août,été,lumière,parasol,beaux jours,saison,belle saison,espoir,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,campagne,contemplation,rêverie,christian cottet-emard,nuage,pré,maison

Et derrière la maison, attendre...

derniers jours d'août,été,lumière,parasol,beaux jours,saison,belle saison,espoir,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,campagne,contemplation,rêverie,christian cottet-emard,nuage,pré,maison

L'instant du nuage.

derniers jours d'août,été,lumière,parasol,beaux jours,saison,belle saison,espoir,blog littéraire de christian cottet-emard,photo,campagne,contemplation,rêverie,christian cottet-emard,nuage,pré,maison,instant

Avec le livre qu'il faut.

 

 

10 avril 2015

Carnet / De l’étendage

carnet,note,journal,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,autobiographie,christian cottet-emard,linge,drap,étendage,lessive,air,vent,lumière,bise,silhouette,nuage,étoffe,tissu,cinéma,temps,espace,ettore scola,une journée particulière,sophia loren,marcello mastroianni,espace temps,amarcord,federico fellini,poésie,l'alerte joyeuse,éditions orage-lagune-express,droits réservés,copyrightGrand soleil et petite bise depuis quelques jours, l’idéal pour les lessives qui sèchent vite en plein air.

Étendre du linge et des draps dans la lumière d’une belle journée réveille toujours en moi mes premiers souvenirs poétiques.

Enfant, je m’attardais souvent au milieu de l’étendage où j’entrais comme par effraction dans un monde de silhouettes furtives, dans une cabane aérienne. C’était comme ouvrir la porte d’un nuage parfumé où je pouvais me promener. « On t’a vu ! » disaient les adultes qui me croyaient trahi par mon ombre alors que je ne cherchais pas à jouer à cache-cache.

Aujourd’hui, à bientôt cinquante-six ans, c’est pour moi la même sensation, intacte.

L’étendage est un espace-temps miniature, un monde intermédiaire qui rend l’instant habitable. Le temps, à l’instar des étoffes, peut y être lui aussi suspendu. On le voit par exemple dans le film d’Ettore Scola, Une Journée particulière, dans une séquence où Sophia Loren et Marcello Mastroianni dialoguent au milieu du linge étendu sur le toit d’un immeuble. J’ai aussi en mémoire le début d’un de mes films fétiches de Federico Fellini, Amarcord, qui commence par des draps qui bougent dans le vent.

La lessive confiée à l’air et à la lumière a toujours fait pour moi référence à la joie, même dans les périodes de doute ou de désarroi.

C’est après avoir suspendu une lessive dehors que j’avais écrit ce texte intégré à mon recueil L’Alerte joyeuse, dans les années 90 :

Avant le linge et les draps rendus au vent utile, j’avais oublié la présence de l’air.
Est-ce possible ? Autant ne plus se souvenir de vivre ! Qu’est-ce qui peut distraire quelqu’un de la présence de l’air ?
Peut-être quelque chose ou quelqu’un d’autre qui n’existe pas mais qui règne.
Peut-être un vide qui prend toute la place, y compris celle de l’air ?
Linge et draps de ma maison, étendards de mes retrouvailles avec l’air, voiles de mes départs et de mes retours, montrez-moi qui, de mon ombre ou moi-même, sait le mieux habiter le courant des nuages.

(© Éditions Orage-Lagune-Express, 1997)

01 mai 2014

Carnet / Comme après une éclipse

Entre hier mercredi à deux heures du matin et aujourd’hui jeudi, longues séquences d’écoute des symphonies de Rimsky-Korsakov, y compris la suite symphonique « Antar » ainsi que la Grande Pâque russe et le Capriccio espagnol, deux œuvres célèbres dont je me délectais déjà dans mon enfance sur de vieux 33 tours. Je n’ai jamais cessé d’aimer la musique de Rimsky-Korsakov, en particulier son concerto pour piano d’un lyrisme flamboyant inversement proportionnel à la physionomie austère de son auteur ! Et son bref opéra, Le Coq d’or, chef-d’œuvre d’étrangeté ironique que j’ai vraiment regretté d’avoir manqué à Genève voici des années...

carnet,campagne,nuage,heures lentes,lenteur,contemplation,mélancolie,journal,note,prairie journal,merle,pie,crêt,herbe,fleurs sauvages,nuage,brouillard,flambée, cheminée,sandwiche,feu,blog littéraire de christian cottet-emard

Autant de fulgurances musicales qui m’apportent de la couleur dans la tête puisqu’il en manque tant dehors.

L’herbe monte autour de la maison et les tontes successives des dernières années ont multiplié les massifs d’une incroyable variété de fleurs sauvages. Malgré les récentes averses nocturnes et le froid, les grillons rythment jours et nuits sans faillir dans ce printemps humide et sombre.

Cette nuit en fermant les volets de la cuisine, j’ai entendu s’agiter les pies qui ont réutilisé un nid ancien bizarrement situé non loin de celui des merles. La chatte Linette qui ne se frotte pas aux pies a inquiété les merles par ses affûts. Heureusement, elle ne grimpe pas très haut dans les frênes mais ils ont préféré s’éloigner et s’installer dans les haies tout au fond de la propriété où elle s’aventure moins souvent. Ces merles plus chétifs que leurs congénères urbains sont très sauvages et très méfiants. Lorsque j’habitais en ville, je réussissais à en tromper quelques-uns en imitant les modulations des mâles et les petits cris secs des femelles mais ici à la campagne, c’est peine perdue.carnet,campagne,nuage,heures lentes,lenteur,contemplation,mélancolie,journal,note,prairie journal,merle,pie,crêt,herbe,fleurs sauvages,nuage,brouillard,flambée, cheminée,sandwiche,feu,blog littéraire de christian cottet-emard

Seul à table ce soir, après avoir allumé une flambée dans la cheminée, je me suis préparé quelques sandwiches grignotés dehors en regardant s’étirer dans ma direction un long panache de brouillard depuis le petit crêt qui surplombe la maison. En hauteur, des moutonnements de nuages gris et parme se dévoilaient à la faveur d’une brève éclaircie comme cela se produit presque tous les soirs en cette période. Si je n’étais pas oppressé, je verrais de la beauté dans ce ciel en désordre mais là, je le trouve tout simplement lugubre.

Il me faut réapprendre à voir comme après une éclipse.

Photos : dans les collines au-dessus de chez moi. Autoportrait aux faïences.