Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2013

Les rêves vont vite

récits des lisières,estime-toi heureux,poésie,note,journal,carnet,littérature,nuage,ciel,branche,gens,blog littéraire de christian cottet-emard,droits réservés,éditions orage-lagune-express,copyright,vitesse,rêveComme les nuages les rêves vont vite

Quand ils s’accrochent aux branches (les nuages) ils descendent dans la terre

Quand ils s’accrochent aux gens (les rêves) ils descendent descendent si profond qu’on ne les voit plus

Comme les nuages accrochés aux branches

Comme les rêves accrochés aux gens


Photo : crépuscule de printemps vu de chez moi.

© Éditions Orage-Lagune-Express, 2013. Droits réservés pour texte et photo.

 

13 juillet 2012

Le rêve d’été

rêve,été,pierre,chat,parasol,papillon,cirrus,nuage,ciel,poésie,poème,récit des lisières,christian cottet-emard

a pris appui sur une pierre

s’est hissé a fait le chat

s’est déplié a fait le parasol

a battu des ailes a fait le papillon

s’est ébouriffé a fait les cirrus

s’est étendu a fait le ciel


© Éditions Orage-Lagune-Express 2011. Droits réservés.

24 septembre 2011

Le vingtième siècle a inventé une nouvelle forme de nuage,

le grand variable, christian cottet-emard, éditions éditinter, fiction, poésie, récit, roman, hirondelle des rivages, mer, papillon, enseigne de vaisseau, mhorn,nuage,vingtième siècle,pays natalme dis-je en regardant le ciel depuis la vitre de l’autorail : le nuage rectiligne. Nous sommes les premiers, nous, hères de ce siècle, à voir filer au-dessus de nos têtes des nuages tout droits.
Ce triste constat m’assaille au retour du voyage que m’a imposé la convocation.
Après cinquante kilomètres de miasmes, de regards vitreux et de sommeils contrariés, me voici devant un agent administratif embarrassé : « je dois tout de suite vous préciser quelque chose...
— .../...
— Vous avez été convoqué par erreur. Une bourde de l’ordinateur. Vous savez, l’informatique c’est bien pratique, mais de temps en temps... Enfin vous voyez, il arrive très rarement, certes très rarement... Vous comprenez... Toutes nos excuses et merci de votre compréhension. Et croyez bien...
— Mais comment donc ! Pour qui me prenez-vous ? C’est un comble ! Vous croyez vous en tirer de cette façon ? Je connais du monde ici et ailleurs et je vais vous ameuter la hiérarchie, faire du vent dans toute l’épaisseur de chefs qui vous appuie sur la tête et les épaules. Non mais, qu’est-ce que c’est que cette pétaudière ? Et puis quoi encore ? »
Voilà sans doute ce qu’il aurait fallu répondre en pareille circonstance si la nature m’avait doté d’un seul atome d’amour propre. Mais cette erreur me comble et j’en suis si reconnaissant à son auteur, qu’il soit un être humain ou une pelote de fils et de circuits intégrés, que je l’absous pour l’éternité de tous ses péchés, de toutes ses erreurs passées, présentes ou futures. Et puis je ne me sens guère enclin, même dans la délicieuse conscience de mon bon droit, à affecter de prendre les choses de haut lorsque je suis en position de recevoir des convocations. C’est ainsi, je n’y peux rien. Je ne brille pas devant les convocations.
Alors, je me lève, je dis « au revoir, ce n’est rien, ne vous tracassez pas, ce sont des choses qui arrivent » et je remonte à toutes jambes dans l’autorail d’où, le nez en l’air, par la vitre, je hume la brise du pays natal en suivant des yeux les nuages si parfaitement, si stupidement droits de la fin du vingtième siècle.

 

Extrait de mon roman Le grand variable, éditions Éditinter, 2002. Épuisé.