Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2016

Carnet / Des maléfices de la lune rousse

lune rousse,carnet,journal,écriture de soi,autobiographie,note,prairie journal,nuit,gel,christian cottet-emard,lessive,cerisier du japon,magnolia,plantation,tonte,bêchage,potager,whisky,chips,gigare,bonne résolution,sommeil,insomnie,lézard,vespertilion,pipistrelle,chauve-souris,gratte-ciel,hong kong,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,heure de chrétien,maléfice

Fin de la lune rousse. Un répit avant les trois flingueurs de moral et de végétation, Mamert, Pancrace et Servais, les Saints de glace. La lune rousse a méchamment mordu les premières pousses des rosiers et éraflé les nouvelles feuilles des lilas les plus jeunes. Le seul rosier épargné était sous abri, protégé par l’avant-toit. Peut-être m’a-t-elle aussi sapé le moral et tordu les boyaux pendant plusieurs jours. Hésitations incessantes sur la quatrième de couverture de l'édition de mes carnets.

Hier, brève apparition du premier lézard sur le mur sud, risquant un œil et sa petite gorge palpitante depuis son abri derrière le volet de bois. Au crépuscule, premier vespertilion dans le ciel mauve. Deux lessives séchées au grand air dans la même journée. J’ai tondu mes trois mille mètres carrés et bêché le potager. Plantation d’un cerisier du Japon et d’un magnolia devant la maison.

J’ai regardé le début d’une émission sur la pollution lumineuse commençant par cette question sur fond d’immensité de gratte-ciel à Hong Kong : « Qui peut aujourd’hui contempler la voie lactée à l’œil nu ? » Eh bien moi, par exemple, ce qui me console un peu de l’extinction de l’éclairage public à 23h dans mon village. On s’y fait mais l’autre soir, en fumant dehors dans la nuit noire, j’ai trébuché dans les pierres qui font office d’escalier extérieur et j’ai bien failli me retrouver cul par dessus tête un peu plus bas au milieu du grand lilas.

Bonne résolution : ralentir le rythme avec l’apéritif whisky-chips-cigare et me coucher à une heure de chrétien. En écrivant cela, je me demande si la lune rousse n’a pas aussi altéré ma lucidité.

Photo : pour conjurer les maléfices de la lune rousse devant chez moi. (photo CC-E)

 

22 juin 2015

Bonne résolution

Bon, j'ai assez tiré ma flemme. Il va falloir s'y remettre...

porto,portugal,voyage,promenade,flemme,paresse,vitrine,machine à écrire mercedes sélection,christian cottet-emard,et à part ça,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,carnet,journal,note,écriture de soi,prairie journal,autobiographie,fatigue,sommeil,rêve,veille,rêve éveillé,bonne résolution

 

15 février 2015

Carnet / De la sincérité

Levé à 6h ce samedi matin. Je ne dors que d’un œil et seulement quelques heures. Dehors, grand vent, averses et éclaircies dans la matinée. Les frênes s’ébrouent de leurs glaçons et se redressent.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

La maison émerge peu à peu de sa gangue de neige. Encore quelques gros flocons fondus transformés en pluie battante. C’est toujours moins pénible que la neige. Dès qu’il fait plus doux, les parfums de terre sont libérés. J’ai de nouveau entendu la chouette.

Musiques chorales et avec orgue de Walton le matin (The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon) et Brahms l’après-midi (Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique). Poursuite de la lecture du pavé de Samuel P. Huntington, Le Choc des civilisations

Avant de rendre visite à ma mère vers midi, une brève incursion au marché d’Oyonnax pour acheter du comté Seignemartin. Oyonnax, bourgade de plus en plus déprimante et pas question de lui préférer Saint-Claude qui est dix fois pire dans un autre style. Pas étonnant que le photographe Raymond Depardon ait fait son miel de ces deux villes dans son affreuse et éprouvante série intitulée La France

Je remonte vite dans mon village jurassien où ma maison et ma propriété un peu à l’écart et donnant sur un beau paysage me plaisent (malgré l’hiver) mais je n’irai ni plus haut ni plus loin dans la Franche-Comté que je trouve sinistre.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

Ce coin de nature où je suis installé est une bulle spatio-temporelle dans laquelle j’arrive à faire mon nid parce que je sais que je peux m’en échapper quand je le souhaite. Cette solution me semble plus prudente et plus adaptée à mon caractère assez réactionnaire, craintif, méfiant et peu enclin aux adaptations rapides que nécessiterait un déménagement dans le Sud-Ouest ou à Lisbonne ainsi que j’en suis souvent tenté. C’est aussi une question d’argent. Je ne suis pas dans le besoin mais je n’ai pas non plus les moyens d’avoir des résidences secondaires. Le mieux pour moi est donc de garder ma base actuelle et d’effectuer des séjours touristiques dans les grandes villes et capitales qui me plaisent. En plus, j’aime les hôtels (de préférence standards et où l’on parle français). 

Je sais, tout cela n’est ni brillant ni original mais l’originalité, j’essaie de la réserver à la littérature tout en lui préférant tout de même la sincérité. Sinon, à quoi bon ces carnets ?