Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 octobre 2014

Carnet / Du sentiment d'habiter

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Je trouve amusant de m’entendre dire « toi sur Facebook ? » Pourquoi pas ? Il y a des gens très bien sur Facebook, et très intéressants, avec qui il est agréable d’échanger des textes, des idées, des blagues, des photos, des vidéos, des bonjours. Je n’ai absolument pas le sentiment d’y exposer ma vie privée ou de m’y livrer à quelque exhibitionnisme narcissique. Les « amis  » inconnus avec qui je peux parler art, poésie, littérature me sont souvent plus proches que des gens que je connais, que je peux croiser tous les jours dans la rue et qui ouvrent des yeux ronds comme si je venais de prononcer un gros mot lorsque je me hasarde à leur parler d’un livre, d’un auteur, d’un poème, d’un tableau. Ceci est particulièrement vrai à Oyonnax où je ne vis plus mais où je suis obligé de descendre pour des courses et des démarches. Je n’ai vraiment presque plus rien à voir avec cette bourgade où je me sens plus que jamais un étranger alors que ma famille y a vécu depuis des générations. Ce constat me tourne dans la tête chaque fois que je reviens de voyage. Avec les liens tissés grâce à Facebook et aux blogs, je me sens moins prisonnier, moins isolé et incompris d'un point de vue culturel. 

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Lors de mon récent séjour à Lisbonne, nous avons dîné dans un petit restaurant mon épouse et moi avec une amie qui a traduit un de mes recueils de poèmes en langue portugaise. Nous parlions de Facebook qui nous avait permis de nous donner rendez-vous dans le quartier du Miradouro de Sào Pedro de Alcantara et notre amie a prononcé une phrase qui m'a frappé : « Ici, avec mes amis, nous n'avons pas besoin de nous donner rendez-vous pour nous voir. Nous savons que nous sommes dehors à tel endroit, à tel moment de la journée. »  

Voilà bien ce qui me manque ici, dans ma région où la convivialité urbaine et la qualité de vie à l'extérieur n'existent pas.
    

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Sans vouloir comparer ce qui ne peut pas l’être, le contraste est rude au retour de Lisbonne. Ah, le climat tempéré océanique (on dit aussi méditerranéen influencé par le Gulf stream), les squares, les immenses jardins publics avec leurs kiosques où grignoter un sandwich et siroter un café, une bière ou un verre de vin, fumer un cigare sans être embêté par un ou une militante hygiéniste, « les nouvelles chaisières » ainsi que les appelle Jean Pérol ! À Lisbonne, je ne râle presque plus et je ne ressens plus cette fatigue qui m’écrase depuis ma petite enfance. Et puis ce suprême plaisir : n’entendre que la musique de la langue portugaise sans comprendre ce qui se dit et se trouver de ce fait préservé de toute actualité.

sentiment d'habiter,habiter,sentiment,voyage,flânerie,promenade,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,lisbonne,portugal,christian cottet-emard,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,touriste,tourisme,cigare,café,bière,vin,sandwich,facebook,littérature,art,poésie,écriture de soi,autobiographie,saudade,parc,square,jardin public,douceur de vivre,climat,gulf stream,climat méditerranéen,climat océanique,un bain de temps,jean tardieu,plaisir simple,vie,insouciance,art de vivre,qualité de vie,banc public

Insouciance de ne comprendre aucune autre langue, pas même l’anglais,  sensation délicieuse d’être à l’écart de tout, sauf des sensations immédiates de la flânerie, luxe d’être un touriste anonyme avec qui l’on se montre affable et courtois si l’on reste simple et sans arrogance, si l’on comprend que comme tout lisboète, vous êtes vous aussi capable de trouver du bonheur à vous asseoir sur un banc pour « prendre un bain de temps » ainsi que l’écrivait le poète Jean Tardieu.

Après deux séjours successifs à Lisbonne, j'ai beau avoir peur en avion et dans les aéroports, je referai le voyage, y compris pour de simples week-ends.

 

Photos : bancs publics dans le quartier Principe Real.

Cyprès géant en tonnelle, quartier Principe Real.

Pause café sous le kiosque du parc das Amoreiras sous l'Aqueduc des Aguas livres.

Un petit verre dans un autre jardin public ! (Photos © Christian Cottet-Emard) 

07 juin 2014

L'énigme du bonheur (Carnet de voyage)

carnet,carnet de voyage,train,autorail,wagon,compartiment,modane,bardonechia,venise,voyage en train,motrice,chemin de fer,turin,frontière,douanier,douane,cardère sauvage,ballast,mâchefer,casse-croûte,salami,vin,bière,œufs durs,œuf,sandwiche,tartine,biscuit,santa lucia,gare santa lucia,italie,bonheur,blog littéraire de christian cottet-emard,souvenir,thermos,café,cigarette,christian cottet-emard,littérature de voyage,littérature,bugey,europePlus les trains sont rapides, moins ils servent à partir, excepté à destination de Venise.

Je voudrais que les lignes poussives parfois baptisées rapides ou  express puissent me  transporter d'un bond depuis mes forêts d'épicéas jusqu'à la lagune vénitienne. Il ne faut pas moins de douze heures de chemin de fer (et un moral d'acier) pour relier le quai désert de ma petite ville du Bugey à la gare Santa Lucia. Entre temps, il faut escalader le marchepied d'autorails exténués. Il faut se laisser bercer par les mouvements furtifs de wagons si éloignés de la motrice qu'ils semblent glisser à l'abandon dans une irréelle dimension. Il faut longer au ralenti des lacs sinistres, fermer les yeux sur des vallées grises, pencher la tête sur les quais de Modane et de Bardonechia (E pericoloso sporgersi...)

Après la frontière, il faut attendre que les passagers italiens retrouvent leur bonne humeur. Ils ont dû subir les regards inquisiteurs de leurs compatriotes douaniers qui, d'un geste las, font remballer leurs cartes d'identité aux voyageurs français. En direction de Turin, l'atmosphère se détend d'un seul coup. Cela se passe à un endroit de la ligne qui doit signifier quelque chose d'obscur dans l'esprit des italiens. Le train ralentit. Il s'arrête.

Je me penche dehors. Cet endroit, personne excepté moi ne songerait à le nommer. Un lieu de joie incompréhensible... Des cardères sauvages hissent leurs têtes de hérissons jusqu'au-dessus du ballast.

Quand les trains s'immobilisent quelques minutes en rase campagne ou aux abords d'une gare, le silence passe sur le monde. Je pense à l'aile géante d'un oiseau de légende ou à un nuage devant le soleil. Nous voici nulle part, au rendez-vous muet des heures et des kilomètres, là où s’embrouillent ces deux mesures en une pelote d'aiguillages, de gravier, de cailloux et de mâchefer.

Sandwiches, tartines, biscuits, chocolat, salami, bière, vin, cigarettes circulent dans le compartiment. Des dames seules au maintien aristocratique croquent à belles dents leur casse-croûte. Des bambins courent partout. On se passe le sel pour les œufs durs. On se prête une tasse en plastique qui coiffe un thermos de café. On fume. On prendra un vrai café à la gare de Turin.

En ce moment, ces gens sont heureux. Nombre d'entre eux ont sans doute des problèmes (chagrins d’amour, fins de mois, dettes, deuils, travail, petits chefs teigneux, logement, maladie, rêves avortés, échecs...) Et pourtant, en cet instant précis, en ce lieu sans nom, une sorte de grâce les habite.

J'ai devant moi l'énigme du bonheur.

 

Extrait de Carnet italien. © 2014 by Christian Cottet-Emard © 1992, Éditions Orage-Lagune-Express

17 mars 2014

Carnet / Du lever de lune, des arbustes à papillons et d’un reflet rouge

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareDimanche soir chez moi, quand j’ai vu la lune se lever à travers mes haies de frênes, j’avais l’appareil à portée de main. La photo sans réglages est le plaisir des appareils numériques. Techniquement, cela ne vaut rien mais le principal, c’est l’émotion. Qu’ai-je à faire de la technique ?

Lundi matin, j’étais obligé de descendre en ville (à une dizaine de kilomètres de mon village) pour laisser ma voiture au contrôle technique. Plutôt que d’attendre une heure à côté de l’atelier qui n’est pas loin de mon ancien quartier de résidence lorsque j’habitais cette bourgade, j’ai marché le long d’une rue parallèle à la voie ferrée, un quartier qui s’effiloche en vieilles bâtisses et en parcelles de terrain plus ou moins en friche. Une des parcelles minuscules est recouverte d’arbustes à papillons aux branchages si denses qu’ils forment des voûtes sous lesquelles le vent accroche des sachets en plastique et toutes sortes de déchets d’emballages. carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigare

C’est dans des cartons assemblés en une tanière qu’on ne peut même pas appeler une cabane (ni une tanière puisque même une véritable tanière est plus confortable) qu’un homme est mort de froid il y a au moins une dizaine d’année.

Juste avant de rester là quelques instants, interdit, face à ce non lieu où une vie humaine s’est terminée dans une absolue désolation, je venais de passer devant les panneaux d’affichage des listes pour les élections municipales. Tous ces gens nous parlent d’emploi, d’aménagement, d’équipement, d’économie, de finance, de développement, de tourisme, de « vivre ensemble ». Tout cela est bien gentil mais j’attends la liste qui parlera du type mort de froid dans les nœuds de branchages des arbres à papillons.

carnet,journal,prairie journal,note,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,arbustes à papillons,plante rudérale,friche,quartier,ville,village,sachets,plastique,lune,photo numérique,appareils numériques,élections municipales,équipement,développement,économie,finance,tourisme,vivre ensemble,politique,table de jardin,soleil,lumière,sandwich,vin,cigareRentré dans ma campagne inondée de lumière, j’ai sorti la table de jardin et déjeuné dehors. Sandwiches, un verre de vin et un cigare. Le soleil reflétait le rouge du vin sur la table de métal blanc. J’ai fait une photo sans trop savoir pourquoi. Une photo qui n’a aucun sens bien sûr, comme presque tout le reste.