Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2014

Carnet / Sale tête et rythmes détraqués

carnet,journal,note,autoportrait,sale tête,christian cottet-emard,saule marsault,guide des arbres et arbustes d'europe,delachaux et niestlé,archibald quartier,pierrette bauer-bovet,revue patchwork,anthony dufraisse,littérature,poésie,cigare,jean-jacques nuel,prairie journal,aaron copland,ordinateur,cafetière,fenêtre,blog littéraire de christian cottet-emard,mélancolie,rythmes décalésNuit très courte ce mercredi 5 février (couché à 3h levé à 6h). Le feu n’a même pas eu le temps de s’éteindre et il m’a suffi de tisonner quelques braises pour le faire repartir avec une nouvelle bûche. Résultat, j’ai dû me recoucher à 7h30 pour ne pas vivre le restant de la journée en pilote automatique. Réaction en chaîne : petit déjeuner à 11h, pas faim à midi, sandwich thon-mayonnaise (en tube) et verre de muscadet à 15h (premier cigare) puis café au lait croissant à 16h (deuxième cigare). C’est ce qui s’appelle avoir les rythmes détraqués. Pour l’instant, la balance reste à 76 kg, un miracle... Aller-retours incessants entre l’ordinateur, la cafetière et la fenêtre. Dans le reflet de la vitre, je me trouve une sale tête.
Conjurer l'hiver
Entre giboulées et neige bien collante, juste eu le temps de rentrer quelques brouettes de bois. Au courrier, la revue Patchwork au sommaire de laquelle je figure avec un poème, L’Aile d’un oiseau sombre, grâce à l’amicale attention de son fondateur Anthony Dufraisse. Je reparlerai bientôt de cette revue aussi élégante et sobre dans sa présentation que dense et originale dans son contenu. Deuxième lecture d’un début de texte inédit de Jean-Jacques Nuel, auteur lui aussi présent dans Patchwork. Pour conjurer l’hiver, je relis le chapitre consacré au saule marsault (l’arbre aux chatons gris) dans mon Guide des arbres et arbustes d’Europe d’Archibald Quartier et de Pierrette Bauer-Bovet (éditions Delachaux et Niestlé).
Prairie Journal
Écoute de Prairie Journal d’Aaron Copland. Ma prairie à moi se limite aux trois mille mètres carrés de pré autour de la maison mais c’est assez pour se mettre au diapason de cette musique, surtout quand à la faveur d’une éclaircie subite je vois planer la buse variable. Vu aussi deux chevreuils traverser les pâturages derrière mon muret. Le temps d’attraper les jumelles, plus personne ! Je suis tenté d’intituler Prairie Journal l’ensemble récent de mes deux cents pages de carnets disséminées sur le papier et sur la toile.

Photo : autoportrait à la sale tête (5 février 2014)

29 janvier 2014

Dedans, dehors

bureau,fenêtre,jour,nuit,photo,blog littéraire de christian cottet-emard,reflet,intérieur,extérieur

La fenêtre de mon bureau le jour...

bureau,fenêtre,jour,nuit,photo,blog littéraire de christian cottet-emard,reflet,intérieur,extérieur

Et la nuit.

 

17 novembre 2011

La bonne étoile

lune,clair de lune,bonne étoile,nuit,scène nocturne,fenêtre,chance,orme,frêne,chat,renard,christian cottet-emard,blog littéraire,poésie,carnetTu regardes toujours à la fenêtre avant de te coucher car ce que tu vois dehors dans le halo du dernier réverbère est ta vie

Dans ce tableau nocturne le pré quelques buissons l’orme les frênes le chat la route où trotte parfois presque tranquille le renard

Pas grand-chose en somme mais tout ce dont pouvait sans doute rêver le pauvre gars dans les tranchées quelle chance fut la tienne de n’être pas ce pauvre gars

Ce clair de lune encadré par la fenêtre quel luxe cette fenêtre entre toi et le monde quelle chance

© Éditions Orage-Lagune-Express 2011. Droits réservés.

Clair de lune derrière la maison (photo Christian Cottet-Emard).