Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2015

Carnet / Imbécile...

Qu’est-ce qu’une vie quand on commence à regarder dans le rétroviseur ? Quelques vieux papiers à ranger.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

Au fond d’une armoire, j’ai retrouvé mes cahiers de l’école primaire, mes cahiers du jour et mes cahiers d’essai du cours préparatoire, conservés par mes parents qui n’ont pourtant pas dû les signer avec plaisir tant ils étaient mal tenus et témoins du début de l’échec scolaire. J’étais très malheureux à l’école, toujours entre la crainte et la colère sourde, silencieuse. Mes souvenirs scolaires sont aussi mauvais que mes souvenirs professionnels, c’est dire...

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,floconEn ouvrant ces cahiers remplis de mes laborieux débuts de calcul et d’écriture noircis avec ces saletés de plumes en métal qui trouaient les pages à grands carreaux et maculaient le mauvais papier de grosses taches noires, les moments les plus pénibles de mon enfance, le temps passé à l’école, m’ont de nouveau sauté au visage, comme si c’était  hier.

Quarante-neuf ans après le cours préparatoire où je me trouvais donc en 1966, je revois dans la marge les appréciations et annotations du maître, avec pleins et déliés à l’encre rouge, et cette mention « imbécile » parfaitement calligraphiée parce que j’avais commencé ma page un peu trop bas !

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

À l’époque, on ne s’embarrassait guère de pédagogie, laquelle se limitait souvent à une engueulade ou à une punition si on n’avait pas compris. Du coup, pour moi, le premier objectif n’était plus d’apprendre mais d’éviter l’engueulade et la punition, ce qui provoquait la faute, donc au final, l’engueulade et la punition avec pour résultat la spirale de l’échec. 

C’est ainsi que tout gosse je fonctionnais. D’autres moins sensibles marchaient à la compétition, parfois au prix d’autant d’angoisses, juste un peu moins visibles. D’autres s’adaptaient sans trop de problème à ce système d’enseignement basé sur la carotte et le bâton. Tout cela s’écrivait en silence, au porte-plume grattant et bavant, au son du glas tombant du clocher tout proche, sous l’œil noir du maître.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

Dans les pages de ces cahiers, les destins s’inscrivaient déjà entre les lignes avec à chacun son lot : ceux qui n’auraient droit qu’à une ébauche, un brouillon de vie, ceux qui deviendraient exactement ce pour quoi ils étaient programmés, ceux qui sortiraient du cadre, ceux qui tenteraient d’inventer leur vie, ceux qui se laisseraient porter par le flot, ceux qui se tiendraient à la marge (j’ai la chance de faire partie de cette dernière catégorie). 

Des décennies plus tard, la vie pouvait parfois rebattre les cartes, créer un autre désordre, mais à de rares exceptions près, comme au casino, les jeux étaient déjà faits.

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,floconÉternelle histoire, du moins éternelle à l’intérieur de cet instant qu’est l’humanité envoyée seule dans l’absurde infini, dans cette nuit de flocons lourds où, fumant un dernier Punch avant d’aller dormir, j’ai envie de sortir dans le grand pré derrière chez moi pour écrire avec un bâton dans la neige ce mot « imbécile »  à l’intention de ce maître qui ne m'a rien enseigné d'autre que l'inquiétude et quelques combinaisons de chiffres et de nombres en leur valse à jamais 

note,carnet,journal,souvenir,prairie journal,école,vie,enfance,cahier d'écolier,cahier du jour,brouillon,calligraphie,plein et délié,plume,porte-plume,encre,papier,maître,instituteur,blog littéraire de christian cottet-emard,cancre,échec scolaire,glas,classe,clocher,christian cottet-emard,marge,pédagogie,chiffre,nombre,punition,casino,cigare punch,havane,nuit,neige,flocon

 

 

 

27 octobre 2014

Carnet / Week-end en vrac

Samedi, j’ai goûté pour la première fois de la viande de bison (en pierrade) à l’auberge de la Combe aux bisons au-dessus de La Pesse dans le Haut-Jura.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbre,

La Combe aux bisons près de La Pesse (Haut-Jura)

Accueil charmant, jolie salle, cuisine simple et bien préparée. Pour les non carnivores, de savoureuses fondues aux fromages au menu. Après le repas, j’ai allumé un Partagas Corona Senior (eh oui, senior...) sur la grande et agréable terrasse en caillebotis donnant sur la lisière de la forêt d’épicéa. À ne pas manquer pour qui passe dans le coin (belles promenades aux alentours).

Pendant que j’attendais sur un parking au volant de l’auto, vitres ouvertes, le vent a déposé une petite feuille d’érable plane sur mes genoux.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbre,

Je l’ai gardée et collée sur la première page de mon nouveau carnet, comme cela, sans raison particulière. C’est ce que je fais sans raisons particulières qui me fait le plus plaisir. Le reste, l’utilitaire, c’est de l’épicerie.

Pour tenter de comprendre un problème, on peut  essayer de le mettre en relation avec quelque chose qui n’a apparemment rien à voir avec lui. Il peut ainsi arriver qu’on tire un fil et que le nœud se dénoue.

Cette année 2014, la nature à laquelle je suis habituellement sensible ne m’a pas parlé. Elle m’est restée muette. Il en va parfois de même pour la poésie.

Week-end fini en écoutant cette nuit la troisième symphonie en ut majeur opus 32 de Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov, compositeur qui m’a toujours accompagné depuis mon plus jeune âge. Et puis j’ai une passion pour la musique russe


carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,combe aux bisons,la pesse,jura,haut jura,campagne,montagne,pierrade de bison,fondue au fromage,cigare,partagas coronas senior,havane,cuba,tabac de cuba,rimski-korsakov,blog littéraire de christian cottet-emard,prune,eau de vie,alcool,digestif,week-end,feuille d'automne,feuille d'érable,érable plane,arbreLe même soir, un autre Partagas Corona Senior et un alcool sec qui contient peut-être de la prune (et sans doute d’autres choses)  Mieux qu’un somnifère en tous cas !

21 octobre 2014

Carnet / Des kilos, de la nourriture, des cigares, de Pessoa et du rêve.

Au printemps 2013, au cours d’une période que je qualifierais d’un point de vue psychologique d’« intranquille » pour emprunter à Fernando Pessoa, j’ai perdu près d’une dizaine de kilos en trois semaines sans être pour autant malade. Pour me maintenir à ce nouveau poids qui me convient mieux, j’ai constaté que la seule solution est de manger moins.

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

Il ne s’agit même pas de faire un régime mais simplement de jouer sur les quantités de nourriture. Je continue de manger ce qui me plaît, aussi bien des bons petits plats très sains que toutes sortes de saletés bien grasses et bien lourdes à digérer. Du moment que je surveille la quantité de tous ces aliments, quelle que soit leur qualité, j’arrive à me maintenir entre 76 et 77 kilos au lieu des 86 que j’ai portés pendant vingt ans. 

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

Pour essayer de descendre à 75 que je considérerais comme mon poids idéal, je me suis imposé des longueurs de bassin au centre nautique à mon rythme, c’est-à-dire lentement mais avec régularité, plutôt dans un souci de détente (j’aime l’eau) que dans le but de faire de l’exercice physique car j’ai une vieille aversion et un profond mépris pour le sport. 

À l’inverse du contrôle des quantités de nourriture, cette activité physique ne m’a pas fait perdre un gramme, le seul bénéfice étant un tout petit peu plus de tonicité musculaire. Après huit mois de piscine à surmonter mon dégoût du bain collectif, des mauvaises manières des nageurs sportifs et de certains comportements carrément répugnants observés dans le bassin, j’ai arrêté de fréquenter le centre nautique.

Comme je ne nage jamais dans les lacs et rivières, la perspective de reprendre des séances de natation est désormais pour moi très faible. En plus, ayant failli me noyer il y a deux ans dans les Landes,  j’ai décidé de ne plus jamais nager dans l’océan. Il me restera donc la possibilité de nager dans la mer en Sardaigne lorsque j’y retournerai.

L’activité physique ne présentant aucun intérêt pour maigrir (du moins dans mon cas personnel), je dois m’en tenir au contrôle de la quantité de nourriture, ce qui m’est un effort constant car j’adore me goinfrer, de préférence de cuisine des terroirs bien consistante mais aussi de sandwichs, de frites et de toutes sortes de sauces et de condiments. Et je ne parle pas du chocolat (mon antidépresseur) et de mon goût immodéré pour tout ce qui est sucré. Je dois me faire grande violence le soir et tard dans la nuit avant d’aller me coucher pour ne pas m’offrir une ou deux cuillers de confiture qui me déclenchent aussitôt une forte envie de fumer un cigare.

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane
Bien sûr, j’arrive à rester raisonnable et à ne pas dépasser les 77 kilos qui constituent mon alerte orange. L’été 2013, j’avais réussi à descendre quelques semaines à 75 mais je m’estime heureux avec mes 76 ou 77 actuels.

Je me demande souvent pourquoi je suis préoccupé par ces histoires de poids et de corpulence alors que je suis complètement indifférent à la mode des corps parfaits, sculptés, musclés, athlétiques. Peut-être suis-je influencé, parasité par  mon incapacité à me faire une idée  de ma propre image, peut-être suis-je  « agi » comme dit Pessoa dans Le Livre de l’intranquillité de Bernardo Soarès (éditions Christian Bourgois) : « Dans aucun des actes de la vie réelle, depuis l’acte de naître jusqu’à celui de mourir, tu n’agis vraiment : tu es agi ; tu ne vis pas: tu es seulement vécu. »

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

« Vis ta vie. Ne sois pas vécu par elle » écrit Pessoa. « Tu n’y parviendras qu’en rêvant, parce que ta vie réelle, ta vie humaine, c’est celle qui, loin de t’appartenir, appartient aux autres. Tu remplaceras donc la vie par le rêve, et ne te soucieras que de rêver à la perfection. »

Sur ce plan-là au moins, je dois dire que j’ai parfaitement réussi, bien avant d’avoir lu Pessoa !

 

Photo 1 : Casa Pessoa, Lisbonne, septembre 2014

Photo 3 : mes havanes préférés (Por Larrañaga)

Photo 4 : Fernando Antonio Nogueira Pessoa