Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 octobre 2017

Onzième poème du bois de chauffage

bois de chauffage, forêt, campagne, jura, bois, ramures, frêne, brouette, poème, blog littéraire de christian cottet-emard, poèmes du bois de chauffage, estime-toi heureux, éditions orage lagune express, littérature, christian cottet-emard, septième poème du bois de chauffage, haut-jura, saison, automne, hiver, vent, textes sous copyright, droits réservés, notaire, poésie, grosse pierre, minéral, pierre, photographie, serrure, bricolage, rose, fleur, roses de septembre, stère, camion, benne, café

Ils retournent à l’état sauvage mes arbres fruitiers je n’ai ni le temps ni les compétences pour les en empêcher

 

J’ignore si l’on peut encore les rattraper ils me prennent de vitesse et Dieu sait que moi aussi je m’ensauvage alors pourquoi pas eux

 

Le pommier le poirier le cerisier et le prunier sont tout barbus il paraît que ce lichen qu’on appelle tabac de sorcière est signe de bon air

 

Le cerisier monte au ciel dans le vent il ressemble à un grand adolescent disproportionné qui fait le fou sous les nuages

 

Mais tous fleurissent avec insolence quand les frênes qui les encerclent et les affament sont encore nus

 

Bien que les arbres paraissent plus sympathiques que les humains je ne jurerais pas qu’ils soient moins avides

 

J’ai l’impression que mes arbres fruitiers sont en colère et qu’ils le disent avec leurs basses branches tordues noires et pointues juste au-dessus de ma tête

 

Je casse ces ramures et je les brûle comme bois d’allumage dans la cheminée pour que les petites flammes soient à mes yeux leurs fleurs ultimes

© Éditions Orage-Lagune-Express 2017

Photo : derrière ma maison

10 octobre 2017

Dixième poème du bois de chauffage

bois de chauffage,forêt,campagne,jura,bois,ramures,frêne,brouette,poème,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,estime-toi heureux,éditions orage lagune express,littérature,christian cottet-emard,septième poème du bois de chauffage,haut-jura,saison,automne,hiver,vent,textes sous copyright,droits réservés,notaire,poésie,grosse pierre,minéral,pierre,photographie,serrure,bricolage,rose,fleur,roses de septembre,stère,camion,benne,café

C’est difficile de communiquer avec le type qui livre le bois de chauffage sous les gros nuages violets du petit matin

Non pas que je souhaite vraiment communiquer mais juste avoir l’air à peu près affable même si je n’ai pas encore bu mon premier café

Il a l’habitude de parler bref et fort à cause du bruit du camion et de la benne qui verse les onze stères mais moi j’ai été éduqué à articuler et à ne pas parler trop fort

On ne peut pas s’entendre

Lui il se lève tôt pour le travail moi je me lève tôt parce que je pense au temps qu'il reste et pour glander plus longtemps

On ne peut pas se comprendre

Une vague gêne comme un brouillard finalement ça nous arrange le fracas des bûches qui s’entassent

Et le malaise se dissipe quand je donne le chèque tout redevient normal jusqu’à l’automne prochain

© Éditions Orage-Lagune-Express 2017

 

07 octobre 2017

Salon du livre d'Attignat : après les feuilles d'automne, les pages d'automne

salon du livre attignat,ain,rhône-alpes auvergne,christian cottet-emard,dragon ange et pou,tu écris toujours ?,blog littéraire de christian cottet-emard,paysage,photo,feuilles d'automne,mariage d'automne,prairie journal,carnet,journal,nouvelles,littérature,éditions le pont du change,éditions germes de barbarie,jura,roches d'orvaz,promenade,nature,saison,signature,dédicace

Je serai présent ce dimanche 8 octobre après-midi au salon du livre d'Attignat dans l'Ain sur le stand des éditions le Pont du change pour signer mes ouvrages Tu écris toujours ? (chroniques littéraires humoristiques, Dragon, ange et pou (nouvelles fantastiques et humoristiques), ainsi que Prairie journal (carnets, journal intime) et Mariage d'automne (nouvelles sentimentales).

Pourquoi l'après-midi ? Parce que je n'ai pas envie de me lever tôt le dimanche et que j'ai l'habitude de prendre mon temps au petit déjeuner suivi d'assez près par le déjeuner.